Tag Archives: bandits

Lubumbashi : des présumés bandits auteurs de la mort d’un cambiste aux arrêts

Trois présumés bandits auteurs de l’attaque des cambistes au centre ville de Lubumbashi ont été arrêtés et présentés aux autorités provinciales, ce mardi 19 janvier 2021 à la 22e région militaire. Parmi ces trois bandits, selon les explications de l’armée, un officier de la police criminelle, le capitaine Atwena Makanisi, lui qui est cité comme fournisseur d’armes et munitions à cette bande

Lors de cette présentation, le numéro 1 de l’exécutif provincial, Jacques Kyabula Katwe a rassuré la population de son engagement de la sécuriser. 

“Nous mettons tout en œuvre pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur le sol Haut-Katangais”, a-t-il expliqué. 

Il y a près d’une semaine, un cambiste avait reçu une balle en pleine journée non loin de la place de la poste, des hommes armés qui avaient réussi à lui ravir une importante somme d’argent après avoir tiré sur celui-ci. Ces présumés bandits ont été déférés devant les juridictions militaires pour connaître leur sort. Le cambiste sur qui ces hommes armés avaient tiré, suit des soins appropriés, selon ses proches. 

José MUKENDI


Go to Source
Author: PMaki

Faits divers : L’attaque à main armée tourne court

Deux bandits tentent de braquer un boutiquier. L‘opération tourne au fiasco

Le commissaire divisionnaire Ibrahim Togola et ses hommes ont saisi des armes de guerre et des munitions la semaine dernière. Les détenteurs de ce que les policiers eux mêmes ont qualifié de véritable arsenal, étaient deux individus. Ils ont été alpagués par les limiers dans les confins de Yirimadio, à la périphérie-Est, en Commune VI du District de Bamako. Cette interpellation est survenue de façon fortuite alors que les deux présumés auteurs étaient en pleine opération de braquage dans un des secteurs du quartier.

Selon nos sources à la police, la tentative de l’attaque à mains armées s’est déroulée, vendredi dernier, aux environs de 21 heures. Contrairement à certains endroits de la capitale, à cette heure-là, les habitants n’ont pas encore rejoint leurs lits. Même si les rues et les ruelles ne grouillent pas de monde, ils sont encore nombreux les habitants du secteur concerné à se trouver encore dehors. La preuve. Une boutique de vente de denrées alimentaires continuait ce jour-là à recevoir des clients.

C’est dans cette atmosphère d’achat et de vente que deux quidams, lourdement armés sont arrivés sur une moto Djakarta. Ils ont ciblé le boutiquier pour le déposséder de ses recettes. Mieux, les deux malfrats ont cru fermement qu’ils pouvaient créer une atmosphère de frayeur chez les clients qui étaient présents dans la boutique et ses alentours. Ils étaient tout à fait convaincus qu’à la vue de leurs armes, tous ceux qui se trouveraient dans l’échoppe allaient fuir. Mais malheureusement, ils n’avaient pas composé avec de possibles alertes que leur victime pourrait lancer. Et pourtant, ce fut le cas lorsque le boutiquier, principale victime, les a aperçu.

……..LIRE LA SUITE SUR LESSORMALI.ML

Commentaires via Facebook :


Go to Source
Author: L’Essor

Mali :TOKOTO-KITA : ATTAQUE À MAINS ARMÉES

attaque-de-deux-compagnies-de-transport-sur-la-route-de-sikassoHier entre 12h et 14h deux attaques ont eu lieu sur le tronçon Tokoto-Kita. Des bandits ont dépouillé les passagers d’un car de transport et d’un véhicule pick-up de tous leurs biens. Pas de perte en vie humaine.

Selon notre source, les attaques ont eu lieu entre Kita et Tokoto, vers le village de Boulili, à 25 km environ.

Aux dires de notre informateur, les bandits devraient être au nombre de 4 personnes lourdement armés.  Ils se sont cachés dans la forêt entre Boulili et Tokoto à 25 km et 10 de Tokoto.

Pour mener leur forfait, ils ont coupé des troncs d’arbre avec lesquels ils ont barré la route. Chaque véhicule qui vient est obligé de s’arrêter et les 4 bandits  surgissent avec armes en main.

Les 4 hommes auraient eu deux véhicules à leur merci dont un pick-up et un car de transport en commun. Ils n’ont heureusement tiré sur personne, mais ont dépouillé les passagers de leurs argents, téléphones et tout objet valeureux se trouvant à leur portée.

A en croire notre source, cette attaque n’est pas la première. Des bandits opèrent beaucoup dans les rayons de Tokoto qui abrite un important marché de bœufs. Et leur opération constituait à attaquer des vendeurs de bœufs pour leur dérober leur argent sur le chemin de retour. «Pour moi, il doit avoir des patrouilles fréquentes dans les rayons de Tokoto pour sécuriser la zone », a conseillé notre témoin dans le village de Boulili.

Koureichy Cissé 

Source : Mali Tribune



Go to Source
Author: Fatoumata

Mali : LE PHÉNOMÈNE DU BANDITISME PERSISTE SUR LES AXES ROUTIERS AU NORD-MALI : DES BUS DE TROIS COMPAGNIES DE TRANSPORT : SONEF, NOUR ET TELEMSI VICTIMES DE BRAQUAGE D’HOMMES ARMÉS ENTRE GOSSI-GAO

Les populations sont  à la merci  des terroristes et aux petits bandits .Ceux qui s’aventurent à voyager sont exposés aux braquages sur les routes en l’absence d’une armée censée les défendre contre les agressions. Les société de transport payent cher dans cette situation d’insécurité ambiante .Les compagnies comme SONEF et NOUR ont été plusieurs fois les cibles des bandits.

Ce fut le cas dans la nuit du mardi à hier mercredi ou d’après les informations trois bus sont tombés dans le piège de ces hors la loi .Il s’agit de bus appartenant aux sociétés suivantes : SONEF, NOUR et TELEMSI .Les voyageurs à bord de ces cars qui font la desserte de la ligne Bamako-Gao ont été dépossédés de tous leurs biens signalent les sources qui font cas de ce braquage survenu entre Gossi et Gao .Quelques heures avant cet acte criminel, on signalait un braquage qui s’est déroulé sur l’axe Ansongo-Labbezanga, précisément dans la localité de Seyna Bakr Koyra à seulement huit kilomètres du checkpoint des forces armées régulières. Pendant plus de deux heures, les passagers et les agents d’une ONG ont été dépouillés par les visiteurs indésirables sans aucun secours malgré les alertes auprès des forces de sécurité indiquent les sources sur ce braquage au nord du pays.

Cette situation montre à suffisance que la situation sécuritaire est vraiment dégradée dans cette partie du pays. Une source qui évoque la crise indique que plus de 100 motos ont été aperçues aux environs d’Ansongo sur la route de Tinhamas rapportent les sources selon lesquelles le groupe d’individus lourdement armés sur ces engins parlent haoussa, peul et anglais. D’où l’on peut légitimement  s’interroger si des éléments de Boko haram ne se sont pas infiltrés sur notre territoire pour participer aux combats que les deux groupes rivaux : l’EIGS et le GSIM se livrent sur le terrain depuis quelques jours.

Source : Le Soir De Bamako


Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Mali : GROS COUP DE FILET DES SERVICES DE SECURITE : UN RÉSEAU DE CRIMES ORGANISES EN COURS DE DEMANTELEMENT A BAMAKO

gros-coup-de-filet-des-services-de-securiteLa traque des bandits qui hantent les populations de Bamako se poursuit inlassablement par les forces de Sécurité. En effet après l’arrestation au lendemain du braquage ,  de Fodé Dabo alias Dasso par le Commissariat du 12ème Arrondissement, un membre actif du braquage de l’agence de la BDM au 1008 Logements, les services de sécurité viennent de cueillir deux autres membres du gang qui sème présentement la terreur non seulement dans la capitale mais sur les axes routiers.

Cette traque a permis de mettre le grappin sur Samba Diallo et Bada Dicko dit « Baraba ». Le premier a été arrêté le samedi dernier sur le site d’orpaillage de Bokoro dans la commune rurale de Selingué alors que le second (Bada Dicko) est cueilli, le même jour à Sirakoro en compagnie d’un autre complice dénommé Hamidou Diallo. Tous ces malfrats ont participé à l’attaque de l’agence de la BDM.

Selon une source proche des enquêteurs, le gang avait bien planifié cette opération. Ces malfrats conduits par le sieur Bada Dicko ont procédé à un repérage de la banque le 27 Novembre, avant d’entamer la préparation matérielle. Et c’est Bada Dicko qui planifia l’opération et le gang devrait entrer en action, le 6 Décembre. Ils anticipèrent par la suite après une consultation chez un charlatan pour effectuer leur forfait le 1er Décembre au cours duquel ils emportèrent plus d’une dizaine de millions de francs CFA.

Tout laisse à croire que, c’est le même groupe constitué d’anciens pensionnaires de la prison centrale de Bamako qui est l’auteur des actes de banditisme aussi bien dans la ville que sur les axes routiers (Bamako Segou ; Bamako-Dièma et Bamako-Sikasso). La traque des autres éléments en cavale se poursuit. On peut citer entre autres Hamidou Diallo et Pathé Diallo.

La suite de l’enquête va aussi permettre de remonter aux véritables cerveaux des crimes qui dirigent les opérations depuis les geôles de la prison centrale de Bamako-coura.

Les services de sécurité et leurs collègues des renseignements sont déterminés à démanteler ce réseau de criminels.

Le plus dur semble fait, il appartient aussi aux populations de jouer leurs partitions en dénonçant toute personne suspecte dans leurs localités respectives.

DEMBA KONTE –

Source : NOUVEL HORIZON



Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Mali : braquage d’une famille à Bacodjicoroni Golf

braquage-pistolet-banditisme-mains-armee-coup-feuCe mercredi 16 décembre 2020, des bandits armés ont braqué le domicile d’une famille à Bamako plus précisément à Bacodjicoroni Golf.

La situation sécuritaire du Mali s’empire de jour en jour. Si le nord est envahi par les djihadistes, le centre chamboulé par les attaques et les conflits entre Dogon et peul, la capitale est prise au piège par les voleurs, les braqueurs et les estro sans scrupules.

C’est dans ce climat d’insécurité que très tôt ce matin plus précisément vers 4h30, des bandits armés ont pénétré dans une maison au Golf non loin de MICASA. Selon une source très bien renseignée, un membre de la famille ayant pris connaissance du vol aurait appelé le numéro vert de la police nationale 80333 mais du fait de la grève de l’UNTM, il n’y avait pas d’agent disponible pour l’intervention. Ainsi les voleurs ont pu voler 5 millions de francs CFA et 2 IPhones à la famille.

Une enquête a été ouverte, l’affaire est prise en charge par la gendarmerie du Comps 1 de Bamako.

Nous y reviendrons.

Maliactu.net



Go to Source
Author: Adam Mallé

Sud-Kivu: 4 présumés bandits armés ont été arrêtés près de Baraka

L’armée a arrêté 4 présumés bandits avec trois armes et plusieurs munitions à Bibokoboko près de la cité de Baraka (Sud-Kivu). Selon les sources militaires, ces présumés bandits sont des déserteurs des groupes armés Kibukila et Toronto qui s’installent dans les moyens plateaux pour les vols des bétails.

Cette arrestation fait suite aux enquêtes menées par les services des renseignements après deux semaines depuis la disparition d’un militaire dans ce milieu.

“Ces gens ont été arrêtés ce samedi décembre à Bokoboko. C’est suite aux enquêtes menées par nos services parce qu’il y avait disparition d’un militaire qui a été tué et son arme même emportée par les inconnues il y a deux semaines. Depuis tout ce temps nous étions dans la phase des enquêtes et voilà nos enquêtes viennent d’aboutir au bon résultat car c’est suite à ça que nous sommes parvenus à tomber sur ces malfrats. Ils avaient trois armes dont deux AK 47 et une ancienne Falo. Ils seront auditionnés et on saura partager la responsabilité de chacun. Comme vous pouvez le voir, ils sont détenteurs d’armes de guerre. Nous pensons qu’à travers ceci, nous laissons le travail aux Opj pour ne pas divulguer la piste. Nous sommes sûrs que d’autres personnes seront pointées du doigt car les enquêtes continuent”, a expliqué le colonel David Ipanga, commandant du 2202e régiment.

De son côté, le président de la nouvelle société civile de Baraka, Jacques Abungulu, loue les efforts menés par l’armée tout en appelant la population à continuer à collaborer avec les services de sécurité pour une paix durable de la zone.

“Nous avons accueilli avec beaucoup de joie l’information sur l’arrestation de ces 4 bandits car nous avons jadis dénoncé sur ce dossier et aujourd’hui nous sommes devant un fait accompli, vraiment pour nous c’est un geste à encourager car notre travail ne se limite seulement pas à dénoncer mais aussi à encourager les efforts que mènent les différents services pour la stabilisation et la paix dans la zone. Nous appelons toujours la population à avoir une collaboration stricte avec l’armée tout en dénonçant les malfaiteurs car c’est le seul moyen qui peut faire à ce que nous ayons une paix durable”, a-t-il dit.

Samedi dernier, un autre élément du groupe armé Gumino était capturé avec son arme par les FARDC  à Mikenge dans le secteur d’itombwe en territoire de Mwenga.

Lubunga lavoix, à Baraka


Go to Source
Author: cleas

Goma: une attaque des bandits armés fait plusieurs morts au quartier Ndosho

Plusieurs personnes ont été tuées lors d’une attaque des bandits armés ce vendredi soir au quartier Ndosho en ville de Goma (Nord-Kivu). Selon les sources locales, le drame s’est passé aux environs de 19h locales lorsque des bandits armés non autrement identifiés ont ouvert le feu sur des civils dont des passants. 

« Nos équipes des jeunes en charge de la vigilance affirment avoir recueilli des informations selon lesquelles ces bandits armés étaient au nombre de 5. Ils portaient des treillis et des tenues civiles. Ils ont tiré sur la population dans l’espace comprise entre l’antenne d’un réseau de télécommunication et le terrain de Kabasha. On a compté sur place 5 morts et des blessés. Maintenant, nous apprenons que le bilan s’est alourdi. Au moins 11 morts ont été enregistrés parmi les civils et des nombreux blessés » témoigne Johnson Ishara, président du parlement des jeunes du Nord-Kivu. 

Pour l’instant, des tirs sporadiques se font encore entendre au quartier Ndosho et ses environs. Les sources locales affirment que les forces de sécurité sont intervenues et poursuivent l’ennemi qui a attaqué. Aucune communication n’a, jusque-là, pas été faite par les autorités tant administratives que militaires. 

Jonathan Kombi


Go to Source
Author: PMaki

INSECURITE A BAMAKO : un entrepreneur abattu par des braqueurs en plein jour à Bamako

Deux bandits armés sur une moto Jakarta ont tiré sur un homme conduisant une Prado noire, avant de disparaître avec son sac. Cette digne d’un no man’s land s’est déroulée lundi dernier (30 novembre 2020) devant la gare routière de «Africa Tour Trans» sise à Sogoninko.

La victime, Mohamed Traoré dit Bafla (entrepreneur originaire de San), a reçu une balle à la tête et une autre dans la poitrine. Sérieusement blessé. Transporté d’urgence à l’hôpital, il a malheureusement succombé à ses blessures. Selon nos informations, il aurait effectué un retrait bancaire. Visiblement, ses agresseurs étaient bien informés sur cette opération bancaire.

Deux autres braquages ont été signalés dans la capitale le lundi 30 novembre à Bamako, notamment l’un près de Diarra Transport et l’autre à l’ACI 2000 au Rond-point Babani Koné. Ce dernier braquage a visé un expatrié libanais. Des braquages à Bamako, en plein midi et en pleine circulation deviennent désormais le quotidien.

Le mode opératoire reste le même : deux jeunes, à moto, vous suivent, vous braquent et vous dépossèdent de votre argent généralement après une opération bancaire.

En tout cas, avec ces agressions avec armes, ces assassinats, ces cambriolages, ces braquages meurtriers en plein jour et souvent au centre-ville, l’insécurité à Bamako devient inquiétante. A croire que la «Cité des Trois caïmans» s’est transformée en Far West ?

La Rédaction

Source : LE COMBAT


Go to Source
Author: bamada.net

Recrudescence du banditisme à Bamako : les nouvelles autorités défiées par bandits armés

Peur sur la capitale malienne ! Tenez vous bien, les bandits dictent leur loi et braquent les paisibles citoyens en pleine journée sans que les forces de l’ordre réagissent.

Bamako, la capitale du Mali, jadis ville paisible où il faisait bon de vivre est devenue aujourd’hui un far West avec son cortège de braquage et attaque à main armée. Il ne passera plus une semaine sans qu’on signale un braquage spectaculaire. Quelques exemples pour illustrer cette situation rocambolesque.

Le mardi 1er décembre 2020, l’agence de la Banque de Développement du Mali (BDM SA) a été attaquée par des bandits armés vers 11h 40 mn. Dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, on peut voir le garde neutralisé par les bandits armés avant de passer à l’opération.

Le lundi 30 novembre, sur l’Avenue OUA, non loin de la compagnie Africa Tours Trans aux environs de 11 heures, un opérateur économique répondant au nom de Mohamed Traoré  dit  Bafla, un jeune ressortissant de San, a été tué en plein jour et en pleine circulation dans son véhicule Prado 4X4 par des bandits armés qui ont emporté son sac avant de disparaitre dans la nature.

Le même jour, non loin de l’hôtel Radisson, deux piétons  un égyptien et son accompagnateur de nationalité malienne attaqués en plein jour  par deux hommes sur une  moto. Son sac emporté. Il a pris deux balles au niveau de son genou.

D’autres attaques spectaculaires ont eu lieu dans le passé. Une situation révoltante ! car ces bandes de malfaiteurs opèrent en territoire conquis et ne sont nullement iniquités par les Forces de l’ordre. Malgré l’existence de 17 commissariats de polices, les  Brigades de Gendarmeries (BT) dans les communes environnantes  appuyés par les unités spéciales  telles : la  Brigade Anti Criminalité (BAC), la Brigade Spéciale d’Intervention  (BSI) la Force de Lutte contre le terrorisme (Forsat), le Péleton d’Intervention de la Gendarmerie Nationale  (PIGN), les hommes d’affaires, les commerçants détaillants et acteurs du développement sont dans l’angoisse quotidienne.

La peur a gagné les esprits. Et la psychose s’installe. Ce qui est évident et inquiétant la criminalité urbaine progresse  significativement  sans que les populations voient une réaction timide de la part des autorités chargées de la sécurité.  Beaucoup s’interrogent si les bandits n’ont pas défié les nouvelles autorités ? Sinon comment comprendre que les bandits fassent ces braquages spectaculaires en pleine journée et s’évaporent dans la nature souvent au nez et la barbe des agents de force de sécurité.

Il y a deux jours, le Directeur général de la Police a réuni les responsables de la police pour donner des instructions fortes. Il est regrettable et déplorable de rendre à l’évidence que le patron de la Police nationale semble être dépassé par l’événement. Et le ministre de la sécurité et de la protection civile, Colonel Modibo Koné brille par son absence qui en dit long sur son incapacité et son incompétence à tenir la barque.

Mohamed Kanouté

Source : Mali24


Go to Source
Author: bamada.net