Tag Archives: Croatie

Croatie – Déplacement de Jean-Yves Le Drian (14.01.21)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, se rendra à Zagreb en Croatie le jeudi 14 janvier.

Le ministre sera reçu par Zoran Milanovic, Président de la République de Croatie, et s’entretiendra avec Andrej Plenkovic, Premier ministre et Gordan Grlic-Radman, ministre des Affaires étrangères et européennes.

Jean-Yves Le Drian évoquera avec ses interlocuteurs le dynamisme de nos relations bilatérales incarné par l’existence, depuis 2010, d’un partenariat stratégique entre nos deux pays décliné en plan d’action. Il abordera les grands dossiers de l’actualité européenne dans la perspective de la présidence française du Conseil de l’Union européenne au premier semestre 2022, la situation dans les Balkans occidentaux et les derniers développements liés au Brexit. Jean-Yves Le Drian évoquera également les grandes questions internationales.

Deux semaines après le séisme qui a frappé la Croatie, causant la mort de 7 personnes et de nombreux dégâts matériels, M. Le Drian se rendra à proximité de l’épicentre pour manifester la solidarité et l’amitié de la France envers le peuple et les autorités croates. La France a immédiatement envoyé 240 tentes et plusieurs containers/habitations d’urgence.

Le ministre visitera l’école française internationale de Zagreb qui forme, avec l’école allemande, l’un des cinq eurocampus franco-allemands dans le monde.


Go to Source
Author:

Six morts dans un séisme de magnitude 6,4 en Croatie

Six personnes au moins ont péri mardi dans un puissant séisme qui a secoué le centre de la Croatie, semant la panique, rasant des maisons et plongeant une ville dans le noir. 

La localité de Petrinja et ses alentours ont été durement touchés par la secousse de magnitude 6,4, également ressentie dans les pays voisins et même jusqu’à Vienne. Certains des 20.000 habitants s’apprêtaient à passer la nuit dehors par peur d’éventuelles répliques.

Selon l’Institut de géophysique américain (USGS), l’épicentre se situait à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Zagreb, dans la région de Sisak, secouée la veille par un tremblement de terre moins puissant.

Recherche de survivants

« La recherche de survivants dans les décombres se poursuit », a déclaré tard mardi soir le ministère de l’Intérieur, tandis que l’Union européenne annonçait l’envoi d’aide.

Le responsable de la gestion des crises pour l’UE, Janez Lenarcic, a prévu notamment l’acheminement « de tentes hivernales, de lits et de sacs de couchage, ainsi que des conteneurs utilisables comme abris ». Il a annoncé qu’il se rendrait sur place mercredi.

Selon la police croate, une jeune fille a trouvé la mort à Petrinja et cinq autres personnes dans le village voisin de Glina. Une vingtaine de personnes sont blessées dont six grièvement.

Bâtiments détruits

L’électricité a été coupée à Petrinja et, à la nuit tombée, le centre-ville était encore plongé dans le noir. Sur la place principale, plusieurs bâtiments ont été complètement détruits. La police et l’armée s’affairaient à déblayer les débris à l’aide de pelleteuses.

L’hôpital de la ville était également privé d’électricité. La chaîne de télévision N1 a diffusé des images montrant des patients en train de s’éclairer avec leur téléphone portable.

Le séisme a aussi secoué la capitale Zagreb, où des habitants se sont précipités dans les rues et des tuiles de toits d’habitations se sont écrasées sur la chaussée, a constaté l’AFP.

Le séisme a été ressenti jusqu’en Slovénie, en Serbie et en Bosnie mais aussi en Autriche et en Hongrie.

La centrale nucléaire slovène de Krsko a été mise à l’arrêt « par précaution ».

En mars, Zagreb avait été frappée par un tremblement de terre de magnitude 5,3 qui avait provoqué d’importants dommages.

Les Balkans sont une zone de forte activité sismique et les tremblements de terre y sont fréquents. En novembre 2019, plus de 50 personnes avaient été tuées en Albanie dans un séisme qui avait également fait des milliers de sans abri.

Élections américaines – Des pirates dans les systèmes de l’État de Washington

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.


Go to Source
Author: Epoch Times avec AFP

La Croatie touchée par un séisme de magnitude 6,4

A Zagreb, le 29 décembre.

Un tremblement de terre de magnitude 6,4 a touché la Croatie mardi 29 décembre, provoquant l’effondrement d’immeubles dans la ville de Petrinja, dans le centre du pays, a annoncé l’Institut de géophysique américain (USGS).

L’épicentre de la secousse, qui a eu lieu vers 13 h 30, à une profondeur de 10 kilomètres, était localisé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Zagreb, où des habitants paniqués se sont précipités dans les rues.

« Nous retirons actuellement des gens des décombres, nous ignorons encore s’il y a des morts ou des blessés », a déclaré à une chaîne de télévision locale le maire de Petrinja, Darinko Dumbovic. « C’est la panique générale, tout le monde cherche à connaître le sort de ses proches », a-t-il ajouté. Des images de la ville, qui compte près de 20 000 habitants, montraient des toits effondrés et des rues jonchées de briques et autres débris.

Lundi, c’est-à-dire la veille, un séisme d’une plus faible magnitude avait touché la même région, ne causant que des dégâts matériels mineurs. Les Balkans sont une zone de forte activité sismique, et les tremblements de terre y sont fréquents.

Une centrale nucléaire mise à l’arrêt en Slovénie

« Par précaution », la centrale nucléaire slovène de Krsko a été mise à l’arrêt après le séisme, a déclaré une porte-parole du site, sans donner plus de détails. Selon l’agence de presse STA, il s’agit d’une « procédure normale en cas de forts tremblements de terre ».

Le séisme a été ressenti dans la capitale slovène, Ljubljana, ainsi que dans d’autres pays de la région, notamment en Hongrie et en Autriche, selon des témoins et les médias.

Construit à l’époque yougoslave et entré en service en 1983, le réacteur de type Westinghouse de Krsko, d’une puissance de 700 mégawatts, est celui de l’unique centrale de Slovénie, qui partage le site avec la Croatie. Il devait initialement cesser son activité en 2023, après quarante ans de fonctionnement.

Ljubljana et Zagreb ont toutefois décidé en 2015 de prolonger son activité de vingt ans, malgré les protestations de plusieurs ONG. Il couvre environ 20 % des besoins en électricité de la Slovénie et 15 % de ceux de la Croatie.

Le Monde avec AFP


Go to Source
Author:

France-Norvège : un nouveau sacre pour les Bleues ? Suivez la finale de l’Euro de handball en direct

Que suit-on ? La finale entre la France et la Croatie à l’Euro de handball féminin.

À quelle heure ? 18 heures.

Où ? A la Jyske Bank Boxen de Herning (Danemark), à huis clos (12 500 places en temps normal).

Sur quelle chaîne ? BeIN Sports 1 (payant) et TF1 (gratuit).

Qui anime ce live ? Clément Martel et Maxime Lemaitre tenteront roucoulettes, chabadas et kung-fu pendant deux fois trente minutes depuis le chaudron d’Austerlitz.

Composition des équipes :

Gardiennes : Leynaud, Darleux – Joueuses de champ : Nocandy, Coatanea, Valentini, Zaadi, Kouyaté, Niakaté, Dembélé-Pavlovic, Sercien Ugolin, Flippes, Kanor, Edwige, Foppa, Nze Minko, Lacrabère.
Entraîneur : Olivier Krumbholz.

Gardiennes : Si. Solberg, Lunde – Joueuses de champ : Loke, Frafjord, Herrem, Oftefal, Mork, Sa. Solberg, Kristiansen, Skogrand, Arntzen, Aune, Jacobsen, Breistol, Brattset, Reistad.
Entraîneur : Thorir Hergeirsson.

Qui arbitre ? Viktoriia Alpaidze et Tatyana Berezkina , deux arbitres russes.

De quoi on ne parlera pas : du rap français, qui oublie son oncle d’Amérique

Quoi lire en attendant ?

Les Françaises, impériales en demi-finale, défendront leur titre

La richesse du banc, arme fatale de l’équipe de France

La Hongrie, eldorado du handball féminin français

Grâce Zaadi a endossé l’habit de « patronne »

Les deux vies d’Estelle Nze Minko

A l’Euro, les Bleues ne veulent pas se tromper d’objectif


Go to Source
Author:

France-Croatie en direct : les Bleues se qualifient pour la finale de l’Euro en surclassant la Croatie (30-19)

Que suit-on ? La demi-finale entre la France et la Croatie – non, ce n’est pas du foot – de l’Euro féminin de handball.

A quelle heure ? 18 heures.

Où ? A la Jyske Bank Boxen de Herning (Danemark), à huis clos (12 500 places en temps normal).

Sur quelle chaîne ? beIN Sports 1 (payant) et TMC (gratuit).

Qui anime ce live ? Maxime Lemaitre et Nicolas Lepeltier pour des roucoulettes, chabadas et kung-fu pendant deux fois trente minutes dans le chaudron d’Austerlitz.

Composition probable des équipes :

France : Leynaud – Nze Minko, Zaadi, Sercien-Ugolin – Dembélé, Foppa, Coatanéa.

Entraîneur : Olivier Krumbholz.

Croatie : Pijevic – Micijevic, L. Kalaus, Krsnik – P. Posavec, Debelic, J. Mamic.

Entraîneur : Nenad Sostaric.

Qui arbitre ? Mmes Christiansen et Hansen, deux arbitres danoises.

De quoi on ne parlera pas : de la grande impréparation du Royaume-Uni pour le Brexit, nos collègues Eric Albert et Cécile Ducourtieux, correspondants à Londres, sont mieux placés pour en parler.

Quoi lire en attendant ?

La Hongrie, eldorado du handball féminin français

Les Bleues en demi-finales après avoir dominé la Suède

Grâce Zaadi a endossé l’habit de « patronne »

Les deux vies d’Estelle Nze Minko

A l’Euro, les Bleues ne veulent pas se tromper d’objectif


Go to Source
Author:

France-Croatie : suivez en direct la demi-finale de l’Euro féminin de handball

Que suit-on ? La demi-finale entre la France et la Croatie – non, ce n’est pas du foot – de l’Euro féminin de handball.

A quelle heure ? 18 heures.

Où ? A la Jyske Bank Boxen de Herning (Danemark), à huis clos (12 500 places en temps normal).

Sur quelle chaîne ? beIN Sports 1 (payant) et TMC (gratuit).

Qui anime ce live ? Maxime Lemaitre et Nicolas Lepeltier pour des roucoulettes, chabadas et kung-fu pendant deux fois trente minutes dans le chaudron d’Austerlitz.

Composition probable des équipes :

France : Leynaud – Nze Minko, Zaadi, Sercien-Ugolin – Dembélé, Foppa, Coatanéa.

Entraîneur : Olivier Krumbholz.

Croatie : Pijevic – Micijevic, L. Kalaus, Krsnik – P. Posavec, Debelic, J. Mamic.

Entraîneur : Nenad Sostaric.

Qui arbitre ? Mmes Christiansen et Hansen, deux arbitres danoises.

De quoi on ne parlera pas : de la grande impréparation du Royaume-Uni pour le Brexit, nos collègues Eric Albert et Cécile Ducourtieux, correspondants à Londres, sont mieux placés pour en parler.

Quoi lire en attendant ?

La Hongrie, eldorado du handball féminin français

Les Bleues en demi-finales après avoir dominé la Suède

Grâce Zaadi a endossé l’habit de « patronne »

Les deux vies d’Estelle Nze Minko

A l’Euro, les Bleues ne veulent pas se tromper d’objectif


Go to Source
Author:

Controverse autour de la sensibilité des tests PCR

Dépistage à Zagreb (Croatie), le 23 novembre 2020.

Malgré l’arrivée récente des tests antigéniques, les tests RT-PCR restent considérés par l’ensemble des acteurs de santé publique comme la référence pour dépister le virus du SARS-CoV-2. D’autant plus à la veille des fêtes de fin d’année, quand près de 26 % des Français seraient prêts à se faire tester avant d’aller voir leur famille, selon un sondage Ifop.

Ce test réalisé en laboratoire est pourtant l’objet de vives critiques. Dans un avis daté du 17 novembre, le conseil scientifique écrit ainsi : « Du fait de leur sensibilité (…), [les tests PCR] peuvent amener à des isolements inutiles dans la mesure où environ 20 % des personnes dépistées PCR positifs (…) présentent une excrétion virale nulle ou faible les rendant non contagieuses. » Alors, les tests PCR sont-ils fiables, et donnent-ils une image exacte de l’épidémie ?

Traquer l’ARN

Le test RT-PCR (pour reverse transcriptase-polymerase chain reaction) se caractérise par une très grande sensibilité (donc très peu de faux négatifs) et une grande spécificité (donc très peu de faux positifs). Les erreurs de manipulation en laboratoire sont toujours possibles mais très rares. A titre d’exemple, dans une publication datée du 17 septembre, le groupe de travail sur le dépistage du Covid-19 en Ontario (Canada) a trouvé un taux de faux positifs inférieur à 0,01 %.

Lire aussi Tests, masques, distanciation : nos conseils pour un Noël sans Covid-19

Pour ce qui est des « faux négatifs », dont on a beaucoup parlé en début d’épidémie, rien ne permet de les quantifier aujourd’hui. S’ils existent, ils ne sont pas liés à la machine PCR, mais au prélèvement de sécrétions effectué sur les patients. « Les écueils qui conduisent à d’éventuels faux négatifs sont les prélèvements mal faits ou faits trop tôt ou trop tard, à des stades de la maladie où la charge virale est moins facilement détectable », explique Lionel Barrand, président du Syndicat des jeunes biologistes médicaux.

Mais que détecte précisément le test PCR ? A partir d’un prélèvement de sécrétions habituellement fait grâce à un grand écouvillon dans la zone nasopharyngée, il consiste à repérer la présence du virus en traquant des parties de son ARN, un brin unique d’acides nucléiques support de son génome. La première étape est celle de l’extraction et de la purification des molécules d’ARN grâce à des kits commerciaux vendus par les fabricants de machine PCR. La machine va ensuite répliquer ses brins d’ARN de manière exponentielle afin d’obtenir un signal suffisant pour détecter des séquences de gènes présents dans le génome du virus.

Il vous reste 70.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Go to Source
Author:

Rafale: l’Armée de l’air française se coupe-t-elle les ailes pour la Croatie?

Rafale


©
REUTERS / U.S. Air Force/Senior Airman Tyler Woodward

La France espère vendre 12 Rafale à la Croatie. Tout comme pour la Grèce, les appareils seront prélevés sur les dotations des forces armées. Un cas de figure qui, selon le rapporteur spécial pour les crédits de la Défense de l’Assemblée nationale, placerait l’Armée de l’air en déficit capacitaire. Analyse.

Après la Grèce, le Rafale fera-t-il des émules en Croatie? Florence Parly était en visite à Zagreb le 23 novembre afin de discuter de l’Europe de la Défense avec son homologue croate, Mario Banožić.

Une idée chère à la France, mais aujourd’hui menacée par l’alternance politique aux États-Unis. Celle-ci devrait en effet, selon toute probabilité, provoquer un renouveau transatlantique et donc jouer contre les espoirs de souveraineté européenne. Mais qu’à cela ne tienne: avec Banožić, Parly aurait notamment évoqué un accès facilité des entreprises croates au programme européen de développement de l’industrie de Défense.

​Jusqu’ici, Zagreb entretenait le projet d’acquérir un avion de combat polyvalent, afin de remplacer ses obsolètes MiG-21 issus des ex-forces aériennes yougoslaves ou achetés à un aréopage de pays de l’ex-bloc soviétique. Bien que du côté croate, on n’en fasse nullement mention dans le compte rendu de la rencontre entre les deux ministres, Florence Parly a rappelé sur les réseaux sociaux que la France avait déposé le 10 novembre une offre portant sur 12 Rafale.


©
AFP 2020 MARIO GOLDMAN
La France n’est toutefois pas la seule en lice pour remporter ce contrat. Dassault aviation devra compter sur la concurrence de F-16 «Barak» d’occasion de l’israélien IAI, des JAS-39 Gripen C/D MS20 du Suédois SAAB, ainsi que des F-16 «Viper», du numéro un mondial de l’armement, l’américain Lockheed-Martin.

Des appareils prélevés sur les dotations des Armées

De son côté, la France a proposé des Rafale F3, eux aussi d’occasion. Comme dans le cas de douze des dix-huit Rafale en passe d’être commandés par Athènes, ceux-ci seront directement prélevés sur les dotations des armées françaises. Le procédé est généralement présenté comme permettant d’accélérer la livraison. Il interpelle toutefois certains spécialistes de la Défense qui y voient une carence industrielle mal déguisée. Quant au tour de passe-passe budgétaire, celui-ci n’est pas sans conséquence. En effet, les appareils vendus d’occasion seront recommandés flambant neufs auprès de Dassault par le ministère des Armées. Bref, une opération tout bénef pour l’avionneur, mais potentiellement moins pour le contribuable français.

«Il va falloir les refinancer. Là ce n’est pas une feuille de papier, c’est sans doute un sujet à au moins un milliard,» estimait le député Les Républicains (LR) François Cornut-Gentille devant la commission des finances de l’Assemblée nationale.

Auteur de l’attendu –et redouté– rapport sur les crédits de la Défense, l’élu intervenait le 22 octobre dernier en commission dans le cadre du bouclage du projet de Loi de finances (PLF) 2021. Si le député soulignait la «bonne nouvelle à l’export» que constituerait une concrétisation du contrat Rafale en Grèce, il s’interrogeait sur ses répercutions tant opérationnelles que budgétaires pour une Armée de l’air aux moyens déjà limités. Le député souligne ainsi que si le ministère des Armées reste «dans les clou» budgétairement, l’atterrissage s’avère «à chaque fois relativement périlleux», sauvé cette année par le surplus de retards en matière d’équipements militaires (programme 146) provoqué par la crise sanitaire.

Même constat quant au prélèvement d’autant de Rafale en cas de signature avec la Croatie: le «problème à un milliard» provoquera immanquablement un déficit en capacités opérationnelles pour la composante air des forces armées françaises, estime ainsi le responsable du rapport «Défense: préparation de l’avenir». Dans ce document, le député note que l’Armée de l’air sera en déficit capacitaire en l’absence de «commandes nouvelles non programmées de 24 Rafale.»

Une Armée de l’air en déficit capacitaire

Un point qui n’a pas échappé au Canard enchaîné qui, dans son édition du 25 novembre, tacle une armée «désarmée». Reprenant les chiffres de ce rapport de 370 pages du député LR, concernant la disponibilité du matériel des différentes armes, le palmipède rappelle que sur les 152 Rafale dont dispose la France, «seulement un sur deux est actuellement prêt à balancer une bombe nucléaire ou un missile.»

Un Rafale sur deux opérationnel: un constat dramatique… mais à la vue des statistiques de l’Armée de l’air, le dernier-né de Dassault Aviation est celui qui tire le mieux son épingle du jeu. Du côté de son grand frère, le Mirage 2000-D, le taux de disponibilité n’est que de 39,7% «en progrès», note toutefois le député, par rapport aux 33,8% de 2018. Les Rafale, quant à eux, suivent une mauvaise pente: bien que le nombre de Rafale augmente, leur disponibilité diminue d’année en année. Le rapport indique ainsi qu’en 2019, seule la moitié d’entre eux (50,2% des 105 Rafale et 49,2% des 42 Rafale Marine) étaient disponibles. En comparaison, ces deux taux étaient encore, respectivement, de 55,4% et 56,9% en 2017.

La faible disponibilité du matériel dans l’armée française, un vieux serpent de mer qui avait violemment ressurgi à l’arrivée de Florence Parly à Balard lorsque dès l’été 2017, Bercy imposait à la Grande Muette une coupe budgétaire de 850 millions d’euros. Cette annonce avait notamment provoqué le très médiatisé coup de sang du chef d’État-major d’alors, le général Pierre de Villiers, qui fut contraint au départ. Afin d’inverser la tendance, la nouvelle ministre des Armées avait créé quelques mois plus tard une «direction de la maintenance aéronautique» (DMAé). La nouvelle organisation se donnait trois ans pour redresser la barre. De son côté, le chef de l’État promettait un budget de la Défense «inédit et incomparable» porté à 2% du PIB d’ici à 2025.

Budget en surchauffe; des ventes et des retards bienvenus?

L’aggravation semble avoir été endiguée concernant certains appareils et l’objectif des 2% a été atteint avant l’heure, du fait de la contraction du PIB provoquée par la crise du Covid-19. Néanmoins, les promesses de l’exécutif en matière de capacités opérationnelles de l’Armée de l’air se heurtent à une dernière variable, et non des moindres: les capacités de production de Dassault. Si Florence Parly a promis début octobre, devant l’Assemblée, que les avions prélevés pour la commande grecque seraient remplacés, les chaînes de production de l’avionneur à Mérignac tournent déjà à plein régime afin d’honorer les commandes indienne, qatarie et égyptienne.

Résultat: initialement prévue entre 2019 et 2021, la livraison des 28 derniers Rafale destinés aux armées françaises a été reportée de trois ans. Par ailleurs, une commande de 32 appareils neufs pourrait rallonger ce carnet de commandes bien rempli si la Suisse confirmait son intérêt pour le Rafale. Difficile, à première vue, de faire entrer au chausse-pied 24 Rafale supplémentaires afin d’atteindre l’objectif de détenir une flotte de Rafale pleinement opérationnelle d’ici 2025.


Go to Source
Author:

Ligue des nations : bousculée, la France s’impose en Croatie (2-1)

Les Bleus l’emportent de justesse en Croatie, grâce à Kylian Mbappé qui bat le gardien Dominik Livakovic, à Zabreb, mercredi 14 octobre.

Décidément, la Croatie va détester affronter l’Equipe de France. Deux ans après la douloureuse finale de Coupe de monde perdue 4 buts à 2, et un mois après une défaite à Saint-Denis en Ligue des nations – sur le même score –, les Croates ont encore subi le réalisme des Bleus (2-1), mercredi 14 octobre à Zagreb, lors de la quatrième journée de la Ligue des nations.

« On les a presque eus ! », a pesté le sélectionneur croate Zlatko Danic après la rencontre. « On joue contre une équipe qui vaut un milliard d’euros, et qui punit chaque erreur », a-t-il ajouté, un brin dépité. La France a effectivement dompté Luka Modric et ses 6 300 supporters croates, sur un but tardif de Kylian Mbappé, un succès qui maintient les hommes de Didier Deschamps dans la course à la première place avec le Portugal.

Le sélectionneur français avait regretté un manque « d’étincelles » dimanche contre les Portugais (0-0), il trouvera peut-être du réconfort dans la réussite retrouvée de ses joueurs à la veille de souffler ses 52 bougies. Le cadeau d’anniversaire lui a été délivré avec un jour d’avance par ses deux champions du monde Mbappé et Antoine Griezmann, déjà buteurs face aux mêmes Croates en finale de la Coupe du monde 2018.

Pourtant, la victoire des Bleus s’est dessinée dans la douleur dans le stade Maksimir, habituel terrain de jeu du Dinamo Zagreb dont la capacité initiale (35 000 places) a été réduite depuis un tremblement de terre survenu en mars dernier.

« Il ne faut pas croire que parce qu’on est champion du monde, on gagne les matches en claquant des doigts », a analysé Deschamps sur TF1, soulignant « l’état d’esprit » et « le caractère » de ses joueurs.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Didier Deschamps : « Quand on est sélectionneur, la limite d’âge n’existe pas »

33e but pour Griezmann

Au coup d’envoi, le sélectionneur tricolore avait choisi de lancer Anthony Martial, plutôt qu’Olivier Giroud, associant l’avant-centre de Manchester United à Griezmann, dont c’était la 40e sélection consécutive, et Mbappé, engagé dans deux jours avec le Paris-SG en championnat.

Avec N’Golo Kanté préservé en tribune, et Paul Pogba sur le banc, le milieu avait une allure inhabituelle autour du Rennais Steven Nzonzi, associé à Adrien Rabiot et Corentin Tolisso. En défense, Ferland Mendy était expatrié à droite pour laisser le côté gauche à Lucas Digne, autour de la charnière classique par Raphaël Varane et Clément Lenglet.

Si Mbappé a allumé les premières mèches, la lumière est venue d’un débordement du gaucher Mendy qui a pris de vitesse son vis-à-vis pour centrer du pied droit. Sa tentative, repoussée par la défense, a été exploitée parfaitement par Griezmann dont la lourde frappe a fait trembler la barre transversale avant de trouver les filets (8e).

33e but en sélection pour Antoine Griezmann, mercredi, à Zagreb face à la Croatie.

En difficulté au Barça, pas à son niveau contre le Portugal, « Grizou » a fêté son efficacité offensive retrouvée et son 33e but en sélection d’une petite danse.

« Des buts, j’en ai des plus beaux. J’ai tout mis dedans, ça fait du bien. Je me sens bien, le coach sait où me mettre, je profite de cette situation, de cette place, de la confiance du coach et des coéquipiers », se réjouissait le numéro 7 des Bleus.

Même s’il traverse « une période un peu plus compliquée sur le plan offensif, (…) on sait qu’il a cette faculté à répondre présent pour cette équipe de France, soyons patients », avait exhorté la veille Lloris, en bon capitaine et visionnaire.

Lire aussi Griezmann, du bleu pour apaiser les maux barcelonais

« Une mentalité de gagnant »

La prédiction s’est vérifiée, mais cela n’a pas empêché les Bleus de souffrir sous les coups de boutoir des Croates, déterminés à enfin faire mordre la poussière à leur bête noire.

La sélection au damier rouge et blanc n’a rien lâché jusqu’à l’égalisation de Nikola Vlasic (65e) et elle a même crû rééditer la performance à la toute fin du match, mais Lloris s’est imposé sur des frappes (86e, 90e) avant deux dernières sorties aériennes dans le temps additionnel.

Entre-temps, heureusement pour les Bleus, Mbappé avait jailli (79e) sur un superbe centre de volée de Lucas Digne, après un long service de Pogba, pour inscrire le but de la victoire.

« Encore une fois, on a fait les efforts et à 1-1, ça se joue à des détails, ça aurait pu basculer en leur faveur, analysait en fin de match Hugo Lloris. Mais on a fait en sorte, avec un très joli but, de prendre l’avantage et de le garder. Je crois qu’il y a une mentalité de gagnant en équipe de France. On essaie de la cultiver depuis quelques années, à l’image de notre entraîneur. »

Après ce résultat heureux, les Bleus vont pouvoir venir disputer ce qui ressemble à une finale de groupe alléchante le 14 novembre à Lisbonne contre le Portugal, vainqueur 3-0 de la Suède mercredi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Droits de diffusion du football : l’Elysée ne veut pas intervenir dans le dossier Mediapro

Le Monde avec AFP


Go to Source
Author: