Tag Archives: étrangères

L’Union européenne attend « des gestes crédibles » de la Turquie

De la Turquie, il est beaucoup question à Bruxelles en ce moment. Lundi 25 janvier, les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne (UE) s’apprêtent à évoquer la question des difficiles relations avec Ankara, comme ce fut le cas à l’issue de la visite, jeudi 21 et vendredi 22 janvier, du ministre des affaires étrangères turc, Mevlüt Çavusoglu, et de son adjoint, Faruk Kaymakci. Les deux diplomates ont rencontré les principaux dirigeants de l’UE et de l’OTAN, une « offensive de charme », selon des observateurs bruxellois, censée aider à remettre sur les rails la relation abîmée entre les Vingt-Sept et la Turquie, toujours candidate à l’adhésion sur le papier.Ce déplacement visait le sommet européen de la mi-mars, au cours duquel les chefs d’Etat et de gouvernement sont censés examiner une « feuille de route » pour les relations futures avec la Turquie. Le haut représentant, Josep Borrell, doit leur présenter un rapport assorti de plusieurs options et, éventuellement, de sanctions, comme cela avait été évoqué en décembre, à la suite des activités turques de forage dans les eaux chypriotes et grecques, des violations par Ankara de l’embargo de l’ONU sur les armes en Libye, ou encore de son activisme militaire au Haut-Karabakh. Article réservé à nos abonnés Lire aussi 2021, année de tous les dangers pour Erdogan En décembre, les Européens s’étaient toutefois contentés d’évoquer une menace de sanctions – non concrétisée à ce stade – contre des responsables des forages gaziers dans les zones chypriotes. Ces dernières semaines, la diplomatie européenne a bien noté les propos conciliants du président turc, Recep Tayyip Erdogan, et son apparente volonté d’apaisement. « Est-elle durable ou temporaire ? », s’interroge, comme beaucoup, un diplomate, qui relève cependant « des pas dans la bonne direction », à savoir la reprise des pourparlers exploratoires avec Athènes sur les ressources énergétiques, un éventuel redémarrage des négociations, sur le statut de Chypre, l’île divisée de la Méditerranée, la suspension de l’exploration gazière turque en Méditerranée orientale. « Etablir un agenda positif » Après avoir semé la zizanie en Méditerranée orientale à l’été 2020 et après avoir conseillé au président français, Emmanuel Macron, de « se faire soigner mentalement », M. Erdogan n’a eu de cesse d’affirmer, ces dernières semaines, vouloir « tourner une nouvelle page » dans les relations de son pays avec l’UE et aussi avec la France, de façon à « établir un agenda positif » en 2021. Première mesure dans ce sens, la Turquie et la Grèce vont reprendre, lundi à Istanbul, leurs pourparlers exploratoires, interrompus depuis 2016, sur les droits énergétiques et les frontières maritimes, autant de problèmes qui ont mis les deux pays au bord de la confrontation militaire à l’été 2020. Il vous reste 61.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Go to Source
Author:

RDC:Marie Tumba Nzeza conviée à la réunion des ministres des Affaires étrangères de G20 en Italie

M. Luca Attanasio, ambassadeur d’Italie en RDC a remis officiellement à la ministre des Affaires étrangères Marie Tumba Nzenze l’invitation de participation à la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du G20 en Italie. C’était au cours d’une d’une audience que la chef de la diplomatie congolaise a accordé à son homologue italien ce jeudi 21 janvier 2021 à Kinshasa.Les deux personnalités ont également échangé sur la prochaine présidence de la République démocratique du Congo à l’Union Africaine.

“J’ai été reçu par la ministre des Affaires étrangères pour échanger en vue de la présidence de la  RDC  à l’Union africaine, et de la Présidence de l’ltalie du groupe G20. Mon Premier ministre m’a chargé de rendre visite à Mme la ministre et  l’a invité à la prochaine rencontre en Italie de tous les ministres de pays G20 et de la RDC comme Présidence de l’Union africaine” a expliqué le diplomate italien au sortir de l’entretien.

Répondant à la question sur l’apport de l’Italie et de l’Union Européenne à la RDC pour réussir son mandat, l’ambassadeur a fait savoir qu’il faut considérer que le G20 cette année va cibler sur trois priorités ou les trois PPP, à savoir la Population, la Planète et la Prospérité.
Toutes ces priorités, a-t-il  indiqué,sont compatibles avec les priorités du chef d’Etat de la RDC.
Et d’ajouter :

“on est sûr que si on profite de cet événement, de cette coïncidence, la présidence de l’Union africaine par la RDC et la présidence de G20  par l’Italie,ensemble on développer des collaborations plus efficaces poura accompagnerl’Afrique en général et la RDC dans son chemin de développement de façon plus efficace”.

Abordant l’état de lieu de la coopération entre la RDC et l’Italie, Luca Attanasio a indiqué que les relations entre les deux pays sont au bon fixe  depuis longtemps.

“En 2021 il y aura renforcement décisif de rapport  d’amitié entre la RDC et l’Italie”a-t-il conclu.

Clément Muamba

Go to Source
Author: PMaki

Émirats arabes unis – Entretien de Jean-Yves Le Drian avec Cheikh Abdallah bin Zayed, ministre émirien des Affaires étrangères (21.01.21)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a reçu son homologue émirien, Cheikh Abdallah bin Zayed, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale des Émirats arabes unis.
Jean-Yves Le Drian a salué le rapprochement engagé entre les membres du Conseil de coopération des États arabes du Golfe. Il a rappelé que l’Iran devait revenir sans délai au plein respect de ses engagements nucléaires au titre du JCPoA, afin de préserver la stabilité de la région et d’éviter une crise grave de prolifération. Sur la Libye, le ministre s’est félicité des derniers développements au sein du Forum de dialogue politique et a appelé à une mobilisation renforcée pour favoriser la nomination rapide d’autorités exécutives de transition, la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu du 23 octobre dernier et la fin des ingérences étrangères.
Les ministres se sont félicités de la densité du partenariat stratégique bilatéral et ont insisté sur la coopération dans le contexte de la crise sanitaire. Jean-Yves Le Drian a souligné l’importance du Louvre Abou Dhabi et de la Sorbonne Abou Dhabi dans le partenariat franco-émirien et la perspective d’un approfondissement de la coopération dans ce cadre.


Go to Source
Author:

L’Allemagne se montre prudente quant au sort du Nord Stream 2, attendant de parler à Biden

©
Sputnik . Alexeï VitvitskiLe ministre allemand des Affaires étrangères, sur la chaîne de télévision NTV, a jugé incorrectes les sanctions extraterritoriales contre le Nord Stream 2 de l’administration Trump. Il compte pouvoir en parler avec le nouveau gouvernement américain. «La mise en service du gazoduc sera décidée dans les semaines et mois à venir».Intervenant sur la chaîne de télévision NTV, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a dénoncé le caractère extraterritorial des sanctions américaines contre le Nord Stream 2.
«De notre avis, ces sanctions, qui sont extraterritoriales, sont mal venues. Nous l’avons répété à maintes reprises par le passé», a-t-il déclaré.
Il a ajouté que le problème des sanctions serait discuté avec l’administration de Joe Biden.
Le sort du projet se décidera dans les semaines à venir
«Nous en parlerons entre nous et c’est la différence avec le gouvernement précédent. Nous n’avions découvert certaines choses que par les médias et nous n’en avions pas parlé», a-t-il détaillé.
Le ministre, qui n’était pas en mesure de donner une date pour ces consultations entre les deux gouvernements, a fait part de sa compréhension concernant les entreprises sorties du projet sous la menace de sanctions imminentes
Il s’est montré très prudent quant à l’impact de ces développements sur la mise en service du Nord Stream 2.
«Cela sera décidé dans les semaines et les mois à venir. Personne ne peut prédire cela pour le moment.»
Gazprom reste optimiste, mais admet l’abandon
En janvier 2021, les États-Unis ont étendu les sanctions contre le Nord Stream 2 aux services relatifs à ses tests, son inspection et sa certification. Craignant ces sanctions, plusieurs partenaires, dont la société allemande Bilfinger SE, le groupe d’assurances suisse Zurich, le norvégien DNV GL et le danois Ramboll se sont retirés du projet.
Mardi 19 janvier, les États-Unis ont imposé des sanctions contre le navire poseur de conduites Fortuna, ainsi que son propriétaire KVT-RUS.
Suite à la pression politique, les représentants de Gazprom ont pour la première fois admis la suspension, voire l’abandon du projet, tout en espérant l’achever «dès que cela sera raisonnablement possible».
148 kilomètres de tuyaux restent à poser sur un total de 2.460 kilomètres du projet: 120 kilomètres dans les eaux danoises et 28 kilomètres dans les eaux allemandes.

Go to Source
Author:

Dispersion de la manifestation antifrançaise, hier : confirmation d’un système Gestapo en place au Mali

La manifestation contre la présence des forces étrangères, notamment la présence militaire française sur le sol malien organisée par certaines organisations de la société civile et des activistes n’a pas eu lieu hier, mercredi 20 janvier 2021. Les quelques centaines, premiers manifestants, sur la place de l’indépendance ont été dispensés à coups de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre qui ont pris le contrôle du secteur tôt.

Les forces maliennes ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser une centaine de manifestants qui ont bravé l’interdiction du rassemblement, contre la présence de la force antidjihadiste française dans le pays. Les manifestants à pied ou à moto ont reflué devant les lacrymogènes des policiers et des gendarmes déployés en grand nombre autour de la place de l’Indépendance. Au même moment des cortèges de motos partis de différents quartiers de la capitale étaient en route pour rallier la place, lieu traditionnel des rassemblements, et participer à la manifestation, ont malheureusement rebroussé chemin. Des caravanes organisées à cet effet par les organisateurs partout dans la ville pour converger vers le boulevard, a lancé à l’adresse de plusieurs dizaines de jeunes l’une des figures du collectif à l’origine de l’appel à manifester, Adama Diarra, plus connu sous le nom « Ben le cerveau ».
Les autorités ont interdit la manifestation en invoquant la lutte contre la pandémie de Covid-19. La France engagée militairement depuis 2013 au Mali y déploie ainsi au Sahel 5.100 soldats dans la force antijihadiste Barkhane. Cette présence militaire divise l’opinion nationale des pays du Sahel régulièrement sur les réseaux sociaux, et même des personnalités et lors de manifestations.
Les initiateurs de la manifestation programmée hier mercredi sont membres du Conseil national de transition, organe législatif de la période transitoire ouverte après le coup d’État militaire du 18 août 2020 et censée ramener des civils élus au pouvoir au bout de 18 mois.
Cette transition reste dominée par les militaires qui ont, eux, affirmé dès le départ leur attachement à la coopération militaire avec la France.
Cette répression pour le reste, n’est que la confirmation de l’État policier qui est en place après le putsch du 18 aout 2021. Pour une manifestation interdite de surplus, il ne fallait pas attendre mieux qu’une dispersion.
« Je voudrais renouveler la gratitude de notre pays envers la communauté internationale dont les armées sont à nos côtés et dont les soldats risquent leur vie pour la libération de notre pays », a redit mardi soir le président de transition Bah Ndaw à l’occasion du 60e  anniversaire de l’armée malienne. Cependant, la manifestation était programmée au moment où Paris se prépare à « ajuster » son effort militaire au Sahel, selon le président Emmanuel Macron, perçu comme préfigurant une diminution des effectifs de Barkhane. Ainsi dit, la question qui se pose est de savoir si Paris n’est-il pas dans une entreprise d’intimidation pour obtenir un autre accord ?
Bourama Kéïta
Source : LE COMBAT


Go to Source
Author: bamada.net

Budapest annonce avoir reçu un projet de contrat avec la Russie sur le vaccin Spoutnik V

©
Sputnik . Alexeï DanitchevLe ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a indiqué avoir reçu un projet de contrat pour l’achat du vaccin Spoutnik V contre le Covid-19.La Russie a remis à la Hongrie un projet de contrat sur la livraison du vaccin anti-Covid Spoutnik V, a déclaré le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, dans une vidéo postée sur son compte Facebook officiel.
La vidéo, où le ministre fait son annonce en hongrois, commence par quelques mots en russe qu’il prononce en terminant une conversation téléphonique: «Oui. Merci beaucoup. Au revoir». Passant à sa langue maternelle, le ministre indique notamment que Budapest pourra signer le contrat avec Moscou si l’utilisation de Spoutnik V est approuvée par les spécialistes.
Bloomberg avait précédemment annoncé que l’agence hongroise pour le contrôle des médicaments avait recommandé d’approuver l’utilisation du vaccin russe.
Le 28 décembre, la Hongrie a reçu 6.000 doses du vaccin Spoutnik V. Cette information a été confirmée par le gouvernement hongrois et le Fonds russe d’investissements directs (RFPI).
Début janvier, le RFPI a indiqué qu’il poursuivait son travail avec les régulateurs hongrois sur l’approbation du vaccin et s’est dit prêt à fournir intégralement le vaccin dans le volume requis en janvier-mars 2021.

Go to Source
Author:

Espagne – Déplacement de M. Jean-Baptiste Lemoyne à Madrid à l’occasion du Conseil exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme (19.01.21)

M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie, se rend à Madrid aujourd’hui, mardi 19 janvier 2021.

Le secrétaire d’État s’entretiendra avec M. Fernando Valdes, secrétaire d’État espagnol au tourisme, et plaidera pour un approfondissement du dialogue bilatéral et européen dans le cadre notamment de la mise en œuvre des plans de relance français et espagnol qui ont fait du secteur du tourisme une priorité.

M. Jean-Baptiste Lemoyne participera au 113ème conseil exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), dans un contexte marqué par l’effondrement des flux touristiques dans le monde et par les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire sur l’ensemble du secteur.

Le conseil exécutif devrait notamment recommander à l’Assemblée générale de l’OMT un candidat au poste de secrétaire général pour la période 2022-2025, période cruciale pour la reprise de l’activité touristique au niveau international. Première destination dans le monde, la France participe activement aux travaux de l’OMT, afin d’y promouvoir l’échange de bonnes pratiques et une coordination internationale rendue plus nécessaire encore par la crise.


Go to Source
Author:

Coopération : Félix Tshisekedi reçoit un émissaire de Paul Kagame – CAS-INFO.CA

Vincent Biruta, ministre Rwandais des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale a été reçu ce mardi au Palais de la Nation par le Président de la République Félix Tshisekedi.

A la tête d’une forte délégation composée entre autre du Général Joseph Nzabamwita , Secrétaire général des services des renseignements, de Vincent KAREGA, Ambassadeur du Rwanda en RDC et de Donald Kaberuka, haut fonctionnaire à l’UA, le Chef de la diplomatie Rwandaise était porteur d’un message personnel du président Paul Kagame adressé à son homologue congolais Felix Tshisekedi.

L’envoyé spécial du Président Rwandais n’a pas commenté ce « message personnel » ; il s’est limité à préciser que ce message est lié à la coopération bilatérale et aux questions sous-regionales et continentales.

A quelques semaines de l’inauguration de la présidence congolaise de l’Union Africaine, l’émissaire rwandais a indiqué qu’il est de bon aloi que les voisins échangent.

Au sujet de la coopération bilatérale, Vincent Biruta a dit que les deux voisins sont déterminés à travailler ensemble dans plusieurs domaines notamment politique, économique et sécuritaire.
Plusieurs rencontres au niveau bilatérale sont prévues dans les prochains jours, a-t-il indiqué.


Go to Source
Author: Ndjale Isako

Manifestation antifrançaise au Mali : le paradoxe des soutiens !

Une mobilisation pour demander le départ des forces étrangères au Mali est programmée pour le 20 janvier prochain. Cette manifestation antifrançaise qui n’est pas une première au Mali divise les certains acteurs. Certains membres du Conseil national de transition impliqués dans cette organisation ne trouvent pas un écho favorable auprès des autorités de la transition.

Allons vers une tension au sein du Conseil National de la Transition ? Peut-être pas, mais l’éventualité n’est pas à exclure. Pour cause, la mise en place du CNT, vivement critiqué par certains politiques notamment le Mouvement du 5 juin, organisation ayant mobilisé pour le départ d’IBK. Le M5 évoquait la simple raison que les putschistes ont coptés les copains et coquins pour siéger au CNT. Visiblement, malgré ce fait, tous les membres du CNT ne semblent être dans la dynamique des bénis oui oui. Ben le Cerveau, et certains membres considérés comme proches des militaires au pouvoir sont aujourd’hui contre la présence des forces étrangères et particulièrement celle française au Mali. C’est ainsi qu’une marche est programmée pour le 20 janvier pour demander à ces forces étrangères de quitter le sol malien.

Certes, la question antifrançaise ne date pas d’aujourd’hui, mais lorsque les membres du CNT sont initiateurs de cette manifestation, il va sans dire que les gymnastiques des militaires qui dans leur démarche voulaient faire sans les politiques sont dans un autre piège. Car, au moment où ces putschistes demandent le soutien des forces étrangères dans la lutte contre le terrorisme, les personnalités supposées proches des militaires sont celles qui tiennent des propos à contre-courant.

En clair, ce que l’on driblait en privilégiant des personnes manipulables au CNT est désormais bien présent. Ben le cerveau, proche du politique, Oumar Mariko, ne pouvait faire mieux que demander le départ des militaires étrangers comme le fait bien son mentor à chaque tribune. Celui qui aime prendre la parole contre les forces étrangères trouvera le micro ce 20 janvier prochain, pour se faire entendre comme à ses habitudes. L’élu de Kolindiéba  trouve ainsi le créneau idéal pour déballer. Certains observateurs parlent même de lui comme véritable initiateur de cette nouvelle manifestation.

Sur un autre plan, l’on se demande si la démarche actuelle de Ben n’est-elle pas en contradiction avec ses propres convictions si l’on s’en tient à ses soutiens répétés des militaires pour diriger la transition. Aujourd’hui, les militaires appellent à soutenir les forces françaises. Comment comprendre que Ben qui est un soutien militaire de taille puisse s’opposer à ces mêmes forces étrangères que ses mentors soutiennent ?

Selon Adama Ben Diarra « cela fait 8 ans que l’Armée française fait de la promenade et du tourisme sur notre territoire et les choses n’ont fait qu’empirer depuis. La France ne cesse, depuis des années, d’envahir et d’occuper le Mali en violant les grands principes qui conditionnent les relations entre les États. Le Mali ne finit pas d’enterrer ses morts depuis l’intervention franco-britannique en Libye. Une intervention ayant changé la criminalité sur le territoire malien ».

Il pense que cette mascarade a duré trop longtemps, “il est temps que la France dégage’’.

Ben le cerveau est soutenu dans sa démarche par Dr Aboubacar Fomba, qui dans un communiqué a qualifié le communiqué du président du CNT, Colonel Malick Diaw qui se désengage de cette démarche de “attentatoire à la liberté d’expression’’.

Bourama Kéïta

Source : LE COMBAT


Go to Source
Author: bamada.net