Tag Archives: forme

Z šíleného McGregora je beránek. Jeho sok stál už v deseti letech před soudem

“Jsem v úžasné formě a přicházím, abych vám předvedl mistrovské dílo,” slibuje McGregor. Bojovník, který tříkrát v posledních čtyřech letech – a naposledy v červnu minulého roku – významně oznamoval konec kariéry.

Velké ego a nekonečná víra ve vlastní schopnosti zůstávají. Bláznivých výstřelků, explozí vzteku, vulgarit a čírého šílenství ale dramaticky ubývá. Dvaatřicetiletý rodák z Dublinu dokonává svou vnitřní proměnu. Před odvetným duelem proti Dustinu Poirierovi vystupuje klidně, uctivě, soupeři vyjadřuje velký respekt.
“Dustin se hodně zlepšil od doby, co jsem ho poprvé porazil. Rád se s ním poměřím znovu. Je mi ctí sdílet oktagon s mužem, který toho dal hodně zpátky potřebným. Měli jsme mezi sebou bojovný oheň, pořád tam je a v zápase z toho bude ohňostroj, ale chovám k němu respekt a obdiv,” vyprávěl McGregor na čtvrteční tiskové konferenci.
Z velké nepředvídatelné show, kterou jeho výstupy před novináři obvykle znamenaly, byl mírumilovný, až přátelský potlach. Příjemná změna.
Fanoušci se ale obávat nemusí: v samotné kleci se McGregor znovu převtělí z beránka v agresivního predátora. Když Poiriera, stejně starého bijce z Lousiany, vyzval před sedmi lety poprvé, trval souboj pouhých 106 sekund. McGregor ještě před pár týdny vyhlašoval, že chce amerického soka ukončit do jedné minuty. “Mám Dustina rád, ale bude to rychlé. Je to skvělý bojovník, ale stále několik úrovní pode mnou,” tvrdil.
Ve čtvrtek už odpovídal rozporuplněji.

“Vím, že mu dokážu ublížit velmi rychle a nejspíš se to i stane, ale doufám spíš v dlouhý dobrý boj.”
O něčem podobném sní i publikum. Když byl McGregor v kleci naposledy, přesně před rokem, skončily jakékoli naděje jeho soupeře Donalda Cowboye Cerroneho po drtivé ofenzivě za pouhých 40 vteřin.
Poirier má mít přece jen větší šanci, odborníci se shodují, že se za poslední roky výrazně zlepšil. “Má dobré ruce, je tvrdý, odolný, dokáže udávat tempo. Tahle kombinace mu umožnila uspět. Ostatní ale nemlátí tak, jako Conor. Conor potřebuje jen zlomek sekundy,” řekl McGregorův trenér Owen Ruddy.
Podívejte se, jak rychle McGregor před rokem vyřídil Cerroneho:

“V celém minulém roce jsem strávil v oktagonu jen čtyřicet sekund. To mi nestačí, je to frustrující. Chci víc, dlouhý boj mi mi nevadil,” prohlásil McGregor.
Poirier se rozhodně necítí předem poražen. “Vím, co ve světě bojových sportů znamená porazit Conora McGregora. Kdo vyhraje, bude soupeřit o titul. Je to zápas, který znamená hodně,” uvedl americký fighter a přiznal, že se každým zápasem snaží zabezpečit rodinu.
Stojí za ním zajímavý, mediálně vděčný příběh. Z problémového dítěte vyrostl gentleman a jeden z těch, kdo ve světě MMA platí za nejpříkladnější a nejsympatičtější osobnosti.
Už v deseti letech se malý chlapec z města Lafayette ocitl před soudem. V domluvené pouliční rvačce vyrazil zuby o pět let staršímu klukovi. Byl nezvladatelný, škola pro něj neznamenala nic. Tu střední ani nedokončil, už v patnácti si musel vydělávat sám, o dva roky později odešel z domova a skončil v nápravném zařízení.
Mám školu života, opakuje často a od něj to nezní směšně. Jak už to tak v podobných příbězích bývá, na správnou cestu ho dostal až sport. Když svou agresi ukotvil mezi jasné hranice a pravidla, všechno se začalo obracet k lepšímu.

Hodně energie Poirier věnuje své charitativní organizaci The Good Fight Foundation, která pomáhá potřebným v jeho rodném městě. Teď pomůže i McGregor, který slíbil, že nadaci věnuje půl milionu dolarů. I tohle gesto přispělo k takřka harmonické atmosféře, jež panuje před blížícím se duelem.
“Nechci, aby to vypadalo, že jsme si v zákulisí vzájemně masírovali záda,” pobavil Poirier na tiskovce. “Ale děkuju ti Conore, pomůžeš hodně lidem.”
Se dvěma hlavními postavami se na sobotní akci potká také Machmud Muradov. Na poli prestižní organizace UFC se třicetiletý fighter žijící v Praze představí potřetí v kariéře, oba předešlé duely vyhrál, naposledy v prosinci 2019 knokautoval Trevora Smithe. Teď vyzve dalšího Američana, Andrewa “El Dirte” Sancheze.
Ačkoli je soupeř zkušenější a má za sebou kvalitní výsledky, Muradov sám sebe považuje za rychlejšího, pohyblivějšího a celkově lepšího bojovníka.
Přímý přenos obou duelů a celého UFC večera na Fight Island v noci ze soboty na neděli vysílá O2 TV na stanici Premier Sport.

Go to Source
Author:

MaTransition : entre rupture et continuité du système de gouvernance

La dynamique politique à l’œuvre est une forme de persistance des pratiques politiques qui, au lieu d’une rupture, marquent une certaine continuité du système de gouvernance.

Depuis les indépendances, la multiplication des coups d’État en Afrique s’est quasi-systématiquement justifiée par le désir des militaires putschistes de changer la situation de leurs pays. Le coup d’État du 18 août, au Mali, s’inscrivait dans une démarche similaire. Les putschistes, réunis au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), se présentaient en tant que garants de la cohésion de la société, et arbitre s’autorisant à intervenir contre un régime qui ne satisfait plus la population.
Dès leur premier discours télévisé, dans la nuit du 18 au 19 août, les putschistes énumérèrent toutes les revendications du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) : contestations des résultats des élections législatives de mars-avril 2020, insécurité grandissante, clientélisme politique, gestion familiale de l’État, détournement des deniers publics, corruption de la justice, crise de l’école, mauvaise gouvernance. « C’est au vu de tout cela que nous avons décidé de prendre nos responsabilités devant le peuple afin d’éviter au pays de sombrer », expliquaient-ils alors.
De ce fait, il est naturellement attendu que les transitions mises en place par les putschistes permettent, en pratique, une véritable remise en cause du régime déchu. Mais force est de constater que ces transitions peuvent aussi demeurer sous le contrôle des dirigeants en place. Le cas malien semble, à bien des égards, s’inscrire dans cette seconde logique.
Le coup d’État du 22 mars 2012 n’avait permis ni un renouvellement de la classe politique, ni un changement dans le système dénoncé encore moins dans le mode de gouvernance. Cinq mois après le coup d’État d’août 2020 contre le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », très peu (ou pas) d’éléments sont venus véritablement conforter l’idée d’une volonté réelle de rompre avec le régime de ce dernier et le système de gouvernance existant.
Un processus d’extirpation et de constitution
Par définition, le coup d’État marque un moment de rupture de l’ordre constitutionnel, de même que la transition devrait constituer un moment de changement et d’ouverture. Les transitions représentent, ainsi, la résultante de deux processus combinés : « l’extirpation » et la « constitution ».
L’extirpation consiste à sortir du précédent régime, tandis que la constitution a pour fonction d’asseoir le nouveau régime. Le rôle fondamental de l’armée, durant la transition, est davantage précisé par Adam Przeworski qui explique que « partout où l’armée reste un acteur cohérent et autonome, les éléments d’extirpation dominent le processus de transition ».
La volonté de « changement » apparaît, à plusieurs égards, comme un simple slogan dépourvu de substance réelle. La dynamique politique que l’on constate, depuis le début de la transition, est plutôt une forme de persistance des pratiques politiques clientélistes, de transhumance politique au gré des intérêts individuels, de cooptation et une course effrénée aux postes politiques de la part des militaires. La mise en place du Conseil national de transition (CNT) est assez illustrative de ce constat.
Boycott des forces politiques
Le 10 novembre 2020, la vice-présidence de la transition a publié un décret relatif à la mise en place du CNT avec la clé d’attribution des quotas dédiés aux différents groupes politiques, syndicaux, de la société civile, etc. Qui plus est, le décret précisait que le colonel Assimi Goita « après examen des dossiers, arrête la liste des membres du Conseil national de la transition […] ». Notons que la charte de la transition précise les prérogatives du vice-président, qui est exclusivement chargé des questions de sécurité et de défense. On peut, dès lors, se demander en quoi la composition de cet organe relève d’une question de défense ou de sécurité.
En raison non seulement du nombre de sièges qui leur était attribué en comparaison au nombre dédié aux militaires, mais aussi du procédé du choix de leurs représentants, plusieurs forces politiques ont décliné leur participation au CNT. Le CNT a pourtant été mis en place le 3 décembre. Le colonel Malick Diaw, unique candidat, a été élu président avec 111 voix et 7 abstentions sur un total de 118 votants.
Les 3 voix manquantes sont celles des représentants des mouvements signataires de l’Accord. La Plateforme a publiquement dénoncé le non-respect des engagements convenus avec les autorités de transition autour de la mise en place du CNT. La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a, quant à elle, dans une déclaration publique, dénoncé le processus de désignation des membres du CNT, en indiquant « surseoir purement et simplement sa participation au processus de mise en place du CNT jusqu’au rétablissement de la confiance et du compromis ».
Constats
Plusieurs constats peuvent être faits de la mise en place du CNT. Le premier est que des membres ou ex-membres de certaines forces politiques ayant boycotté l’organe législatif ont été cooptés par le pouvoir. Un autre constat est l’opacité totale qui a entouré la composition même du CNT. Hormis quelques personnalités connues, on ignore la grande majorité de ses membres, qu’on soupçonne toutefois d’être des militaires.
Le procédé, tout sauf fortuit, consisterait d’ailleurs à brouiller les pistes, les multiples nominations des militaires à des postes politiques ayant suscité des débats au sein de l’opinion publique malienne. Précisons ici qu’un militaire est seulement reconnu à travers l’attribut militaire qui accompagne son nom. La liste du CNT, publiée le 3 décembre 2020, ne précise la fonction d’aucun de ses membres, mais se contente d’indiquer seulement leurs noms et prénoms.
L’intérêt pour la junte de mettre sous influence le CNT (ce qu’elle est aisément parvenue à faire) est d’autant plus grand que cet organe est doté des prérogatives de l’Assemblée nationale. Il aura la charge de voter les textes relatifs aux différentes réformes prévues durant la transition, et détient également le pouvoir d’opérer une révision de la charte de la transition.

Source: benbere
Tags: Assimi GoitaMalick Diaw


Go to Source
Author: bamada.net

Des scientifiques africains découvrent deux girafes naines si petites qu’elles sont à peine plus grandes qu’un être humain

Les scientifiques de la Fondation pour la conservation des girafes (GCF) ont découvert deux girafes présentant une forme rare de nanisme qui fait que ces animaux ont la moitié de leur taille et de leur hauteur normales.En fait, ces girafes sont si petites qu’elles ne font que 30 à 60 cm de plus qu’un homme de grande taille.
Le GCF a annoncé dans un communiqué de presse ce mois-ci qu’une girafe de Nubie a été découverte dans le parc national de Murchison Falls, en Ouganda, et que le mâle ne mesure que 3,5 mètres. Il a été affectueusement surnommé « Gimli », d’après un personnage du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.
La deuxième girafe est apparue plus d’une fois dans une ferme privée du centre de la Namibie. Lorsqu’on l’a mesurée, on a découvert qu’elle ne mesurait que 2,5 mètres. Le mâle est connu sous le nom de « Nigel ».
(Avec l’aimable autorisation de Emma Wells/ Giraffe Conservation Foundation)Les chercheurs ont conclu que les créatures tachetées présentent une forme de nanisme, également connue sous le nom de dysplasie squelettique, une condition qui se caractérise par une anatomie raccourcie et des anomalies dans le développement des os.
Récemment, les chercheurs du GCF ont publié un article dans BMC Research Notes, détaillant cette découverte.
« Les cas d’animaux sauvages présentant ce type de dysplasie squelettique sont extraordinairement rares », a écrit le Dr Michael Brown, auteur principal du rapport. « C’est un rebondissement intéressant dans l’histoire unique des girafes dans ces divers écosystèmes. »
Ce qui rend cette découverte vraiment extraordinaire, c’est que les deux girafes ont atteint l’âge adulte.

[embedded content]
On sait que la dysplasie squelettique entraîne la mort des petites espèces domestiques. Et selon les chercheurs du GCF, « bien que rarement observés chez les animaux sauvages, les cas de dysplasie squelettique chez les animaux captifs ont été associés à la consanguinité et à un manque de diversité génétique ».
L’étude des chercheurs souligne que la population de girafes ougandaises a souffert des troubles civils et du braconnage dans les années 1980, ce qui a entraîné un goulot d’étranglement pour l’espèce. Ils se demandent si une réduction de la diversité génétique a conduit au développement du nanisme chez les animaux.
Pour l’instant, les scientifiques prévoient d’observer les deux girafes et de savoir si elles présentent des différences de comportement ou de statut social dans la nature en raison de leur stature réduite.
(Avec l’aimable autorisation de Michael Brown / Giraffe Conservation Foundation)Emma Wells, chercheuse au GCF, a expliqué que les girafes sont si petites qu’elles ressemblent à des bébés. En fait, le propriétaire de la ferme en Namibie voyait souvent Nigel, mais il lui a fallu des années pour réaliser que son visiteur sauvage ne grandissait pas.
« Alors que le fermier namibien avait régulièrement repéré Nigel au fil des ans, ce n’est qu’après nos observations qu’il a réalisé que Nigel n’était pas une jeune girafe mais un mâle adulte », a déclaré Mme Wells dans un communiqué. « C’est surtout par rapport aux autres girafes que sa différence de stature devient évidente. »
Le GCF rapporte qu’il ne reste plus qu’environ 111 000 girafes à l’état sauvage sur le continent africain aujourd’hui.
« Les girafes sont en voie d’extinction silencieuse en Afrique », a déclaré le Dr Julian Fennessy, directeur et co-fondateur du GCF. « Le fait que ce soit la première description de girafes naines n’est qu’un exemple de plus du peu que nous savons de ces animaux charismatiques. Ce n’est que récemment que nos recherches ont montré qu’il existe quatre espèces distinctes de girafes. Il y a tellement plus à apprendre sur les girafes en Afrique, et nous devons nous tenir debout maintenant pour les sauver avant qu’il ne soit trop tard. »
Bien que les girafes aient subi une crise de quasi-extinction, leurs populations sont en augmentation grâce aux efforts d’organisations comme le GCF.
Focus sur la Chine – Controverse liée au virus en Chine : des glaces testées « positives »

[embedded content]
Soutenez Epoch Times à partir de 1€ Vous pouvez nous aider à vous tenir informésPourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

Go to Source
Author: Jenni Julander

Návrat žáků do škol by muselo provázet zpřísnění jinde, uvedlo ministerstvo

Návrat žáků k prezenční formě výuky je prioritou ministerstva školství, kvůli riziku zhoršení epidemie covidu-19 by ho ale nyní muselo doprovázet zpřísnění opatření například v průmyslu nebo ve firmách.

Go to Source
Author:

Deux-Sèvres : Chloé et Max, âgés de 18 et 20 ans, reprennent la boulangerie d’un village

Ils sont jeunes, courageux et pleins d’enthousiasme : le jeune couple formé par Maxime Bille, boulanger, et sa compagne Chloé Macé a décidé de relever le défi de reprendre la boulangerie du petit village de Begnon-Thireuil dans les Deux-Sèvres, qui était fermée depuis presque un an.« Au début, ça nous faisait un peu peur et puis on s’est dit allez on se lance », a raconté Maxime Bille, surnommé Max, à France Bleu. Âgé de 20 ans, le jeune homme passionné de boulangerie depuis son enfance n’a pas peur de se lever tôt.
De son côté, Chloé Macé, 18 ans, a suivi son compagnon dans cette grande aventure, devenant la vendeuse de la boulangerie Aux P’tits Bonheurs de Max. « C’était plus son projet à lui, parce que moi je voulais être plus dans la gendarmerie », raconte le jeune femme au micro de Radio Gâtine.

[embedded content]
C’est le 1er décembre que Max et Chloé ont repris la boulangerie du village de 700 habitants, dont les locaux étaient libres depuis près d’un an. L’offre était parfaite pour un couple de jeunes comme eux, puisque les lieux étaient à louer, sans gros investissement à faire.
« On s’en sort bien parce qu’il n’y a pas le fond de commerce ni les murs à acheter », se réjouit le jeune boulanger. « La mairie a investi 38 000 euros de matériel parce qu’il n’y avait plus le four ni la façonneuse. Ils ont rajouté un pétrin, un batteur pour qu’un boulanger s’installe. »

[embedded content]
En plus de fournir pain frais, viennoiseries et pâtisseries (ainsi que des spécialités ponctuelles telles que les bûches de Noël ou les galettes des rois), l’établissement fait aussi office de petite épicerie, ce qui est toujours pratique pour les habitants d’un petit village.
Parmi les clients, des témoignages montrent à quel point les habitants sont contents de la nouvelle boulangerie. « Le jeune couple qui tient la boulangerie est très gentil et souriant ! Ils travaillent dur et tout est fait maison ! Pas de surgelé cuit sur place comme souvent dans les autres boulangeries ! Ici c’est le goût de l’authentique », écrit une femme du village sur le site Internet de la boulangerie.
L’enthousiasme de Max a gagné Chloé. « Le projet c’est de construire une boulangerie de A à Z et après gérer plusieurs établissements », explique la jeune femme. « Ça demande du travail mais ça s’apprend, on est jeunes ! »
Élections américaines – Renseignement américain : Chine immiscée dans l’élection
[embedded content]
Faire un don à Epoch Times Vous pouvez nous aider à vous tenir informésPourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

Go to Source
Author: Nathalie Dieul

Les partisans de Trump minimisent l’assaut du Capitole et veulent croire à son retour

Ce n’était pas un adieu, mais un au revoir. « Nous serons de retour, sous une forme ou une autre », a expliqué Donald Trump, mercredi 20 janvier au matin, sur la base d’Andrews (Maryland), juste après avoir quitté définitivement la Maison Blanche, sans croiser son successeur Joe Biden. Direction Palm Beach, dans son golf de Mar-a-Lago en Floride, à bord d’Air Force One. Quelque 250 partisans s’étaient rassemblés sur le trajet présidentiel en Floride, juste avant un pont qui mène à l’île de Palm Beach, pour rendre hommage au président sortant. Enthousiastes, de bonne humeur. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Donald Trump évite Joe Biden avant de quitter la Maison Blanche Que ce soit après ses déclarations sur les femmes qu’il suggérait de « prendre par la chatte » révélées en 2016, sur les « gens biens » dans les rangs des suprémacistes, comme en face, lors des émeutes de Charlottesville (Virginie) qui firent une morte écrasée par un néonazi, à chaque fois on a cru Trump définitivement touché. A tort. L’assaut du Capitole ne fait pas exception, en tout cas pas auprès de ses indéfectibles partisans. « Cette élection était frauduleuse » Margherita Downey, avocate de Floride, rappelle qu’elle avait fait le déplacement à Washington ce 6 janvier : « Trump avait commencé son discours une heure en retard. On a marché dans le froid de l’obélisque au Capitole, c’est long. On ne savait même pas qu’il y avait une émeute. Si vous y étiez vous le savez ! Il y avait des gaz lacrymogènes, mais la police ne nous a jamais dit qu’il y avait une émeute, sinon je serais retourné à mon bus ». Insensiblement, à partir de cette expérience vécue personnellement, son amie Catalina Ionita, médecin de 56 ans, bascule dans une théorie complotiste. « Le Capitole, c’était organisé par les Antifas et les Blacks Live Matters », jure-t-elle alors qu’absolument rien n’en atteste. Lire aussi Comment des dizaines de manifestants pro-Trump ont accédé au cœur du Capitole Le président sortant américain, Donald Trump, rejoint sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, mercredi 20 janvier. SAMUEL NAVARRO POUR « LE MONDE »Le Capitole n’a donc pas scellé la réputation de Donald Trump et le camp d’en face fait, comme toujours, figure d’accusé : « Les Démocrates sont des hypocrites : ils n’ont pas dénoncé les émeutes de l’été dernier », accuse Myriam Valencia, ingénieure retraitée originaire du Mexique, à propos des événements ayant suivi la mort de l’Afro-Américain George Floyd, étouffé, fin mai, par un policier blanc de Minneapolis (Minnesota). Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment Trump a remodelé le paysage médiatique américain Les partisans de Donald Trump continuent de croire dur comme fer aux élections volées. « Cette élection était frauduleuse, tout le monde le sait », lance Catalina Ionita. « En Floride, Trump a gagné car il n’y a pas eu de fraude », prétend Mae Kingston, venue avec ses amis. Les réseaux sociaux sont accusés d’avoir censuré le républicain et les médias sont dans le collimateur, notamment CNN, qualifié d’« ennemi du peuple ». « Tout ce qu’ils font, c’est attiser la haine », accuse Deborah Tomarin, coiffée d’une casquette contre la chaîne d’information. Si Fox News, la chaîne conservatrice a l’heur de lui plaire, ce n’est pas le cas pour un homme qui harcèle un journaliste de la chaîne du groupe Murdoch venu couvrir l’événement. « C’est un type de Fox, il hait Trump », accuse l’homme qui refuse de donner son nom. Il vous reste 46.23% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Go to Source
Author:

CONTRE LES FAKE NEWS : 1500 jeunes formés par Le Jalon

En partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis, Le Jalon.com forme 1500 jeunes, élèves, étudiants, blogueurs et journalistes aux techniques de détection et de vérification  des faits. Le 4e volet de la série de formation a eu lieu, samedi 16 janvier 2021 dans un hôtel de la place.

La lutte contre les fakes news était au menu d’une formation initiée par les leaders du site d’information Le Jalon.Com, en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis. Elle entre dans le cadre de la lutte contre les fakes news au Mali.

Pour les initiateurs de cette formation, les fakes news « contribuent à affaiblir l’équilibre ethnico-religieux précaire au Mali et portent atteinte à la crédibilité de la presse dans le pays. La désinformation et les discours haineux menacent la paix, l’unité, la stabilité et la vie de nombreux Maliens », estiment-ils.

Selon les formateurs, Lassine Niangaly, Malick Diallo et Sikou Bah, tous du site Le Jalon, il est important pour les journalistes de pouvoir détecter des fausses informations dans le but de mieux édifier la population.

Dans une démarche plus pratique que théorique, les formateurs ont introduit ces sessions par une vue globale du contexte national des médias en proie à des fausses informations, où il ressort qu’avec les reportages dans les organes de presse, c’est la crédibilité du journaliste qui est en jeu. Face à cette réalité, le journaliste doit redoubler de vigilance et adopter une démarche pour préserver sa crédibilité, ont souligné les formateurs.  « Parfois, les journalistes sont eux-mêmes, par ignorance ou par manque de vigilance, producteurs et diffuseurs d’informations inexactes. C’est en cela que le fact-checking s’impose aujourd’hui comme genre journalistique consistant en la vérification des informations.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau


Go to Source
Author: bamada.net

Gouvernement de transition : Ces jeunes ministres qui font bouger les lignes

Nommé le 27 septembre 2020 Premier ministre de la transition, Moctar Ouane a formé un gouvernement de transition de 25 membres. Si certains membres de ce gouvernement sont en panne d’idées  et préfèrent  dormir sur les deux oreillers, d’autres, au contraire, se distinguent déjà par  leur dévouement au service de la nation. Parmi ces jeunes ministres bien appréciés à la tâche par les populations, figurent  Madame Kadidiata Konaré, ministre de la Culture, de l’Artisanat et du tourisme et non moins fille d’Alpha Oumar Konaré, ancien président de la République ; Mossa Ag Attaher, ministre de la Jeunesse et des Sports et Mohamed Salia Touré, ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

Ministre de la Culture, de l’artisanat et du tourisme : Une dame  discrète et efficace

Nommée le 5 octobre 2020 à la tête du département de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Madame Kadidiata Konaré  s’est mise à la tâche sans tarder  en identifiant les difficultés qui émaillent les secteurs de la Culture et de l’Artisanat, afin d’y apporter des solutions concrètes.  Ne dit-on pas que la  meilleure façon de soigner une maladie est de bien faire le diagnostic. Ainsi, elle n’a pas tardé d’organiser une série de séminaires sur le thème «émergence pour une vision  concertée des secteurs de la culture et du tourisme». Objectif : offrir  un cadre de réflexion de haut niveau aux acteurs  culturels,  aux artisans, et aux  professionnels du tourisme sur la place et le rôle de leurs secteurs d’activité ; faire l’état des lieux ; diagnostiquer les problèmes et  faire des recommandations pour leur émergence.  La tenue de ces journées a suscité l’espoir chez les acteurs de la culture et l’Artisanat, lesquels ont beaucoup apprécié la démarche de leur ministre de tutelle.  Madame Kadidiatou Konaré qui a toujours laissé entendre que c’est dans les  tréfonds de nos valeurs culturels  qu’on doit puiser pour bâtir le Mali nouveau, a présenté, en marge de ces journées de réflexion, ses ambitions pour les secteurs de la culture, du tourisme et de l’artisanat.  Elle entend se battre pour la mise en place d’un fonds  d’aide  aux artisans et aux acteurs de la culture et du tourisme et d’un mécanisme d’assistance des couches les plus vulnérables ; la réhabilitation des espaces culturels ; la relecture des différents textes qui régissent  les entités de la culture, de l’artisanat ; le renouvellement des instances  dirigeantes  des différentes structures.  Bref, Madame Kadiatou Sangaré s’engage à faire rayonner  la culture et l’artisanat malien en Afrique et à l’international.  Ce défi ne semble  pas être au-dessus de ses capacités, dans la mesure où elle est de la famille de la culture en tant qu’écrivain et éditrice. Mais Aussi, son approche séduit les acteurs du secteur.

Aujourd’hui, les secteurs de la culture, de l’artisanat du tourisme  sont fortement  impactés par les crises sécuritaire et sanitaire.   Le ministère de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, sous le leadership de Madame Kadidiatou Konaré s’est battu et a pu obtenir la somme d’un milliard FCFA, afin de venir en aide aux acteurs de la culture, de l’artisanat et tourisme affectés par la pandémie du coronavirus.  Cette action fait dire à un des conseillers du département que Madame Kadidiatou Konaré est un ministre dont « la main est plus habile que sa langue», c’est-à-dire que  c’est une dame  discrète mais très efficace.

Mossa Ag Attaher, un  homme dynamique  très apprécié à tête du département des Sports et de la Jeunesse.

Ce ne sont pas les preuves du dynamisme et de la compétence de ce jeune ministre qui manquent. Trois mois après sa prise de fonction, il fait parler de lui  à cause des les bons résultats sportifs  qui sont déjà au rendez-vous. Des  résultats visibles et palpables. Toutes choses qui font dire aux acteurs sportifs et de  la jeunesse que  les plus hautes autorités de la transition ne se sont pas du tout trompées en lui nommant à la tête de ce département. Autrement dit, c’est l’homme qu’on a mis à la place qu’il faut.

C’est grâce  à son management et à son dynamisme, que l’équipe nationale masculine de basketball des moins de 18 a remporté, en décembre 2020 au Caire, la coupe d’Afrique et l’équipe nationale  masculine de la même catégorie a été classée deuxième. Du même coup, ces deux équipes garçons et filles des moins de 18 ans sont qualifiées à la coupe du monde de 2022.

Mossa Ag Attaher est  considéré par ses collaborateurs  comme un homme de terrain qui est sur tous les fronts pour défendre la cause de la jeunesse et des sports. Il est permanent sur le terrain de la lutte contre la covid en initiant et en réalisant  des activités de sensibilisation de la jeunesse. Il est le premier ministre des sports à initier une action de renforcement des capacités des chauffeurs de son département en leur dotant de tenues de travail.

Par ailleurs, convaincu que les bons résultats sportifs  dépendent souvent du bon fonctionnement des structures et organisations sportives, il a initié des concertations régionales, afin de permettre une relecture inclusive de la politique du cadre du développement de la jeunesse et des sports. Autre prouesse du ministre Mossa Ag Attaher : la signature, le 15 janvier dernier,  d’un accord de coopération sportive  entre le Mali et la Fédération de Russie.  Un accord qui a pour  objectif  de renforcer la coopération bilatérale entre le Mali et la Russie dans les domaines de rénovation d’infrastructures sportives, l’accompagnement technique, la formation et les partages d’expériences.

Pour ces efforts et ces bons résultats sportifs depuis sa nomination dans le gouvernement de transition, Mossa Ag Attaher a reçu les félicitations et les encouragements  du président de transition et du Premier ministre de transition, Moctar Ouane. Aussi, l’ACNOA (Association des Comités Olympiques d’Afrique)  lui a décerné le trophée pour les  bons résultats enregistrés en si peu de temps à la tête du département des Sports et de la Jeunesse.  C’était le 28 décembre 2020, en République de Guinée  en marge du séminaire international sur l’autonomisation des femmes et des filles par le sport.

Grâce à son dynamisme apprécié au-delà des frontières du Mali, de nombreux partenaires ont déjà réitéré leur soutien et leur accompagnement au département de la Jeunesse et des Sports.

Emploi et Formation Professionnelle : Mohamed Salia Touré, l’homme qu’i faut à la place qu’il faut !

Il est en passe d’humilier ses détracteurs qui pensaient qu’il n’a pas d’épaules solides pour supporter le département stratégique qu’est le ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Force est de constater  que ses premiers  pas à la tête de ce département se révèlent rassurants pour beaucoup Maliens.

En tant qu’Ancien président du Conseil National de la Jeunesse (CNJ) et  leaders de mouvements citoyens et de veille, Mohamed Salia Touré est parmi les mieux informés sur les difficultés de la jeunesse malienne, parmi lesquelles figurent en première ligne, les problèmes de formation et d’emplois. Ce n’est pas surprenant de lui voir poser des actions concrètes pour  tenter de résoudre les préoccupations de formation et d’emplois des jeunes.

En organisant la 3è édition de la bourse de l’emploi  et de la formation professionnelle à Bandiagara, localité en proie à l’insécurité, le ministre Touré a fait une pierre deux coups. Cette activité permet non seulement de favoriser l’employabilité des jeunes, mais aussi de contribuer à la résolution de la crise sécuritaire dans la région. De nombreuses études démontrent que le désœuvrement des jeunes favorise l’insécurité. Sans emplois, les jeunes sont facilement recrutés par les terroristes. C’est pourquoi, la bourse de l’emploi de Bandiagara a été saluée non seulement par les populations mais surtout par les partenaires engagés au Mali dans la lutte contre le terrorisme.

Le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle semble décider de résoudre le chômage des jeunes à travers la formation professionnelle. C’est pourquoi, il a inscrit dans ses priorités, la construction et l’opérationnalisation de plusieurs centres de formation professionnelle afin de résoudre l’équation d’adéquation formation-emplois au Mali. C’est dans cette dynamique,  qu’il a procédé à l’ouverture de la rentrée académique 2020 -2021, du Centre  de Formation Professionnelle de Senou. Fruit de la coopération sino- malienne, ce centre accueillera 100 étudiants  en raison de 25 étudiants par filière  dans les filières  comme le carrelage, la  peinture bâtiment, la construction métallique et la plomberie. Le ministre espère d’ouvrir, dans les prochains mois, le Centre de Formation Professionnelle  en Agroalimentaire (CAAS) en construction à Siby. Ce  centre  formera, par vague, 40 filles par mois sur dix mois.

Par ailleurs, le ministre entend redynamiser et exploiter tous les secteurs qui peuvent créer des emplois durables. Pour relever ces défis, le ministre a décidé de mettre l’accent sur la bonne communication indispensable en matière d’emplois.

Rappelons que pour son engagement  au service des diplômés et de la jeunesse, sa performance et les résultats obtenus, Mohamed Salia Touré a été désigné  ministre du mois de novembre par le Baromètre Instrument de Veille Citoyenne.

Ces trois ministres à savoir Madame Konaré de la Culture ; Mossa Ag Attaher des Sports et Mohamed Salia Touré sont des exemples à suivre pour construire le Mali nouveau.

Aboubacar Berthé

SourceLe Serment du Mali


Go to Source
Author: bamada.net

Lavrov déclare avoir été malade d’une forme légère du Covid-19

Urgent


©
Sputnik

Lavrov déclare avoir été malade d’une forme légère du Covid-19.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé ce 18 janvier avoir été atteint d’une forme légère du Covid-19.

«J’ai des anticorps, car j’ai eu une forme légère de l’infection au coronavirus. Mais je viens d’apprendre que les spécialistes conseillent même à ceux qui ont été malades de se faire vacciner», a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse annuelle, en répondant à la question de savoir s’il envisageait de se faire inoculer le vaccin.

«J’en ai entendu parler hier. Je vais me renseigner auprès des médecins», a-t-il ajouté.

Détails à suivre


Go to Source
Author:

«On va aller les taper»: ces Parisiens prêts à chasser les délinquants mineurs relâchés

XVIIe arrondissement de Paris

Un collectif d’habitants du XVIIe arrondissement de Paris s’est formé pour faire face à des vols et cambriolages commis par des mineurs, indique Le Parisien. Faute de réaction judiciaire à l’égard de ces jeunes relâchés après leur garde à vue, les riverains pourraient appliquer leur propre justice si rien ne change.

Confronté à une hausse de la petite délinquance dans le XVIIe arrondissement de Paris, un groupe de riverains s’apprête à faire justice lui-même si les autorités ne réagissent pas, relate Le Parisien.

Une quinzaine d’habitants du square du Tarn, une cité HLM, ont créé un collectif pour mieux répondre à la hausse des vols et des cambriolages commis principalement par des mineurs.

«On est tous du quartier. On se connaît tous. Dès qu’on voit un danger, on se prévient sur notre groupe WhatsApp Alerte voisins! On s’organise et on débarque», confie l’un d’eux cité par le quotidien. Certains ont installé des caméras dans la cage d’escalier pour repérer les délinquants, d’autres ont blindé leur porte.

Mineurs arrêtés

Avec l’aide de ce groupe, les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) ont interpellé une petite bande lors d’une tentative de cambriolage. Il s’agit de trois jeunes, âgés de 15 et 17 ans. Divers outils dont des pinces et des tournevis ont été retrouvés par les fonctionnaires dans le sac à dos des cambrioleurs, ainsi que des carnets de correspondance.

Après avoir passé 24 heures en garde à vue, les mineurs qui avaient cassé la serrure de la porte d’un appartement ont été relâchés car «les faits n’étaient pas caractérisés», poursuit le quotidien en citant un magistrat.

«La police est sur le terrain. Elle fait son travail. En revanche, la justice ne suit pas. Elle est justement déconnectée du terrain. Et les mineurs, eux, ont un total sentiment d’impunité», déplorent les riverains.

Mutualiser les forces

Bien que le collectif ait déclaré respecter le droit dans ses démarches actuelles, il «ne va pas se laisser bouffer par un petit groupe de délinquants du quartier. On va aller les taper», a martelé l’un des membres. «Si rien ne se passe, on va appliquer notre propre justice. Pour l’instant, on fait des enquêtes».

Quant à un possible dérapage, un autre habitant répond: «On n’est pas aux États-Unis, on n’est pas armés. Il faudrait qu’avec la mairie, la police, le bailleur et la justice, on mutualise nos forces. Il y a une vraie synergie à trouver».

Selon Atanase Périfan, élu Les Républicains du XVIIe, créateur de l’association Voisins solidaires et président de la Fédération européenne des solidarités de proximité, la justice «ne peut pas être très efficace» dans les affaires concernant les mineurs de moins de 16 ans. En plus de cela, un problème de défaillance des familles de ces malfaiteurs se pose.

«Les institutions et l’État ne peuvent pas pallier les carences éducatives», conclut-il.


Go to Source
Author: