Tag Archives: Daniil

Tenista ruso Medvedev aprueba posposición de Abierto australiano

26 de diciembre de 2020, 11:30Moscú, 26 dic (Prensa Latina) El tenista ruso Daniil Medvedev manifestó hoy manifestó estar de acuerdo con la posposición para febrero del Abierto de Australia con el fin de robustecer las medidas sanitarias contra la Covid-19 para bien de los participantes.

En conversación con el diario deportivo ruso Sport Express, Medvedev calificó de correcta la determinación de correr el torneo como única opción posible para celebrarlo teniendo en cuenta la difícil situación sanitaria existente en el mundo.

‘La situación en el mundo sigue siendo a día de hoy muy complicada. Muchas familias están sufriendo por este virus. Con suerte, la pandemia será derrotada por los esfuerzos de todos’, remarcó al rotativo el número cuatro del ranking mundial.

Sobre su actuación la temporada pasada, el raquetista ruso la catalogó de muy buena, aunque advirtió que debe mejorar su desempeño sobre tierra batida.

Al respecto, el jugador de 24 años de edad considera que debe reforzar los entrenamientos sobre esa superficie, ‘pues se necesita un tiempo determinado entre torneos para la adaptación a la cancha. En 2019 lo hice y mostré un buen nivel sobre la tierra’, apuntó.

Para la próxima temporada Medvedev abrirá compitiendo en la Copa ATP por equipos junto a su compatriota Andrey Rublev, evento que servirá de preparación para el primer Grand Slam de la contienda, en el cual fue preclasificado número cuatro de la lid.

mem/rws


Go to Source
Author:

El ranking de tenis en 2021: un sistema que puede ayudar al gran récord de Novak Djokovic y frenar el avance de Diego Schwartzman

La consagración de Daniil Medvedev en el Masters de Londres le bajó el telón a una temporada tenística atípica, en la que el parate por coronavirus obligó, entre otras cosas, a repensar el sistema utilizado para elaborar el ranking mundial. La ATP optó por congelar la clasificación durante los casi seis meses sin competencia y adoptar un formato que tomaba resultados de los últimos 24 meses -a diferencia de los 12 habituales- para aplicar en la reactivación. Así, los jugadores no se vieron obligados a jugar y a defender puntos en el regreso. Y muchos optaron por no disputar algunos torneos para evitar un posible riesgo de contagio del virus. Pero, ¿qué pasará con el ranking mundial en 2021?

La próxima temporada arrancará con el mismo formato de 24 meses, que se extenderá hasta la semana del 8 de marzo, la previa al comienzo del Masters 1000 de Indian Wells. Es decir que en los primeros tres meses de 2021, los tenistas no perderán puntos si no juegan un torneo o si consiguen un resultado peor que el de 2020. Sí podrán, en caso de mejorar sus actuaciones, aumentar sus cosechas. 

La ATP tomó esa determinación a mediados del mes pasado al considerar que la crisis sanitaria seguirá condicionando, al menos en el comienzo del año, la organización de los certámenes. Por ejemplo, la gira previa a Australia, que debería arrancar el 1° de enero con la ATP Cup, aún no fue confirmada ya que Tennis Australia sigue negociando las pautas del protocolo con el gobierno del país.

Djokovic está muy cerca de superar el record de Federer como el jugador con más semanas como número uno. Foto Mike Egerton/DPA

Djokovic está muy cerca de superar el record de Federer como el jugador con más semanas como número uno. Foto Mike Egerton/DPA

La decisión de la ATP de extender el período “congelado” le cayó muy bien a Novak Djokovic en su búsqueda de romper el record de Roger Federer de mayor cantidad de semanas como número uno. El serbio, líder del ranking con 12.030 unidades, debía defender en los primeros meses de 2021 3.165 puntos: 665 por ganar la ATP Cup con Serbia, 2.000 por su consagración en el Australian Open y 500 por el título de Dubai. Ahora sabe que, independientemente de lo que ocurra en las canchas, no perderá ningún punto.

Así, tiene casi asegurado el número uno hasta el 8 de marzo. Si eso ocurre, Nole, que hoy acumula 296 semanas al frente de la clasificación mundial, llegará a las 311 cuando se actualice el ranking en esa fecha y superará la marca de 310 de Federer, que planea para enero su regreso a la competencia luego de la operación de su rodilla derecha. 

¿Quién podría evitarlo? Solo Rafael Nadal. El español, número dos con 9.850 puntos, podría sumar 1.640 más si grita campeón en Australia (perdió en cuartos ante Dominic Thiem en la última edición) y mejorar en cerca de 400 su cosecha en la ATP Cup, en la que este año fue finalista y sumó 250. Así quedaría a menos de 200 de Djokovic y tendría la chance de robarle el número uno si gana alguno de los ATP 500 que aparecen en el calendario: Rotterdam, Río o Dubai (en Acapulco ganó este año y no podrá sumar).

Así como la decisión de la ATP beneficiará a Djokovic, perjudicará de alguna manera a quienes vienen detrás suyo en el ranking. Porque con los puntos “protegidos” por ese nuevo formato, los jugadores ubicados en los primeros puestos -que son los que más ganaron en las últimas temporadas- mantendrán sus unidades aunque no repitan sus grandes actuaciones. Y los de más abajo tendrán menos chances de superarlos.

Diego Schwartzman, que cerró en Londres una gran temporada, podría aprovechar el envión y mejorar su cosecha en Australia. Foto Glyn Kirj/AFP

Diego Schwartzman, que cerró en Londres una gran temporada, podría aprovechar el envión y mejorar su cosecha en Australia. Foto Glyn Kirj/AFP

Diego Schwartzman, por ejemplo, podría aprovechar el gran envión del final de esta temporada y alimentar su ranking con un gran paso por la gira australiana, en la que en 2020 consiguió apenas 230 puntos: 50 de la ATP Cup y 180 de los octavos de final del Australian Open. Pero con el formato actual, tal vez un gran rendimiento en esos torneos oceánicos no se traduzca en un salto en el ranking, en el que hoy ocupa el noveno lugar con 3.455 unidades.

Esa extensión del nuevo sistema hasta marzo podría repercutir incluso en el arranque de la temporada 2022. Porque, por ejemplo, si Dominic Thiem, finalista en enero en Melbourne, cae antes de esa instancia en la edición 2021 del Grand Slam australiano, igual conservará los 1.200 puntos que ganó este año y deberá defenderlos finalmente en 2022.

Ese será el panorama hasta principios de marzo del próximo año. A partir del 15 de ese mes, con Indian Wells ya en juego -arrancaría el 11 según el calendario de la ATP-, se volverá al viejo formato. Es decir, los jugadores deberán defender los puntos que se les venzan cada semana para mantener su ranking. Una mala actuación los hará perder unidades y un resultado mejor que el de la campaña anterior les permitirá aumentar su cosecha.

Aunque hasta finales de agosto, los que se defenderán serán, salvo alguna excepción, los puntos ganados en los torneos de 2019, que por el nuevo sistema, extendieron su validez a 24 meses.

Rafael Nadal ganó en 2019 el Masters de Montreal. En 2021 defenderá esos puntos en Toronto. Foto Minas Panagiotakis/Getty Images/AFP

Rafael Nadal ganó en 2019 el Masters de Montreal. En 2021 defenderá esos puntos en Toronto. Foto Minas Panagiotakis/Getty Images/AFP

Así, Djokovic, por ejemplo, deberá ir a Wimbledon -cancelado este año por la pandemia- a defender los 2.000 que consiguió en julio del año pasado al coronarse campeón. Y Nadal tendrá que volver a gritar campeón en el Masters 1000 de Toronto -que tampoco se jugó esta temporada- para no ceder ninguno de los que sumó al coronarse en 2019.

¿Cuáles serán las excepciones? Las semanas correspondientes al Masters 1000 de Roma y Roland Garros, que se disputaron este año en septiembre y octubre, pero cuyos puntos deberán defenderse en 2021 en mayo y junio, porque volverán a jugarse en sus fechas originales.

La pandemia de coronavirus alteró el calendario del tenis profesional, dejó sin competencia a los jugadores por casi seis meses y obligó a repensar la forma de armar el ranking. Y aunque con algunas reglas nuevas y muchos protocolos, la acción ya volvió a las canchas, el impacto de la crisis sanitaria se sentirá en la clasificación ATP al menos por una temporada más.

Mirá también

Mirá también

FK


Go to Source
Author: Clarin.com

Mur, bosses, et records en série : ce qu’il fallait (aussi) retenir du week-end sportif

Oui, Daniil Medvedev a remporté dimanche le Masters de tennis de Londres, en battant Dominic Thiem en finale du tournoi qui réunit les huit meilleurs joueurs de l’année.

Daniil Medvedev après sa victoire en finale du Masters de Londres, le 22 novembre 2020.

Oui, le XV de France s’est imposé face à l’Ecosse, à Edimbourg (22-15), pour son premier match de la Coupe d’automne des nations, après sa victoire par forfait contre les Fidji.

L’arrière Thomas Ramos a marqué trois pénalités en première mi-temps face aux Ecossais.

Oui, les Françaises ont réussi des championnats d’Europe de judo à Prague presque parfaits, avec cinq titres et deux médailles de bronze, permettant à la France d’obtenir son meilleur résultat depuis 2016.

Romane Dicko (en bleu) a remporté ses deuxièmes championnats d’Europe des plus de 78 kg à seulement 21 ans, le 21 novembre à Prague.

Mais il s’est passé autre chose ce week-end dans le monde du sport. Et vous êtes peut-être passés à côté.

Les trois leçons du week-end

  • Face au retour de la patronne, ton autorité, tu affirmeras
Petra Vlhova, au centre, a battu deux fois Mikaela Shiffrin, à gauche, lors des slaloms de Levi, en Finlande, les 21 et 22 novembre.

A Levi, en Finlande, tous les yeux étaient braqués sur l’Américaine Mikaela Shiffrin, la superstar du ski, qui faisait son retour à la compétition. La triple vainqueure du gros globe de cristal, qui avait dû faire l’impasse, début octobre, sur le slalom géant d’ouverture à Sölden (Autriche) en raison d’une blessure au dos, débutait par deux slaloms, samedi et dimanche, épreuve dont elle est la spécialiste avec 48 victoires en Coupe du monde sur ses 66 courses, un record.

Au sortir des deux épreuves, la performance de l’Américaine de 25 ans était assez mitigée, avec une deuxième et une cinquième place. Surtout, une nouvelle rivale s’est affirmée : la Slovaque Petra Vlhova ; elle a remporté les deux courses. Avec des victoires dans les cinq derniers slaloms de Coupe du monde, cette dernière s’affirme un peu plus comme une candidate au classement général, qu’elle a fini à la troisième place l’hiver dernier.

  • Une défaite cruelle, tu subiras

Une semaine après avoir été lourdement battue à domicile (10-33), l’équipe de France féminine de rugby n’a pas réussi à prendre sa revanche, samedi, contre l’Angleterre. Les Bleues se sont à nouveau inclinées (25-23), à Twickenham.

Contrairement à la semaine dernière, la défaite a été cruelle. Les Françaises comptaient treize points d’avance à une dizaine de minutes de la fin du match. Mais deux essais d’Amy Cokayne (15-23, 70e) et d’Ellie Kildunne (22-23, 73e), suivis d’une pénalité d’Emily Scarratt (25-23, 80e + 2) ont permis aux Anglaises de s’imposer sur le fil.

Il s’agit de la septième victoire consécutive des Anglaises dans ce « crunch », la dixième lors des onze dernières confrontations. La dernière victoire française contre les Red Roses remonte, elle, à plus de deux ans, le 10 mars 2018 (18-17).

  • Les trois premiers succès de ton histoire, tu signeras

Avec la victoire, dimanche lors du Grand Prix du Portugal, du Portugais Miguel Oliveira, la marque autrichienne KTM a clos la saison 2020 de MotoGP, catégorie reine de la moto de vitesse, avec trois succès. Les trois premiers de son histoire dans cette catégorie où elle a fait son entrée en 2017.

Deux de ces victoires ont été apportées par Miguel Oliveira, 25 ans, qui court pour l’écurie française Tech 3, satellite de KTM : le pilote portugais, qui rejoindra l’écurie d’usine de la marque autrichienne en 2021, avait déjà gagné fin août au Grand Prix d’Autriche. La troisième victoire avait été signée par le Sud-africain Brad Binder, pilote de l’équipe usine, début août à Brno, en République tchèque.

Le championnat du monde a été remporté par l’Espagnol Joan Mir (Suzuki). Le Français Fabio Quartararo (Yamaha-SRT), qui avait brillé au début d’une saison tronquée, et était encore en position de l’emporter à deux épreuves de la fin, ne termine finalement que 8e au classement final.

La femme du week-end : Tess Ledeux

Elle a vite retrouvé ses sensations. Pour son retour à la compétition après une grave blessure au genou droit en février, la Française Tess Ledeux a remporté, samedi, la première étape de la Coupe du monde de ski slopestyle (descente acrobatique) à Stubai, en Autriche. Il s’agit de sa cinquième victoire en Coupe du monde dans la discipline dont elle a été championne du monde en 2017.

A trois jours de ces 19 ans, la skieuse de La Plagne s’est imposée devant la Norvégienne Johanne Killi et la Chinoise Gu Ailing Eileen. Après cette première compétition, elle devra attendre 2021 pour renouer avec la compétition : les étapes américaine et italienne de décembre ont été annulées et la prochaine épreuve aura lieu les 7 et 8 janvier, toujours en Autriche, à Kreischberg.

Le chiffre du week-end : 6,954

C’est en secondes le temps qu’il a fallu à la Russe Iuliia Kaplina pour grimper un mur de 15 mètres de haut, samedi, lors des qualifications de l’épreuve de vitesse des championnats d’Europe d’escalade à Moscou. Elle a battu le record du monde et est devenue la deuxième femme en dessous des 7 secondes.

Championne d’Europe en 2017 et qualifiée pour les Jeux de Tokyo, où l’escalade fera sa première apparition, la Russe, immense favorite, a réussi les trois meilleurs temps de la compétition. Mais elle a chuté en demi-finale, et a finalement terminé troisième, derrière deux de ses compatriotes.

Les Russes étaient particulièrement bien représentées car d’autres nations avaient refusé de se rendre à Moscou. C’est le cas de la France, qui avait invoqué des raisons sanitaires face à la reprise de l’épidémie en Russie. L’Autriche, place forte de la discipline, avait fait de même.

La décla du week-end

« Les moyens ne peuvent être uniquement dirigés vers la haute compétition. »

« Au bord du gouffre », ils veulent aussi être pris en considération : plus de quatre-vingts responsables de clubs amateurs, champions, dirigeants sportifs et élus locaux ont plaidé samedi, dans une tribune diffusée par le journal L’Equipe, pour des suppléments d’aides financières en direction des associations sportives de quartier.

Pour les signataires, parmi lesquels le vice-capitaine du XV de France Gaël Fickou ou encore l’ancien président de la Ligue professionnelle de football Frédéric Thiriez, les 400 millions d’euros d’aides supplémentaires au monde du sport, annoncés mardi 17 novembre par le gouvernement, « ne ciblent pas les territoires les plus en difficulté de notre pays ». Ils réclament notamment un fonds pérenne de 50 millions d’euros pour « les associations sportives impliquées dans les quartiers », ainsi qu’un « Grenelle de l’inclusion par le sport ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pass’Sports, reprise de l’activité, retour du public : Emmanuel Macron veut rassurer le monde sportif

L’image du week-end

Un record du monde, ce n’était visiblement pas assez pour Caeleb Dressel. Le nageur américain est devenu le premier homme du monde à passer sous la barre des 48 secondes (47 secondes et 78 centièmes) sur l’épreuve du 100 mètres papillon petit bassin, samedi, à l’occasion de la première journée de la finale de l’International Swimming League (ISL).

Moins d’une heure plus tard, c’est son propre record du monde du 50 mètres nage libre (toujours en petit bassin) que le double champion olympique de 24 ans a fait tomber avec une nouvelle marque à 20 secondes et 16 centièmes, soit huit centièmes de mieux.

Après cette folle première journée, l’Américain a remis ça dimanche avec un troisième record du monde. Il s’est imposé sur le 100 mètres 4 nages en 49 secondes et 28 centièmes, améliorant de 6 dixièmes sa précédente marque.

Sacré MVP de la finale et de la saison, il a grandement contribué au sacre de son équipe, les Cali Condors, à l’issue de cette deuxième édition de la compétition privée créée par l’homme d’affaires russe d’origine ukrainienne Konstantin Grigorishin.

Lire aussi Une « Ligue des champions » pour rendre la natation « sexy » ?

Le Monde


Go to Source
Author:

De tirar monedas a un árbitro y la peineta al público al Medvedev frío

El ruso Daniil Medvedev, 24 años, apenas celebra sus triunfos. Ganó las ATP Finals y fue a dar la mano a Dominic Thiem como si hubiesen acabado un entrenamiento. Aunque le gusta el juego dialéctico, trastear con las historias, asegura que tomó la decisión de no festejarlo con gestos o gritos a partir del US Open 2019: “La gente me abucheó, decidí que no volvería a celebrar, que se convertiría en mi estilo propio”, le contó a su colega Gael Monfils en Twitch.




“Sí que estoy contento, me gusta ganar, aunque no lo parezca”, apuntó después de haber conquistado el Masters 1000 ATP de París, donde inició una racha de diez victorias que concluyó con la Copa de Maestros en el O2 de Londres.

La calma de Medvedev tiene que ver con su vida cotidiana, no tanto con su pasado tenístico. “De joven no dejaban de castigarme por mi comportamiento. No sé por qué surgen los demonios cuando estoy en pista”, reconocía antes de medirse en la final del US Open a Rafa Nadal.

La afición neoyorquina la había tomado con él porque las cámaras de televisión captaron cómo hacia la peineta, dirigida a la grada, en su encuentro contra Feliciano López. Fue su equivocada respuesta a la bronca de la gente por haber maltratado a un recogepelotas y haber hecho un tanto el payaso.

data-youtube-vid>

Ha trabajado este aspecto con su fiel entrenador Gilles Cervara, francés porque de adolescente apostó por la Costa Azul como centro donde continuar su progresión. “Fui un idiota”, reconoce sobre el episodio neoyorquino.




Vivió mucho tiempo a la sombra de Andrey Rublev o Karen Khachanov. “No me molestaba no ser tan conocido, sabía que era cuestión de ganar partidos y torneos”, señala. Y así ha sido.

En la prehistoria, aunque hay pruebas documentales, quedó el espectáculo que montó en Wimbledon 2017, cuando arrojó monedas hacia la jueza de silla, la portuguesa Mariana Alves, como si estuviera comprada. Perdió ese día ante el belga Ruben Bemelmans.

data-youtube-vid>

Ahora prefiere contenerse en la cancha, aunque hierva por dentro en competición. En su quehacer cotidiano, “tendrás que aporrear siete veces la puerta de mi hotel por la noche para que me altere un poco. Soy frío”.

Y un campeón, un ‘maestro’ del tenis. A su lado, el técnico Cervara y su esposa desde septiembre de 2018, Daria.


Go to Source
Author:

Daniil Medvedev remporte le Masters de tennis de Londres en battant Dominic Thiem

Daniil Medvedev soulève son nouveau trophée au sein de l’arena O2 à Londres, dimanche 22 novembre.

Le Russe Daniil Medvedev (numéro 4 mondial) a remporté à 24 ans le premier Masters de sa carrière, dimanche 22 novembre à Londres, en dominant 4-6, 7-6 (7/2), 6-4 l’Autrichien Dominic Thiem (numéro 3), déjà finaliste l’an dernier.

Cette finale restera comme la plus longue de l’histoire depuis qu’elle se joue au meilleur des trois sets (2 h 42), et l’une des plus serrées, Medvedev ayant inscrit 115 points au total, contre 112 pour Thiem. Medvedev avait déjà gagné le Masters 1000 de Paris-Bercy il y a deux semaines et a battu Novak Djokovic (numéro 1) en poule et Rafael Nadal (numéro 2) en demi-finale.

Il a aussi, en quelque sorte, bouclé la boucle puisque, pour le dernier Masters à Londres avant le déménagement à Turin, il est devenu le deuxième Russe à remporter ce tournoi après Nikolai Davydenko en 2009 lors de la première édition dans la capitale britannique.

Il a d’ailleurs rendu hommage à son illustre prédécesseur sur le court, après sa victoire. « Quel match ! C’est l’une de mes plus belles victoires », a-t-il déclaré, « et merci à Nikolaï (Davydenko) d’avoir été une inspiration pour beaucoup d’enfants russes comme moi ».

Ressources techniques et mentales

Si le début du match a été assez tendu, avec notamment un deuxième jeu qui a duré à lui seul plus de dix minutes, Thiem a réalisé le meilleur départ, se montrant plus régulier. Au 5e jeu, il est ainsi parvenu à remonter de 0-40 pour réussir à faire le break sur une double faute du Russe.

Sur la balle de set, c’est la bande du filet qui a dévié la balle hors de portée de Medvedev, monté à la volée, laissant penser que le destin avait choisi son camp. Mais le numéro 4 mondial, après avoir déjà survécu la veille à Nadal qui avait servi pour le match à 5-4 dans le deuxième set, a une nouvelle fois fait preuve de ressources tactiques et mentales. C’est au filet qu’il est allé chercher son salut, remportant 28 des 37 points disputés à la volée.

Lire aussi Masters de Londres : la folle fin de saison de Daniil Medvedev

Thiem pourra regretter longtemps les balles de break laissées en chemin dans les 5e et 7e jeux du deuxième set et des points faciles perdus. A partir du jeu décisif du deuxième set, l’âme du match avait changé et si l’Autrichien a encore défendu trois balles de break à 1-1, après avoir été mené 0-40 sur son engagement, il en a concédé trois autres sur le suivant et a cette fois dû mettre un genou à terre.

« Évidemment, je suis très déçu mais dans le même temps fier de ma performance et de la semaine », a commenté, beau joueur, Thiem, qui avait perdu en trois sets contre le Grec Stefanos Tsitsipas l’an dernier en finale. « Daniil le mérite, ça a été un match incroyable et j’espère qu’on aura beaucoup d’autres gros matches à l’avenir », a-t-il ajouté.

Medvedev est aussi devenu le 4e joueur – après Stefan Edberg, Michael Stich et Novak Djokovic – à remporter le Masters un an après avoir perdu tous ses matches lors de sa première participation à l’évènement.

Le Monde avec AFP


Go to Source
Author:

Medvedev, el maestro que se forjó en Umag

EFE/EPA/ANDY RAIN
EFE/EPA/ANDY RAIN
(ANDY RAIN/)

Londres, 22 nov (EFE).- Daniil Medvedev fue ‘destruido’ por Dominic Thiem hace nueve años en un evento júnior en Umag, un encuentro que a la larga sirvió para forjar su carácter y para que este domingo se tomase la revancha en la final del torneo de maestros (4-6, 7-6 (2) y 6-4).
Con su resistencia impertérrita y su juego cuadriculado y ortodoxo, Medvedev tomó el relevo de Nikolay Davydenko, el anterior ruso en ganar las Finales ATP en 2009, y consiguió el título más importante de su carrera dejando a Thiem sin corona por segundo año consecutivo.
El ruso se convirtió además en el cuarto tenista en la historia en ganar a los tres primeros tenistas del ránking en un mismo torneo, tras Boris Becker en Estocolmo 1994, Novak Djokovic en Montreal 2007, y David Nalbandian en Madrid 2007.
Para ganarse este honor, tuvo que pasar a uno de los grandes obstáculos del tenis actual, personificado en Thiem, un viejo conocido suyo al que le une una amistad desde 2011.
Según contó el ruso esta semana, ambos jugadores se conocieron en un torneo sub-18 en Umag (Croacia), hace nueve años.
“Él venía de jugar la final de Roland Garros júnior y vino a este torneo, lo cual fue una sorpresa para todo el mundo”, dijo Medvedev después de ganar a Nadal.
El de Moscú relató que habló con sus amigos sobre él, porque ya era bastante conocido, y les dijo que ojalá tuviera suerte y pudiera jugar contra Thiem
Y así fue. Medvedev ganó al sobrino de Marin Cilic y accedió al encuentro contra el austríaco, el cual perdió claramente por 6-2 y 6-0.
“Me destruyó. Tuve una actitud malísima en la pista, unas diez veces peor que ahora. Recuerdo que me vino después del partido y me dijo que tenía un gran futuro por delante, pero que tenía que calmarme, porque estaba loco”.
Y nueve años después de aquella batalla como apenas promesas, se cruzaron en una de las finales más importantes del circuito.
Medvedev, como antes Nadal, comenzó lento, con ritmo bajo, con alguna que otra oportunidad para ponerse por delante, pero a merced de un Thiem que estaba sintiendo más la bola
Con una doble falta cedió su servicio y a la postre el primer set y se colocó en un escenario que le encanta, el de víctima.
Necesitó Medvedev salvar tres bolas de ‘break’ en el segundo parcial para despertar y enchufarse a la final. No se vino abajo ni cuando Thiem le dominó en el ‘tie break’ por 0-2. Le ganó siete puntos seguidos y forzó el set definitivo.
Nadie había remontado un set adverso en el torneo hasta su triunfo ante Nadal y en la final se ponía en posición de hacerlo dos veces seguidas.
Era ya el dueño del partido y aunque se le escapaban las posibilidades de romper (desperdició cinco), el momento estaba al llegar. Tenía el mando del partido y era cuestión de tiempo que Thiem claudicase.
Cuando cayó la rotura, lo hizo como fruto maduro, rompiendo los esquema de un Thiem que se queda sin premio una vez más y que a sus 27 años solo tiene un Masters 1.000 y un Grand Slam en su palmarés, poco botín para su juego.
Medvedev, relevo de Davydenko, es el sexto ganador diferente en los últimos seis años en Londres y despide a la capital británica con su mejor resultado en el circuito hasta la fecha.
El robot oposita ya para alternativa a los grandes y ahora lo puede hacer desde el altar de maestro.
Manuel Sánchez Gómez


Go to Source
Author: Newsroom Infobae

Medveděv v dlouhé bitvě otočil duel s Thiemem a poprvé v kariéře vyhrál Turnaj mistrů

Ruský tenista Daniil Medveděv vyhrál poprvé Turnaje mistrů. Ve finále porazil Rakušana Dominica Thiema 4:6, 7:6 a 6:4 a vydělal 1,564 milionu dolarů. Čtyřhru vyhrálo duo Wesley Koolhof a Nikola Mektič.

Medveděv je druhým ruským vítězem vrcholu sezony po Nikolaji Davyděnkovi, který triumfoval v roce 2009. Světová čtyřka Medveděv se ale stal prvním tenistou, který dokázal na Masters porazit první tři hráče světa – ve skupině zdolal jedničku Novaka Djokoviče, v semifinále dvojku Rafaela Nadala a ve finále trojku Thiema.

Medveděv se stejně jako v semifinále s Nadalem pomaleji rozjížděl. Dělal více chyb než letošní vítěz US Open Thiem a o servis přišel v prvním setu v páté hře. Sice v ní už vedl 40:0, ale pak dal i smeč do sítě a při brejkbolu udělal dvojchybu.

První set už Rus nezachránil a vyrovnaný druhý rozhodl v tie-breaku, v kterém od stavu 0:2 získal sedm bodů v řadě. Od té doby byl na kurtu lepší. Za stavu 1:1 ve třetím setu ještě nevyužil ani jeden ze tří brejkbolů, ale uspěl na 3:2. Poprvé vzal Thiemovi servis a při svém podání nezaváhal. Vyhrál za dvě hodiny a 42 minut.

V O2 areně se hrálo kvůli koronaviru bez diváků a Medveděv se po výhře ani neradoval. Jen došel k síti, počkal na Thiema, kterému podal ruku. Zaťal vítězně pěst až o chvilku později na výzvu kameramana. “Byl to skvělý zápas, jeden z mých nejlepších proti skvělému soupeři,” řekl Medveděv při slavnostní ceremonii.

Sedmadvacetiletý Thiem prohrál finále stejně jako loni, kdy nestačil na Řeka Stefanose Tsitsipase. “Jsem samozřejmě zklamaný, ale zároveň na sebe pyšný, protože jsem hrál celý týden výtečně,” řekl Thiem.

V Londýně se hrálo finále ATP Tour podvanácté a naposledy. Od příštího roku bude turnaj hostit Turín.


Podání spodem jde do módy. Berdycha kdysi sudí okradl, teď hráči odmítají démonizaci

Podání spodem jde do módy. Berdycha kdysi sudí okradl, teď hráči odmítají démonizaci

Čtěte zde

Čtyřhru ovládli Koolhof a Mektič

Wesley Koolhof a Nikola Mektič vyhráli čtyřhru na tenisovém Turnaji mistrů a slaví první společný titul na okruhu ATP. Nizozemsko-chorvatská dvojice porazila ve finále Rakušana Jürgena Melzera s Francouzem Edouardem Rogerem-Vasselinem 6:2, 3:6 a 10:5.

Pátí nasazení finalisté US Open Koolhof s Mektičem zakončili triumfem v londýnské hale O2 první sezonu a po ní se rozejdou. Mektič se již dohodl pro příští rok na spolupráci s krajanem Matem Pavičem. Ten zakončil sezonu jako světová jednička s Brazilcem Brunem Soaresem, ačkoli ze skupiny v Londýně do semifinále neprošli.



Wesley Koolhof a Nikola Mektic vyhráli čtyřhru na Turnaji mistrů 2020.


Wesley Koolhof a Nikola Mektic vyhráli čtyřhru na Turnaji mistrů 2020.
Foto: Reuters

Koolhof a Mektič si za triumf na Turnaji mistrů rozdělí odměnu 254.500 dolarů.

Tenisový Turnaj mistrů v Londýně (tvrdý povrch, dotace 5,7 milionu dolarů):

Dvouhra – finále:

Medveděv (4-Rus.) – Thiem (3-Rak.) 4:6, 7:6 (7:2), 6:4.

Čtyřhra – finále:

Koolhof, Mektič (5-Niz./Chorv.) – Melzer, Roger-Vasselin (7-Rak./Fr.) 6:2, 3:6, 10:5.


Go to Source
Author:

ATP Finals : Daniil Medvedev écarte Rafael Nadal et rejoint Dominic Thiem en finale

Au terme d’une rencontre décousue, Daniil Medvedev s’est imposé ce samedi soir à Londres face à Rafael Nadal (3-6, 7-6,6-3) et rejoint ainsi Dominic Thiem en finale du Masters, une première pour le Russe en carrière pour sa deuxième participation au tournoi des maîtres.

Daniil Medvedev ne fait définitivement rien comme tout le monde. Du haut de son double mètre et ses jambes de feu, le Russe a délivré une nouvelle fois ce samedi une partition des plus personnelles sur le court central de l’O2 Arena de Londres en éliminant Rafael Nadal pour sa première demi-finale au Masters en carrière.

L’art du contre-pied

Sur le terrain ça donne un premier acte complètement renversant. Alors que Medvedev tente de mettre du rythme, l’Espagnol casse chaque tentative adverse à coup de slices et de montées au filet à contre-temps. Le Russe gambade et Nadal fait bien ses 34 ans. Mais si le natif de Manacor est beaucoup moins efficace en indoor, sa science du jeu et son expérience compensent parfaitement ses manques. Sur sa seule balle de break lors du premier set, il conclut et rappelle les progrès qu’il a fait au service pour verrouiller la manche. Le 4e mondial, quant à lui, est dans les cordes.


à voir aussi



ATP Finals : Revivez les demi-finales du Masters


ATP Finals : Revivez les demi-finales du Masters



Pas pour longtemps. Le grand échalas a parfaitement appris sa leçon lors de l’US Open 2019 et se reprend en breakant Nadal rapidement. Mais alors que l’on pense que l’on file vers un troisième set avec notamment une balle de 5-1 pour Medvedev, le match prend une tournure totalement folle.

Medvedev, l’équilibriste

L’Espagnol se reprend, efface la balle de break et enchaîne quatre jeux d’affilée pour servir pour le match. C’est le moment choisi par le jeune russe pour se réveiller et débreaker à son tour. Avant d’empocher la manche au tie-break. Sans le savoir, Rafael Nadal vient alors de laisser passer sa chance de se qualifier pour sa 3e finale du Masters.

Plus fort dans le jeu malgré quelques approximations notamment sur les amorties, Medvedev va progressivement faire perdre l’équilibre à son adversaire après avoir failli manquer de tomber lui même de haut à force de jouer aux montagnes russes. Mais il fallait bien ça au protégé de Gilles Cervara pour dominer pour la première fois de sa carrière Rafael Nadal après trois défaites, qui plus est en demi-finale de Masters. Il s’impose finalement en trois sets et malgré une partition parfois difficile à sortir, il aura la chance d’affronter un autre maître en la matière ce dimanche : Dominic Thiem. Pour une rencontre qui s’annonce une nouvelle fois de haute volée.


Go to Source
Author:

Medvedev eliminó a Nadal y se enfrentará a Thiem en la final del Masters

El austríaco Dominic Thiem y el ruso Daniil Medvedev jugarán mañana una final inesperada en el Masters de tenis de Londres (ATP Finals), tras vencer hoy a los dos mejores jugadores del ranking mundial de la ATP, el serbio Novak Djokovic y el español Rafael Nadal, respectivamente.

En primer turno Thiem (3) venció al número uno del mundo, Djokovic, por 7-5, 6-7 (10) y 7-6 (5) y pasó a su segunda final del Masters, tras la perdida el año pasado.
Djokovic, que buscaba su sexto título en el Masters para igualar al suizo Roger Federer, dominaba 4/0 el tie break del tercer set, aunque Thiem dio vuelta las cosas con grandes saques y buenas devoluciones y terminó imponiéndose en las semifinales, en un encuentro que duró dos horas y 54 minutos en el O2 Arena.

Thiem, dirigido por el chileno Nicolás Massú, ganó este año su único Grand Slam, el US Open, además de haber sido finalista en el Abierto de Australia 2020 (perdió justamente ante Djokovic).

Publicidad

Además, bajo la dirección de Massú, Thiem conquistó su único Masters 1.000, en Indian Wells 2019, y llegó a su segunda final del Masters ATP. En las Nitto ATP Finals de 2019, Thiem cayó en la final frente al griego Stefanos Tsitsipas.

Su rival en la final será Medvedev (4), quien en el segundo turno se impuso a Nadal (2) por 3-6, 7-6 (4) y 6-3. Se verá desde las 15 por ESPN.

El ruso, ganador del grupo en el que jugó el argentino Diego Schwartzman, es el único invicto del certamen y además le ganó por primera vez en su carrera a Nadal luego de tres derrotas.

Medvedev, de 24 años, nacido en Moscú y residente en Monaco, suma ocho títulos, uno este año (Masters 1000 de París-Bercy). Para el español, 13 veces campeón de Roland Garros, el Masters es su gran cuenta pendiente: nunca pudo salir campeón.

Publicidad


Go to Source
Author: MundoD | Últimas noticias

Masters de Londres : la folle fin de saison de Daniil Medvedev

Daniil Medvedev, le 21 novembre 2020.

Il est l’homme en forme du moment. Vainqueur du Masters 1 000 à Paris au début du mois de novembre, le tennisman russe Daniil Medvedev pourrait bien faire coup double, dimanche 22 novembre, contre l’Autrichien Dominic Thiem, en finale du Masters de Londres. Il y fera en tout cas figure de favori. Car Medvedev est le seul joueur encore invaincu dans ce tournoi, qui oppose, en chaque fin de saison, les huit meilleurs joueurs du monde.

Vainqueur de ses trois matchs de poule, successivement contre l’Allemand Alexander Zverev (6-3, 6-4), le Serbe Novak Djokovic (6-3, 6-3) et l’Argentin Diego Schwartzman (6-3, 6-3), le Russe a également battu, en demi-finale samedi 21 novembre, Rafael Nadal pour la première fois de sa carrière (3-6, 7-6-, 6-3) après trois échecs – dont un en finale de l’US Open 2019 et un autre lors de ce même Masters de Londres.

« J’avais l’impression de faire de grands coups, mais il n’y avait pas de lien dans mon jeu ; c’est pour ça que je perdais », a-t-il réagi après la rencontre. « Je n’arrivais pas à renvoyer la balle dans les moments importants et il était meilleur dans ces moments-là. Et puis, j’ai décidé de changer des petites choses : m’avancer dans le court, me donner un peu plus. Ça a très bien marché et j’en suis très content. »

Folle fin de saison

Vainqueur de ses neuf derniers matchs (dont six contre des membres du top 10 mondial), Daniil Medvedev est en train de réaliser une fin de saison en boulet de canon. Pourtant, après sa défaite en demi-finale de l’US Open (en trois sets contre Dominic Thiem), en septembre, il semblait sur la pente descendante. Battu dès son entrée en lice à Hambourg et Roland-Garros, il n’avait passé qu’un tour à Saint-Pétersbourg (où il était tenant du titre) et deux à Vienne.

« Je n’aime pas vivre dans le passé », assurait-il avant de débuter sa quinzaine parisienne au tournoi de Bercy, au début du mois de novembre. « Que ce soit du bon ou du mauvais, je veux passer à autre chose et me concentrer sur le futur. Je ne me sens pas trop mal. Bien sûr, ma confiance pourrait être un peu plus élevée. Mais physiquement et mentalement, je me sens prêt pour la fin de saison. »

Deux semaines plus tard, il s’imposait en finale du Masters 1 000 parisien face à Alexander Zverev, un an après son dernier succès à Shanghaï. A l’époque, il sortait de six finales consécutives (pour trois titres) dont une en conclusion d’un tournoi de folie à l’US Open, à New York, où le grand public l’avait découvert.

Lire aussi Tennis : Daniil Medvedev, « Mister Nobody » vite devenu ennemi public numéro un

« Cette victoire à Paris est un énorme boost de confiance avant Londres, expliquait-il à l’ATP, la semaine dernière. Mon tennis était très bon donc j’ai confiance en moi et je pense que ça va m’aider. Je n’avais gagné qu’un seul match en trois ou quatre ans à Bercy, mais cette année, j’ai gagné le tournoi, donc je me sens en confiance. »

« J’espère gagner quelques matchs »

Pour autant, Daniil Medvedev n’affichait pas d’énormes ambitions avant son entrée en lice londonienne, un an après une première expérience qui s’était soldée par trois défaites en autant de matchs : « J’espère y gagner quelques matchs », expliquait-il sobrement après son succès parisien. « Je n’ai pas d’autre objectif que de décrocher quelques victoires. Je ne vise pas le titre final. »

Depuis, il a fait bien mieux qu’espéré. Il a remporté ses trois matchs de poule sans concéder le moindre set, avec en prime une démonstration contre Novak Djokovic, numéro un mondial (6-3, 6-3). « Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas sûr que Novak Djokovic ait joué son meilleur tennis aujourd’hui », relativisait le Russe. Un sentiment confirmé par l’intéressé, qui reconnaissait cependant à son adversaire du jour le fait d’avoir joué à un très haut niveau.

« Il est grand et il se déplace bien. Il manque rarement ses revers et c’est simplement un joueur intelligent, un joueur très intelligent, a expliqué le Serbe après la rencontre. Il sait vous faire courir, vous faire jouer et il vous pousse toujours à jouer des coups supplémentaires depuis le fond du court. Si vous commencez à faire des fautes directes, et si vous n’êtes peut-être pas à votre meilleur, il l’utilise contre vous. »

Dimanche, il affrontera le troisième joueur mondial (après avoir battu les deux premiers) dans une finale qui aura des allures de revanche un peu plus de deux mois après la demi-finale remportée par Dominic Thiem à l’US Open (6-2, 7-6, 7-6). « Il joue incroyablement bien en ce moment », expliquait Medvedev après sa victoire contre Nadal. « À l’US Open, quand j’ai perdu contre lui, je me souviens m’être assis dans le vestiaire et me dire que j’avais bien joué. Depuis, on a joué ensemble lors de mes deux premiers entraînements sur le court central ici. On a fait quelques bons échanges, c’était un très bon niveau de tennis, et j’ai dit à mon entraîneur qu’il pouvait aller loin ici. Je ne sais pas s’il a dit la même chose… Mais on se verra demain. »

Le Monde


Go to Source
Author: