Tag Archives: derniers

Grande Gueule: Notre bonheur collectif dépend plus des hommes que des textes

Si je vous ai entretenu, ces derniers jours, des contradictions et aberrations de la loi, c’est pour vous signaler qu’aucune loi ne suffit en elle-même: la qualité de la loi dépend des personnes chargées de l’appliquer et la qualité des institutions dépend des personnes qui les dirigent.

Aucune loi ni aucune institution ne peut répondre aux aspirations du peuple sans des hommes de qualité décidés à bien faire. D’où la nécessité d’investir dans le capital humain, de promouvoir l’éducation et de cultiver l’esprit patriotique. Contrairement à ce que prétend Barack Obama, l’Afrique a besoin, certes, d’institutions fortes, mais elle a aussi et surtout besoin d’hommes forts, capables de se sacrifier pour l’avènement d’institutions fortes.

Ce qui vaut pour la loi et la justice vaut aussi pour la démocratie. Au lieu de copier à tour de bras des lois étrangères, il nous faut imaginer des lois adaptées à nos aspirations et à nos réalités. Au lieu d’imiter aveuglément la démocratie occidentale, il nous faut réinventer la démocratie en l’adaptant à nos valeurs. Faute de quoi, nous n’aurons jamais de bonne gouvernance et resterons éternellement le jouet de nos anciens maîtres coloniaux.

Souvenons-nous que les immenses empires du Ghana, du Mali, du Songhoi et du Macina ont réalisé, il y a 1000 ans, le bonheur de leurs peuples alors que Montesquieu n’était pas né ! Et ceux qui dirigeaient ces empires n’étaient titulaires d’aucun diplôme !

Me Cheick Oumar Konaré (Facebook)


Go to Source
Author: bamada.net

«Patriote»: Donald Trump envisagerait la formation d’un nouveau parti

Donald Trump


©
AP Photo / Jacquelyn Martin

Donald Trump a discuté ces derniers jours avec ses assistants de la formation d’un nouveau parti politique afin de continuer d’exercer une influence après son départ de la Maison-Blanche, rapporte le Wall Street Journal. Il voudrait l’appeler le parti Patriote.

Donald Trump envisage la formation d’un nouveau parti politique afin de maintenir son influence après avoir quitté la Maison-Blanche, relate le Wall Street Journal (WSJ) en se référant à des personnes proches du dossier.

Le journal indique que la question a été discutée avec plusieurs assistants et proches au cours de la semaine dernière et que le Président sortant voudrait l’appeler le parti Patriote.

L’opposition des Républicains garantie

La création d’un nouveau parti exigerait un investissement important mais Donald Trump possède déjà une large base de sympathisants, pour certains peu impliqués dans la politique des Républicains avant la campagne de 2016.

Le WSJ signale que tout effort visant à créer ce parti se heurterait à une violente opposition de la part des responsables du parti républicain, irrités à l’idée de voir diminué le soutien de leurs électeurs.


Go to Source
Author:

Mali : Conseil National de Transition (CNT) : Quel avenir pour Issa Kaou Djim, Aboubacar Sidiki Fomba et Ben le « cerveau » ?

Le premier à être en colère ces derniers jours a été le 4ème vice président du CNT, Issa Kaou Djim, ancienne figure du M5-RFP. Le jeudi dernier, avec la démolition des constructions illicites sur la zone prioritaire de la zone aéroportuaire, Issa Kaou Djim a qualifié cette attitude des autorités de «sauvage». Se trouvant parmi les victimes dont les maisons ont été démolies, dit-on, Issa Kaou Djim n’aurait pas aimé la manière des autorités. Selon les indiscrétions, il a décidé de mettre en place un collectif des victimes pour revendiquer leurs droits. La question qu’on se pose est de savoir comment Issa Kaou, étant une personnalité de la transition (4ème vice président), peut se combattre lui-même, lui qui, il y a quelques semaines, vilipendait les grèves des syndicats de l’UNTM, des enseignants, des administrateurs civils, des collectivités, etc. Issa Kaou Djim ne leur disait-il pas que cette période transitoire ne devrait pas être un intervalle de grève, mais d’accompagnement des autorités de la transition. Aurait-il oublié donc qu’eux, comme lui, revendiquent leurs droits? Faut-il être Kaou Djim pour oublier, en si peu de temps, pour se mettre en porte à faux avec ses propres déclarations qui résonnent toujours dans l’esprit des gens ? Autre question qui taraude les esprits est de savoir ce que fera Issa Kaou Djim, membre du CNT, si on l’interdisait de s’opposer à l’Etat, à lui-même, par rapport à ce dossier? Démissionnera-t-il du CNT ? Malin qui pourra l’affirmer !

Après leur manifestation le weekend dernier pour exiger le départ de l’armée française du Mali, Ben le « Cerveau » du M5-RFP et Aminata Fofana, tous membres du CNT, ont eu leur part de dose de la part du président du CNT, Malick Diaw, dans un communiqué s’opposant directement à cette attitude venant des membres du CNT et du départ de la France du Mali. « Le Président du Conseil National de Transition (CNT) a le regret de constater que, depuis quelques jours, des déclarations émanant de certains mouvements et regroupements, au sein desquels militent quelques membres du CNT, tendent à décrier la présence militaire française au Mali. Au moment où notre pays aspire profondément à la paix et à la stabilité, le Président du Conseil National de Transition informe l’opinion nationale et internationale que lesdites déclarations n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs. Il tient à réaffirmer le soutien et la disponibilité du CNT à l’endroit de tous les partenaires qui œuvrent aux côtés du Mali dans la lutte antiterroriste, sous toutes ses formes.

Le Président du Conseil National de Transition invite l’ensemble des membres du CNT à se focaliser exclusivement sur la mission qui leur est dévolue dans le cadre de la transition en cours au Mali et d’observer strictement les dispositions de l’article 92 du Règlement intérieur interdisant d’user de leur titre pour d’autres motifs que pour l’exercice de leur mandat », s’est sèchement adressé, le Président du CNT, Malick Diaw, aux auteurs (ceux qui sont au sein du CNT) de la protestation pour le départ de l’armée française du Mali. Une attitude de Malick Diaw qui n’a pas du tout plu à Dr. Aboubacar Sidiki Fomba, ancien membre du M5-RFP, également non moins président du Parti ADPM. Selon lui, le président du CNT est mal conseillé. « Il y a une intention de compromettre la liberté d’expression», a-t-il dit. Et d’ajouter : « l’ADPM rappelle au président du CNT que, conformément à la constitution et à la charte de transition, les membres du CNT ont même le droit de demander et de voter des lois pour résilier ces traités à fortiori dénoncer. Et de rappeler à Malick Diaw que son communiqué viole non seulement le règlement intérieur du CNT, mais aussi du décret de nomination et de la constitution de février 1992.

Des dissensions sont donc visibles entre ces trois leaders aujourd’hui qui ne voient plus les choses de la même manière que certains dirigeants de la transition. Quel avenir donc est réservé à Issa Kaou Djim, Dr. Aboubacar Sidiki Fomba et Ben le «cerveau» dans la transition ?

Hadama B. Fofana

Source : Le Républicain


Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Conseil National de Transition (CNT) : Quel avenir pour Issa Kaou Djim, Aboubacar Sidiki Fomba et Ben le « cerveau » ?

Le premier à être en colère ces derniers jours a été le 4ème vice président du CNT, Issa Kaou Djim, ancienne figure du M5-RFP. Le jeudi dernier, avec la démolition des constructions illicites sur la zone prioritaire de la zone aéroportuaire, Issa Kaou Djim a qualifié cette attitude des autorités de «sauvage». Se trouvant parmi les victimes dont les maisons ont été démolies, dit-on, Issa Kaou Djim n’aurait pas aimé la manière des autorités. Selon les indiscrétions, il a décidé de mettre en place un collectif des victimes pour revendiquer leurs droits. La question qu’on se pose est de savoir comment Issa Kaou, étant une personnalité de la transition (4ème vice président), peut se combattre lui-même, lui qui, il y a quelques semaines, vilipendait les grèves des syndicats de l’UNTM, des enseignants, des administrateurs civils, des collectivités, etc. Issa Kaou Djim ne leur disait-il pas que cette période transitoire ne devrait pas être un intervalle de grève, mais d’accompagnement des autorités de la transition. Aurait-il oublié donc qu’eux, comme lui, revendiquent leurs droits? Faut-il être Kaou Djim pour oublier, en si peu de temps, pour se mettre en porte à faux avec ses propres déclarations qui résonnent toujours dans l’esprit des gens ? Autre question qui taraude les esprits est de savoir ce que fera Issa Kaou Djim, membre du CNT, si on l’interdisait de s’opposer à l’Etat, à lui-même, par rapport à ce dossier? Démissionnera-t-il du CNT ? Malin qui pourra l’affirmer !

Après leur manifestation le weekend dernier pour exiger le départ de l’armée française du Mali, Ben le « Cerveau » du M5-RFP et Aminata Fofana, tous membres du CNT, ont eu leur part de dose de la part du président du CNT, Malick Diaw, dans un communiqué s’opposant directement à cette attitude venant des membres du CNT et du départ de la France du Mali. « Le Président du Conseil National de Transition (CNT) a le regret de constater que, depuis quelques jours, des déclarations émanant de certains mouvements et regroupements, au sein desquels militent quelques membres du CNT, tendent à décrier la présence militaire française au Mali. Au moment où notre pays aspire profondément à la paix et à la stabilité, le Président du Conseil National de Transition informe l’opinion nationale et internationale que lesdites déclarations n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs. Il tient à réaffirmer le soutien et la disponibilité du CNT à l’endroit de tous les partenaires qui œuvrent aux côtés du Mali dans la lutte antiterroriste, sous toutes ses formes.

Le Président du Conseil National de Transition invite l’ensemble des membres du CNT à se focaliser exclusivement sur la mission qui leur est dévolue dans le cadre de la transition en cours au Mali et d’observer strictement les dispositions de l’article 92 du Règlement intérieur interdisant d’user de leur titre pour d’autres motifs que pour l’exercice de leur mandat », s’est sèchement adressé, le Président du CNT, Malick Diaw, aux auteurs (ceux qui sont au sein du CNT) de la protestation pour le départ de l’armée française du Mali. Une attitude de Malick Diaw qui n’a pas du tout plu à Dr. Aboubacar Sidiki Fomba, ancien membre du M5-RFP, également non moins président du Parti ADPM. Selon lui, le président du CNT est mal conseillé. « Il y a une intention de compromettre la liberté d’expression», a-t-il dit. Et d’ajouter : « l’ADPM rappelle au président du CNT que, conformément à la constitution et à la charte de transition, les membres du CNT ont même le droit de demander et de voter des lois pour résilier ces traités à fortiori dénoncer. Et de rappeler à Malick Diaw que son communiqué viole non seulement le règlement intérieur du CNT, mais aussi du décret de nomination et de la constitution de février 1992.

Des dissensions sont donc visibles entre ces trois leaders aujourd’hui qui ne voient plus les choses de la même manière que certains dirigeants de la transition. Quel avenir donc est réservé à Issa Kaou Djim, Dr. Aboubacar Sidiki Fomba et Ben le «cerveau» dans la transition ?

Hadama B. Fofana


Go to Source
Author: Le Républicain

Mali : BARKHANE DÉMANTÈLE UN REPAIRE DJIHADISTE DANS LE SECTEUR DE BOUILKESSI: UNE QUINZAINE DE TERRORISTES ABATTUS, QUATRE APPRÉHENDÉS, DES ARMES ET MUNITIONS SAISIES

PHOTO-2019-06-01-10-03-32-à-Diafarabé-1La pression sur les groupes terroristes s’est intensifiée, ces derniers jours, à travers une série d’opérations ayant mis hors d’état de nuire plusieurs assaillants affiliés au GSIM, dans le secteur de Boulkessi, non loin de la zone des trois frontières.

Lire la suite dans l’Indépendant

Source : l’Indépendant



Go to Source
Author: Fatoumata

Barkhane démantèle un repaire djihadiste dans le secteur de Bouilkessi: Une quinzaine de terroristes abattus, quatre appréhendés, des armes et munitions saisies

La pression sur les groupes terroristes s’est intensifiée, ces derniers jours, à travers une série d’opérations ayant mis hors d’état de nuire plusieurs assaillants affiliés au GSIM, dans le secteur de Boulkessi, non loin de la zone des trois frontières.

Lire la suite dans l’Indépendant

Source : l’Indépendant


Go to Source
Author: bamada.net

La Macronie veut intensifier sa lutte contre le complotisme

Il n’en revient toujours pas. Ces derniers jours, un conseiller d’Emmanuel Macron s’est plongé durant de longues heures dans les méandres des comptes complotistes, qui pullulent sur les réseaux sociaux, afin de retracer la manière dont une théorie conspirationniste peut émerger. De lien en lien, ce proche du chef de l’Etat a observé comment la folle rumeur d’une supposée arrestation du pape François, le 9 janvier, par le Bureau fédéral d’enquête américain (FBI), après avoir été visé par « quatre-vingts chefs d’accusation, dont trafic d’enfants », a pu devenir un sujet partagé en masse sur Internet. Sidéré, ce stratège macroniste a constaté l’impact considérable de ces contenus, consultés « des millions de fois » partout sur la planète. Son verdict ? « C’est tout simplement effrayant. »

Ce phénomène, pris au sérieux par les macronistes depuis le début du quinquennat, est désormais considéré comme « un enjeu majeur » au sommet de l’Etat. A l’approche de l’élection présidentielle de 2022, le chef de l’Etat et ses partisans appellent à redoubler d’efforts pour contrer l’influence croissante des adeptes de la désinformation. « Il faut se réveiller ! Nous devons réarmer nos démocraties pour lutter contre ceux qui veulent la faire tomber », alerte le délégué général de La République en marche (LRM), Stanislas Guerini.

Comme nombre de ses collègues de la majorité, le député de Paris a vu dans l’assaut du Capitole par des manifestants pro-Trump, le 6 janvier, une illustration concrète des dégâts que peut causer sur la démocratie un discours populiste, alimenté par des fausses informations. Plusieurs insurgés ont en effet été identifiés comme appartenant à la mouvance QAnon, cette communauté complotiste selon laquelle Donald Trump serait le seul à pouvoir sauver le monde du contrôle exercé, en secret, par une élite composée d’agents du « deep state » (« l’Etat profond ») aux pratiques pédophiles, voire satanistes.

« Réalité parallèle »

Ces événements ont rendu « plus visible encore l’émergence d’une société adepte de post-vérité, de fake newset de théories complotistes dont la consommation est facilitée par Internet et les réseaux sociaux », a écrit le patron du parti présidentiel dans une tribune au Monde, publiée le 13 janvier. Avant de demander : « Faut-il attendre que le sang coule pour enfin s’inquiéter du dommage des discours populistes sur la démocratie ? » Référence au bilan total des violences lors de l’attaque du Capitole, qui s’élève à cinq morts.

Il vous reste 73.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Go to Source
Author:

Himalaya : des alpinistes réalisent l’exploit de gravir le sommet du K2 en hiver

L’un des derniers grands mythes de l’histoire de l’alpinisme est tombé, samedi 16 janvier. Une dizaine d’alpinistes népalais ont réussi l’exploit de gravir en hiver le sommet du K2, la “montagne sauvage”, considérée comme la plus dangereuse du monde.


Go to Source
Author:

Peine de mort fédérale : “Joe Biden a les moyens d’y mettre un terme”, selon Raphaël Chenuil-Hazan

Alors que Donald Trump a ordonné plusieurs exécutions fédérales au cours des derniers mois, l’arrivée au pouvoir de Joe Biden devrait permettre de stopper cette dynamique. C’est du moins ce qu’espère Raphaël Chenuil-Hazan, directeur général de l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM).


Go to Source
Author:

Ouverture et fermeture des droits : De nouvelles mesures !

L’ouverture et la fermeture des droits aux prestations de l’AMO ont causé, ces derniers temps, quelques désagréments aux assurés AMO.

En effet, la loi n°09-015 du 26 juin 2009, instituant l’AMO, en son Article 37 stipule que “l’organisme de gestion est tenu de vérifier et contrôler l’admissibilité des personnes assujetties et valider en permanence l’ouverture et la fermeture du droit aux prestations de l’AMO”.

Dans le cadre de l’amélioration de l’accès aux soins des assurés de l’Assurance Maladie, la Direction Générale de la CANAM a pris les mesures suivantes, à travers la note de service n°2021-0001/MSDS-CANAM-DG :

De l’ouverture et la fermeture des droits :

Le contrôle de l’ouverture des droits, assuré par la CANAM, s’effectuera désormais :

– tous les cinq (5) ans pour les fonctionnaires civils, les fonctionnaires militaires, les députés et les retraités ;

-tous les deux (ans) pour les travailleurs régis par le code du travail.

De la mise à jour de la carte biométrique :

La mise à jour de la carte biométrique s’opère avec l’aide d’une borne de mise à jour dans un délai de deux (2) ans à compter de la dernière date de mise à jour.

De l’accès aux soins de santé :

L’accès aux soins de santé est conditionné uniquement au paiement régulier des cotisations ; la carte biométrique servant uniquement comme moyen d’identification du bénéficiaire.

Bamako, le 15 janvier 2021

La Direction Générale


Go to Source
Author: bamada.net