Category Archives: French archives

« Le Brexit a permis que le Royaume-Uni soit réellement un pays souverain »

Tribune. Depuis le début des relations entre le Royaume-Uni et les Communautés européennes, dans les années 1960, toutes les tensions ont tourné autour de la souveraineté. Ceux qui, à l’époque, étaient favorables à l’adhésion du Royaume-Uni à la Communauté économique européenne (CEE) et ceux qui, aujourd’hui, regrettent son départ de l’Union européenne (UE) rejettent la souveraineté comme une notion dépassée dans un monde d’interconnexion. Les événements des quatre dernières années, et peut-être même plus encore, ceux de ces derniers mois, auraient dû les faire réfléchir à nouveau.La question de la pêche a eu le mérite de rendre la souveraineté concrète et compréhensible. C’est pourquoi elle est devenue soudainement si cruciale. On peut décider de donner ou de prêter certains droits ou pouvoirs à d’autres. Mais qui prend cette décision ? Qui a le pouvoir de l’exécuter ? Qui peut la changer ? Voilà la souveraineté, aussi fondamentale aujourd’hui que jamais. Respecter la décision des électeurs Lorsque les Britanniques ont voté au référendum de 2016 pour quitter l’UE, il n’était pas évident de déterminer si le Royaume-Uni était toujours réellement un pays souverain. Son Parlement et ses lois étaient subordonnés à l’autorité législative et judiciaire de l’UE. Certes, le vote lui-même était un acte de souveraineté. Cependant, la véritable question n’était pas celle de la théorie constitutionnelle, mais celle de la volonté politique : la décision de l’électorat serait-elle effectivement respectée et appliquée ? Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brexit : « Le Royaume-Uni et l’Union européenne vont devoir trouver un équilibre entre compétition et coopération » Si le Royaume-Uni avait cédé aux pressions et voté à nouveau pour revenir sur sa décision – comme l’Irlande (en 2001 et 2008) et la Grèce (en 2015) –, il aurait cessé pour un avenir indéfini d’être en réalité un Etat souverain. La souveraineté qui ne peut être exercée est une souveraineté perdue. Selon ce critère, les Etats membres de l’UE, où les votes populaires ont été annulés ou ignorés, ont certainement mis leur souveraineté en doute. Un « Etat membre » est autre chose qu’un Etat souverain. Le président Macron parle souvent d’une « Europe souveraine ». Il a peut-être raison. Le président de la Cour de justice de l’UE, Koen Lenaerts, a écrit il y a trente ans qu’« il n’y a tout simplement pas un noyau de souveraineté que les Etats membres peuvent invoquer, en tant que tel, contre la Communauté ». « Telle une puissance coloniale du XIXe siècle, L’UE affirmait que le Royaume-Uni devait rester dans sa sphère d’influence » Il vous reste 63.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Go to Source
Author:

« Le génie génétique, paradoxalement accepté pour les vaccins mais refusé pour la betterave »

Tribune. Le virus causant le Covid-19 est apparu en décembre 2019, provoquant une pandémie mondiale. Un an après, une campagne de vaccination est lancée. Cette rapidité de réaction, unique dans les annales de la médecine, a été permise par l’ingénierie génétique. Grâce à ces méthodes, on a analysé le génome viral, identifié les protéines cibles pour la vaccination et construit des gènes permettant la synthèse d’ARN messagers qui mobiliseront l’expression génique des cellules où ils seront injectés, déclenchant la réponse immunitaire.Les gouvernements du monde entier, suspendus aux décisions des agences régulatrices, se battent pour obtenir et faciliter la diffusion des vaccins aux populations impatientes. La majorité des médias et acteurs politiques se mobilisent contre la désinformation anti-vaccinale. A raison, car les vaccins de nouvelle génération sont, dans l’état des connaissances, sûrs et efficaces, et notre meilleure arme pour juguler la pandémie. Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le recours aux néonicotinoïdes sous prétexte de sauver la betterave est une erreur fondamentale » Parallèlement, une épidémie virale se répand dans les champs de betterave. Plusieurs virus, transmis par des pucerons, dont la prolifération est favorisée par le réchauffement climatique, provoquent une diminution de 20 % du rendement. La solution technique la plus rapide a été de réautoriser l’usage des insecticides néonicotinoïdes. Une décision fortement critiquée car ces molécules sont accusées de représenter une menace pour les populations d’insectes utiles, comme les abeilles. Parmi les autres stratégies, on trouve la promotion d’insectes prédateurs des pucerons et la sélection de variétés résistantes aux virus. Améliorer la résistance aux infections En effet, les betteraves, comme toutes les plantes cultivées, résultent d’une sélection génétique effectuée par les humains à partir des plantes sauvages, qui a profondément modifié leur génome pour les adapter à l’agriculture. La production de sucre est ainsi passée, en cinquante ans, de 3,5 tonnes à 13 tonnes par hectare, en utilisant trois fois moins d’engrais azotés. Pour améliorer la résistance aux infections virales, la stratégie envisagée est de rechercher des résistances génétiques au virus chez des betteraves sauvages, que l’on croisera avec les betteraves cultivées. Cette stratégie souffre de deux défauts. Il n’est pas certain que l’on trouve ces gènes de résistance naturels et, s’ils existent, leur transfert nécessitera plusieurs générations de croisements pour restaurer les qualités agronomiques des betteraves cultivées. Le processus prendra donc une dizaine d’années, sans garantie de succès. Il vous reste 65.94% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Go to Source
Author:

En Hongrie, alors que le chômage galope, les amis du Premier ministre s’enrichissent grâce aux aides publiques

Le gouvernement de Viktor Orbán s’efforce de maintenir l’économie à flot grâce à des réductions de charges sociales pour les entreprises et des exemptions d’impôts pour les moins de 25 ans. Mais ce sont surtout les cercles proches du pouvoir qui profitent de l’aide.

Go to Source
Author:

Mali : Accident sur la RN6 : Le motocycliste ploie sous pression

Le motocycliste vociférait aussitôt qu’il s’était éjecté de sa moto pour échapper aux pneus de la voiture ou du pare-choc au moment du contact, mais se moquait éperdument de sa responsabilité pleine et entière dans l’accident survenu. Il dénonçait comme odieuse la surprise de l’automobiliste à qui il voyait faire payer la réparation de son engin et la prise en charge de ses frais d’ordonnance suite aux blessures occasionnées par sa chute, se délectait de son pare-choc en partie arraché outre les éraflures constatées sur l’aile gauche.
A son entendement, cela lui servirait de leçon. Une vague de protestation s’était élevé. Des témoins oculaires trouvaient l’attitude du motocycliste déraisonnable et lui suggérait de rectifier le tir. Non seulement il roulait en sens inverse sur la chaussée, contre toute attente il s’était mis à moins de trois mètres sur la trajectoire de l’automobiliste qui clignotait à droite.
Plus les témoins alignaient argument sur argument, plus le motocycliste s’enfermait dans le dénie. Au point de faire sortir de ses gons l’automobiliste qui juste-là s’était abstenu de parler. Et puisque la polémique ne menaçait pas de retomber, ce dernier a proposé de faire constater l’accident par la police. Joignant l’acte à la parole, il sortait son portable de sa la poche intérieure de sa veste. Inutile, puisque sous la pression des intervenants, le motocycliste s’est résolu à renoncer totalement à ses exigences et présenter des excuses à l’autre qui les acceptées. Chacun devrait s’occuper de réparer les dommages subis sur son engin.
Source :  L’Informateur
Mamadou Makadji


Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Mali : Rentrée des classes : Décrochage et oisiveté écourtés

Après un décalage de la reprise des cours, le retour en classe est effectif depuis lundi. La rentrée a pour but est d’éviter le décrochage scolaire et de lutter contre l’oisiveté des élèves et étudiants. Tous les ordres d’enseignement sont concernés.
Les académies devraient imposer le port de masque, même aux enfants de la maternelle et des kits de lavage des mains.

L’on se trouve dans des situations où l’on ne peut faire le choix  d’enseigner  à demi-classe afin de limiter le brassage et de permettre la distanciation physique dans les établissements. Trouver des locaux, du matériel, des encadrements pour cela relève de la quadrature du cercle, vu les moyens très limités du pays. Cependant, élèves et enseignants sont invités à observer les mesures barrières dans la cour de récréation.
Groupes armés terroristes
Halte aux enfants soldats !
Le chef d’Etat-major général des armées a, dans un communiqué rendu public en début de semaine, informé l’opinion nationale qu’il a été constaté l’emploi des enfants soldats en première ligne par les groupes armés terroristes.
L’utilisation des enfants par les groupes armés terroristes devient une pratique courante.  En témoignent les récents combats au cours desquels les Forces armées maliennes et leurs partenaires ont fait l’amer constat de l’emploi des enfants combattants.
SADI perd un doyen
Abdoulaye Diarra inhumé lundi
L’ancien président de la section SADI de la commune de Serifoula Boundi s’est éteint dimanche dernier des suites d’une longue maladie à l’âge de 75 ans. Abdoulaye Diarra fût membre du comité central du parti et membre de la commission des sages.  Cet exploitant agricole au km 36 à Medina, dans la zone de l’Office du Niger, avait été aussi dirigeant de syndicat agricole.
Ses obsèques ont eu lieu le lendemain de son décès,  lundi, à Ségou.
La Rédaction
Source :  L’Informateur
Mamadou Makadji


Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Mali : La Douane tire son épingle du jeu : Au compteur 102,17 % de recettes

siège de la direction des Douanes
Comme une voiture de Formule 1 très rapide sur de belle piste asphaltée, la douane a réalisé 102, 17 % en 2020. Des liquidités suffisantes qui ont permis de retourner de l’argent aux agents, du jamais vu depuis plusieurs années.
A cœur vaillant, rien d’impossible. Nombre d’entreprises, de ménages sont entrées dans la crise de la covid-19 avec des caisses dégarnies. Aux lendemains du renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta, les sanctions financières infligées par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont durement touché une économie déjà fragilisée par les crises sécuritaire et socio-politique. Dans ce contexte défavorable, l’atteinte des objectifs de recouvrement paraissait une œuvre titanesque. Mais, la douane a relevé le défi, et de la plus belle manière.

Performance alliée à la robustesse

Comme une voiture de Formule 1 très rapide sur de belle piste asphaltée, la douane a franchi 300 km d’une épreuve, en optimisant sa performance et sa robustesse. Tant et si bien que les crises n’ont pas provoqué un grand carambolage nécessitant une opération de sauvetage. C’est un sport où les pilotes  sont considérés comme des dieux, la douane est semblable où le pilote fait tourner la grosse machine. Le volant du bolide est bien tenu par l’inspecteur général Mahamet Doucara. La belle mécanique suffisamment huilée a donné des résultats élogieux, permettant ainsi au gouvernement de satisfaire nombre d’engagements pris.
Les chiffres sont frappants. Sur une prévision de 567 milliards de FCFA en 2020, les recettes engrangées ont gaillardement dépassé la barre de 579 milliards, soit un taux de réalisation de 102,17 %. Une jolie performance appréciée à sa juste valeur par les autorités de la transition qui n’ont pas joué les Harpagon en octroyant des primes d’encouragement. Et cela permet d’espérer d’autres meilleurs rendements. Du jamais vu dans l’album de l’histoire de la douane ces dernières années où le verbe remplaçait plutôt l’action. Juste quelques mots de remerciements à l’endroit des soldats de l’économie qui, en vérité, n’ont pas de vie de famille et sont demeurés une des cibles privilégiées des djihadistes.
L’insécurité endémique qui règne sur une grande partie du territoire a créé un bol d’air dans lequel s’engouffrent les fossoyeurs de l’économie : trafiquants de marchandises, de drogue, d’armes rivalisent d’ardeur. Les groupes armés terroristes et  les contrebandiers jouent de la gâchette facile comme moyens de subsistance et mettent les zones qu’ils contrôlent en coupe réglée, créant un manque à gagner énorme pour les services d’assiette fiscale.

Pilote bien environné

En formule 1 tout comme à la douane, le pilote ne joue pas en solo. Toute une équipe dédiée à la victoire l’environne. Dès lors on a aisément compris  la lettre de félicitations du Directeur général Mahamet Doucara adressée à l’ensemble du personnel dont l’abnégation et l’esprit de sacrifice ont autorisé l’atteinte de ce résultat. « Cette performance est la résultante des efforts conjugués de tous ; cependant j’exhorte les structures défaillantes à fournir le maximum d’efforts en vue d’améliorer leur niveau de réalisation. Aussi dans le souci de pérenniser la performance ainsi amorcée, j’invite toutes les structures  douanières à redouter  d’efforts pour le dépassement des objectifs de recouvrements de 567 milliards de F CFA assignés à notre administration au titre de l’année 2020 ».
En terrain connu, l’inspecteur général avait donné la ferme promesse au ministre des Finances Alfousséni Sanou lors de sa visite à la direction générale des douanes de se hisser à hauteur des espérances placées en lui. « Je puis vous assurer, monsieur le ministre, que la Direction générale des douanes ne ménagera aucun effort pour être à hauteur de souhait en fin d’exercice et atteindre les objectifs à elle fixés ».   Mahamet Doucara a tenu parole. Tenir ses promesses est  la marque des grands hommes. A la différence de ces orateurs qui s’abritent derrière l’argument fallacieux que la langue n’a pas d’os pour justifier leur manquement à la parole donnée.
Ibrahim Yattara
Source :  L’Informateur
Mamadou Makadji


Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Mali : Insécurité au pays dogon : La route de poisson tue toujours !

Le trajet Sevaré-Bandiagara-Bankass est toujours comme la  traversée de «Siratou ». Une fois sur cette route mortelle, rien n’est sûr puisqu’il n’y a pas de sécurité.
Les attaques, les poses EEI , surtout au niveau des ponts de Parou et de Songobia ont coûté la vie à des centaines de personnes depuis 2017. Hier, mardi 26 janvier 2021, encore, 4 personnes ont perdu la vie au niveau du pont de Parou.

En effet, selon Oumar Guindo, correspondant de l’AMAP à Bandiagara, un véhicule mini bus en provenance de Bankass a heurté un Engin Explosif Improvisé ce 26 janvier 2021 vers 9heures au niveau du pont de Parou dans la commune rurale de Bara Sara sur la RN15 selon une source locale. Le bilan, à ses dires,  est de 4 morts et 3 rescapés parmi lesquels deux femmes. « Notre source indique  que les malfaiteurs auraient placé la mine au beau milieu du pont » , Oumar Guindo sur sa page Facebook.
A en croire le correspondant de l’AMAP, informé de l’incident, une équipe de  l’escadron de la gendarmerie de Bandiagara dirigée par le capitaine Sekou Kariba Konaté s’est immédiatement rendue sur les lieux afin de ratisser  la zone et secourir les rescapés . «Les corps ont été transportés à la morgue du csref de  Bandiagara par le capitaine et ses hommes », a écrit Oumar Guindo sur sa page Facebook.
Il faut rappeler que plusieurs centaines de personnes ont perdu la vie sur cette route de poisson.
B. GuindoSource : Le Pays
Mamadou Makadji


Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Mali : Délégation ministérielle à Kidal : La paix à petits pas

Kidal et Bamako renouent le fil du dialogue avec cette fois-ci des opportunités de développement de la région.
La résurgence du conflit armé a aggravé des situations et est à la source de l’instabilité du pays avec des conséquences sociales et économiques insurmontables. L‘avènement de la paix ne suffit pas à lui seul d’éradiquer la pauvreté, il est aussi vrai qu’il ne peut y avoir de réels progrès dans la lutte contre la pauvreté sans une paix durable. Autrement dit, il va falloir investir davantage dans les ressources humaines, le système de santé, donner de l’électrification et de l’eau potable à un maximum de ménages.

Dans les mallettes de la forte délégation ministérielle en visite dimanche les espoirs d’amélioration du vécu quotidien des populations en appuyant sur les leviers de la sécurité, la réconciliation nationale, la desserte en électricité de la ville plongée dans le noir, l’approvisionnement en eau potable entre autres et de recueillir les propositions des ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Signe d’un réchauffement des relations fortement dégradées après que les militaires aient annulé une visite.
L’électrification peut être source de nombreux bienfaits pour  la santé des foyers, même si elle ne sert pas pour la cuisson, les habitants des régions électrifiées utilisent de moins en moins de pétrole ou de bougies et facilitent l’apprentissage de nuit des élèves, améliorent substantiellement le revenu des populations par le biais de la vente des produits frais, entre autres.
Côté CMA, on juge l’initiative bonne à prendre, mais aussi importante serait la mise en place d’une administrative publique transparente, responsable et efficace. Les capacités restrictives du Mali en matière d’investissement  font qu’il doit compter sur un partenariat international puissant et résolu.  Facile à dire qu’à dire. L’aide des pays riches pour le relèvement après le conflit est souvent inefficace et la pandémie du coronavirus a tiré vers le bas l’économie mondiale, donc la mobilisation des ressources des financières étrangères ne serait pas du tout repos.
Source :  L’Informateur
Mamadou Makadji


Go to Source
Author: Mamadou Makadji

ACCORD D’ALGER : LE MINISTRE MOSSA AG ATAHER CONDUIT LE GOUVERNEMENT A KIDAL

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l’actualité malienne

Par bamada.net
27/01/2021

La 8ème région (Kidal) a eu la présence de plusieurs ministres. Conduits par le titulaire du département de la Jeunesse et des Sports, Mossa Ag Ataher, ils rejoignent l’Adrar des Ifoghas afin de procéder au retour de l’Administration. Un acte salutaire de la Transition qui marque un gros coup.

Une forte délégation gouvernementale est partie à Kidal pour aplanir les angles entre les Militaires au pouvoir et les ex rebelles de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). Il ne faut pas oublier que ces deux composantes sont désormais alliées au sein de la majorité où siège Mossa Ag Ataher en qualité (…)
BAMOÏSA
NOUVEL HORIZON

Tags: kidal

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l’actualité malienne


Go to Source
Author: bamada.net

DRAME SUR LE PONT PAROU PRÈS DE BANDIAGARA, HIER : UN VÉHICULE DE  TRANSPORT   SAUTE SUR UNE MINE  ET FAIT 4 MORTS ET 03 BLESSES,

Un véhicule mini bus  en provenance de Bankass a heurté un Engin Explosif Improvisé hier mardi 26 janvier 2021 vers 9heures au niveau du pont Parou dans la commune rurale de Bara Sara sur la RN15.

Selon une source locale le bilan est de 04 morts et 03 rescapés parmi lesquelles deux femmes. La même source indique que les malfaiteurs auraient placé  la mine au beau milieu du pont. Informée de l’incident une équipe de  l’escadron de la gendarmerie de Bandiagara dirigée par le capitaine Sékou Kariba Konaté s’est (…)
Gaoussou TANGARA
NOUVEL HORIZON 
Tags: BandiagaraBankass


Go to Source
Author: bamada.net