Tag Archives: moins

Covid-19 : « C’est par des biotechs que l’industrie pharmaceutique a produit un miracle : la mise au point en un an de plusieurs vaccins efficaces »

Big Pharma est de retour, à moins qu’il ne s’agisse de « Small Pharma ». C’est en effet par de petites sociétés de biotechnologie que l’industrie pharmaceutique est revenue sur le devant de la scène pour combattre la pandémie de Covid-19.

Soutenue par l’intervention financière des gouvernements, sa mobilisation sans précédent a produit un petit miracle, que seul les esprits enfermés dans leurs délires complotistes s’obstinent à nier : la mise au point en un an de plusieurs vaccins efficaces – un record dans l’histoire de ce secteur où la recherche et développement (R&D) d’un produit prend d’ordinaire de cinq à dix années. Les multinationales en profiteront-elles pour redorer leur blason ?

Passons sur les élucubrations de Hold-up, le documentaire dénonçant une « manipulation mondiale » autour du Covid-19, organisée par le Forum économique de Davos avec des alliés de poids comme le milliardaire Bill Gates et les fameuses Big Pharma pour anéantir une partie de l’humanité. Ce conspirationnisme s’ancre dans une défiance globale à l’égard de ce secteur, très forte chez les Français. S’ils ont confiance dans l’efficacité des thérapeutiques (78 %) et des vaccins (71 %), un sur deux se méfie des « labos », révèle un sondage Ipsos-Les Entreprises du médicament (2019). Ils les accusent surtout d’un manque d’éthique (66 %) et de transparence (84 %).

On n’en finirait pas d’égrainer les critiques, étayées par des enquêtes journalistiques et des travaux de médecins ou d’économistes : hausses de prix exorbitantes et injustifiées dans les pays sans encadrement tarifaire ; freins au développement des génériques (moins chers), dépenses de marketing plus importantes que celles de R&D pour orienter la prescription des médecins ; désintérêt pour les maladies rares ou non rentables et pour les pays insolvables ; extensions d’indication, avec le laxisme des autorités sanitaires, conduisant à des désastres comme celui des opioïdes aux Etats-Unis ou, à moindre échelle, du Mediator en France.

Le vaccin est redevenu intéressant

L’argent, qui ne fait pas bon ménage avec la santé dans l’opinion, coule à flot dans cette industrie, où tout le monde rêve de découvrir la molécule qui deviendra un « blockbuster » générant 1 milliard de ventes par an. C’est l’une des plus capitalistiques, et les mariages s’y font souvent à coup de dizaines de milliards. L’une des plus rentables aussi et des plus généreuses avec ses actionnaires.

Il vous reste 59.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Go to Source
Author:

Mali : depuis l’intervention française, « la situation sécuritaire ne s’est pas améliorée »

Cinq militaires français sont morts au combat au Mali en moins d’une semaine. La riposte ne s’est pas fait attendre : des frappes françaises ont tué le 3 janvier dans le centre du pays des dizaines de djihadistes, toutefois décrits comme des civils par des locaux.

L’Opération Barkhane, forte de 5.100 hommes présents dans le Sahel, fait actuellement les gros titres au Mali comme en France. Intervenue en 2013 pour sauver l’unité du pays, l’armée française est-elle devenue depuis une armée d’occupation ? Nicolas Normand, ambassadeur de France au Mali (2002-2006), auteur du Grand livre de l’Afrique (Éd. Eyrolles, 2019) a répondu aux questions de Sputnik.

agoravox.tv/


Go to Source
Author: bamada.net

Ils achètent frauduleusement des vêtements de luxe pour au moins 250.000 euros

Magasin de vêtements (image d'illustration)


©
CC0 / markusspiske

Après avoir passé plusieurs commandes d’au moins 250.000 euros pour des vêtements et accessoires de luxe via des cartes bancaires volées, deux malfaiteurs, membre d’un vaste réseau d’escroquerie, ont été placés en détention provisoire, indique Actu 17.

Impliqués dans une affaire d’achats frauduleux de vêtements de luxe pour plus de 250.000 euros, deux membres d’une bande internationale ont été arrêtés à Paris, relate Actu 17.

Des enquêteurs de l’Unité d’investigation de recherche et d’enquêtes (UIRE) du XVIIe arrondissement ont prêté attention à une transaction suspecte passée en ligne sur le site du magasin Printemps Haussmann.

Marques haut de gamme

Cette commande de vêtements et d’accessoires de luxe a été passée plusieurs fois avec des données bancaires différentes. Certains numéros de carte ont été refusés par la banque. Alerté par les policiers, le Groupement des cartes bancaires a découvert d’autres transactions réalisées plus tôt avec des cartes bancaires volées pour un montant total d’environ 40.000 euros.

Analysant les images des caméras de surveillance, les enquêteurs ont vu les deux individus qui étaient précédemment venus au magasin récupérer des produits de marque Louis Vuitton, Cartier ou Burberry, achetés frauduleusement, précise le quotidien.

Lorsque les escrocs sont revenus pour reprendre leur nouvelle commande, des policiers de la Compagnie de sécurisation et d’intervention parisienne (CSI 75) ont pu les interpeller. Ils ont été placés en garde à vue.

Liens avec le Maroc

L’un des suspects, originaire du Maroc, a reconnu les faits tout en minimisant son rôle. L’autre les a niés. Les deux sont connus des services de police, le premier pour des faits de violences volontaires, l’autre pour trafic de drogue et cambriolage, indique Actu 17.

Les investigations ont permis d’établir que les malfaiteurs faisaient partie d’un réseau d’escroquerie international. Leurs téléphones contenaient de nombreux numéros de cartes bancaires envoyés depuis le Maroc, ainsi que des images de relevés de comptes montrant des transactions frauduleuses en plus de liasses de billets obtenues, probablement, par la revente des marchandises.

Une information judiciaire a été ouverte, les suspects ont été placés en détention provisoire. À ce stade de l’enquête, le montant total des escroqueries est d’au moins 250.000 euros et peut être réactualisé.


Go to Source
Author:

RDC-Ituri: au moins 647 morts, dont 115 enfants, entre mai et décembre 2020, les appels à plus d’engagement dans la lutte contre les assaillants se multiplient

 Au moins 647 morts, dont 120 femmes et 115 enfants, entre mai et décembre 2020 ont été recensés par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH). Ces violences sont attribuées aux combattants de divers groupes armés: Coopérative de développement économique du Congo (CODECO), Forces patriotiques intégrationnistes du Congo (FPIC) et Front populaire d’autodéfense en Ituri (FPAC)/Zaïre, etc. Ces attaques touchent maintenant les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu. 

Dans un communiqué conjoint, la MONUSCO et le BCNUDH ont appelé vendredi à renforcer les efforts pour faire cesser les violences dans ces territoires.

« En plus de la lutte contre l’impunité qui doit s’intensifier, la mise en place d’un programme crédible de démobilisation, désarmement, réintégration communautaire et stabilité, ainsi que l’adoption de politiques socio-économiques pour un développement durable, sont essentielles pour que la province de l’Ituri puisse sortir de ce cycle de violences », a pour sa part déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et Cheffe de la MONUSCO, madame Leila Zerrougui.

Lire aussi: 


Go to Source
Author: Patient

RDC-Ituri: au moins 647 morts, dont 15 enfants, entre mai et décembre 2020, les appels à plus d’engagement dans la lutte contre les assaillants se multiplient

 Au moins 647 morts, dont 120 femmes et 115 enfants, entre mai et décembre 2020 ont été recensés par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH). Ces violences sont attribuées aux combattants de divers groupes armés: Coopérative de développement économique du Congo (CODECO), Forces patriotiques intégrationnistes du Congo (FPIC) et Front populaire d’autodéfense en Ituri (FPAC)/Zaïre, etc. Ces attaques touchent maintenant les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu. 

Dans un communiqué conjoint, la MONUSCO et le BCNUDH ont appelé vendredi à renforcer les efforts pour faire cesser les violences dans ces territoires.

« En plus de la lutte contre l’impunité qui doit s’intensifier, la mise en place d’un programme crédible de démobilisation, désarmement, réintégration communautaire et stabilité, ainsi que l’adoption de politiques socio-économiques pour un développement durable, sont essentielles pour que la province de l’Ituri puisse sortir de ce cycle de violences », a pour sa part déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et Cheffe de la MONUSCO, madame Leila Zerrougui.

Lire aussi: 


Go to Source
Author: Patient

Mali : Insécurité au Mali : Le secrétaire général de l’ONU déplore la dégradation de la situation des droits de l’homme

antonio-guterres-secretaire-general-de-lonuLe dernier trimestre 2020, comparé au trimestre précédent, a connu moins d’attaques au Mali. Dans son dernier rapport 2020 sur la situation au Mali, le secrétaire général des Nations unies déplore la dégradation de la situation des droits de l’homme dans ce pays.

Durant le dernier trimestre de 2020, le Mali a connu plus de stabilité. En tout cas, de septembre jusqu’au 1er décembre. À cette date, le pays a enregistré 232 événements, dont 182 civils morts, 175 blessés et 163 enlevés dans tout le Mali, rapporte le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans son dernier rapport trimestriel 2020 sur la situation au Mali.

Le dernier trimestre 2020 a connu moins d’incidents que la période précédente durant laquelle 343 événements avaient été signalés, dont 375 civils morts, 450 blessés et 93 enlevés, souligne Antonio Guterres.

Les violences du dernier trimestre 2020 ont surtout touché les civils de la région de Mopti avec 89 événements, dont 127 morts, 104 blessés et 46 personnes enlevées (39 % de tous les événements ayant touché des civils), indique la même source onusienne.

Cette baisse des violences durant la période de septembre à décembre s’explique par plusieurs facteurs, notamment la saison des pluies, qui se traduit par une mobilité réduite ; l’augmentation de la cadence des opérations de la MINUSMA et à une série d’initiatives de médiation locale soutenues par la Mission onusienne, souligne-t-on.

La réduction signalée ne signifie nullement la cessation de toutes les hostilités durant la période en revue. « [ndlr] les attaques intercommunautaires ont persisté dans le centre du Mali et les civils continuent d’être touchés par les affrontements entre groupes armés terroristes et par les répercussions des opérations antiterroristes », lit-on dans ce rapport trimestriel d’une vingtaine de pages.

Au total, six civils ont été tués et 10 ont été blessés dans les régions de Gao, de Kidal et de Sikasso, durant la période de septembre à décembre 2020.

Le dernier trimestre 2020 a été également marqué par une dégradation de la situation des droits de l’homme au Mali. Au total, la MINUSMA a « recensé 483 violations des droits humains et atteintes à ces droits, soit 237 de moins que pendant la période précédente ». Parmi ces violations, on note 29 « exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires », 123 cas de violations du droit à l’intégrité physique ou d’atteintes à ce droit, 2 disparitions forcées, 111 enlèvements, 15 « actes de torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants », etc. La responsabilité de ces violations est partagée, indique-t-on.

Le dernier trimestre 2020 a été marqué aussi par les violences contre les enfants, des violences sexuelles, etc. « Si les auteurs de nombreuses violations (99) n’ont pas été identifiés, 41 violations ont été attribuées à la Coordination des mouvements de l’Azawad, 28 à la Plateforme, 19 à la Katiba du Macina, 17 à Dan Nan Ambassagou, 9 aux dozos, 6 à des groupes armés peuls, 5 aux forces armées maliennes et 1 à l’EIGS », indique-t-on.

F.Togola

Source: Le Pays



Go to Source
Author: Mamadou Makadji

Insécurité au Mali : Le secrétaire général de l’ONU déplore la dégradation de la situation des droits de l’Homme

Le dernier trimestre 2020, comparé au trimestre précédent, a connu moins d’attaques au Mali. Dans son dernier rapport 2020 sur la situation au Mali, le secrétaire général des Nations unies déplore la dégradation de la situation des droits de l’homme dans ce pays.

Durant le dernier trimestre de 2020, le Mali a connu plus de stabilité. En tout cas, de septembre jusqu’au 1er décembre.À cette date, le pays a enregistré 232 événements, dont 182 civils morts, 175 blessés et 163 enlevés dans tout le Mali, rapporte le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans son dernier rapport trimestriel 2020 sur la situation au Mali.

Le dernier trimestre 2020 a connu moins d’incidents que la période précédente durant laquelle 343 événements avaient été signalés, dont 375 civils morts, 450 blessés et 93 enlevés, souligne Antonio Guterres.

Les violences du dernier trimestre 2020 ont surtout touché les civils de la région de Mopti avec 89 événements, dont 127 morts, 104 blessés et 46 personnes enlevées (39 % de tous les événements ayant touché des civils), indique la même source onusienne.

Cette baisse des violences durant la période de septembre à décembre s’explique par plusieurs facteurs, notamment la saison des pluies, qui se traduit par une mobilité réduite ; l’augmentation de la cadence des opérations de la MINUSMA et à une série d’initiatives de médiation locale soutenues par la Mission onusienne, souligne-t-on.

La réduction signalée ne signifie nullement la cessation de toutes les hostilités durant la période en revue. « [ndlr] les attaques intercommunautaires ont persisté dans le centre du Mali et les civils continuent d’être touchés par les affrontements entre groupes armés terroristes et par les répercussions des opérations antiterroristes », lit-on dans ce rapport trimestriel d’une vingtaine de pages.

Au total, six civils ont été tués et 10 ont été blessés dans les régions de Gao, de Kidal et de Sikasso, durant la période de septembre à décembre 2020.

Le dernier trimestre 2020 a été également marqué par une dégradation de la situation des droits de l’homme au Mali. Au total, la MINUSMA a « recensé 483 violations des droits humains et atteintes à ces droits, soit 237 de moins que pendant la période précédente ». Parmi ces violations, on note 29 « exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires », 123 cas de violations du droit à l’intégrité physique ou d’atteintes à ce droit, 2  disparitions forcées, 111 enlèvements, 15  « actes de torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants », etc. La responsabilité de ces violations est partagée, indique-t-on.

Le dernier trimestre 2020 a été marqué aussi par les violences contre les enfants, des violences sexuelles, etc.  « Si les auteurs de nombreuses violations (99) n’ont pas été identifiés, 41 violations ont été attribuées à la Coordination des mouvements de l’Azawad, 28 à la Plateforme, 19 à la Katiba du Macina, 17 à Dan Nan Ambassagou, 9 aux dozos, 6 à des groupes armés peuls, 5 aux forces armées maliennes et 1 à l’EIGS », indique-t-on.

F.Togola

Commentaires via Facebook :


Go to Source
Author: Le Pays

Couvre-feu à 18 heures généralisé, vaccination des personnes à haut risque… le détail des mesures annoncées par Jean Castex contre le Covid-19

Couvre-feu généralisé à 18 heures dès samedi pour au moins quinze jours et contrôles aux frontières renforcés : Jean Castex a dévoilé jeudi 14 janvier de nouvelles restrictions pour freiner la propagation du coronavirus en France et annoncé un élargissement de la campagne de vaccination dès lundi.

Le premier ministre a estimé que la situation épidémique était « maîtrisée » mais « fragile » en France. Dix mois après l’apparition des premiers cas de Covid-19 sur le territoire, la circulation du virus reste certes moins importante que dans d’autres pays européens qui ont décidé de reconfiner, mais l’apparition de variants du virus, plus contagieux, agit comme un épouvantail.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : course contre la montre pour enrayer la propagation du nouveau variant britannique

« Si nous constatons une dégradation épidémique forte, nous serions conduits à décider sans délai d’un nouveau confinement », a prévenu Jean Castex lors de la conférence de presse qu’il a tenue aux côtés de six membres du gouvernement : les ministres de la santé, Olivier Véran, de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, de l’économie, Bruno Le Maire, de la culture, Roselyne Bachelot, de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et du travail, Elisabeth Borne.

Aucun département ne présente un taux d’incidence inférieur à 50 pour 100 000 habitants, rappelle Jean Castex, « la circulation virale concerne tout le territoire ». « Les premières données dont nous disposons montrent que nous avons pu passer les fêtes de fin d’année sans flambée épidémique », s’est-il toutefois félicité, en relevant que la France restait « sur un plateau élevé, avec une moyenne hebdomadaire qui fluctue autour de 16 000 contaminations par jour ».

/* document.getElementById(“disclaimerbis”).innerHTML = htmldiscl;*/
document.getElementById(“paraentredeux”).innerHTML = entredeux;

/* on lance une première fois avec un département au hasard */
genererGraphes(deptchoisi)

function genererGraphes(dept) {

/* si on est en mobile, on sélectionne le bon truc dans la liste*/
$(“div.listedesdepartements select”).val(dept);

/* la bonne classe pour les cercles */
d3.selectAll(“circle.cov”)
.classed(“desact”, function() {
return ((d3.select(this).attr(“data-log”) == dept) ? false : true)
})

dataTemp = donnesDept[dept];
dataJour = [];
ligneData = [];
ligneDataMorts = [];
debutFin = [];
debutFinMorts = [];
decalBarre = 0;
maxParJour = 0;
maxMortsParJour = 0;
maxParJourArrondi = 0;
dernierJour = parseTime(dataTemp[dataTemp.length – 1][0]);

/* on vide */
document.getElementById(“graphe1”).innerHTML = “”
document.getElementById(“graphe2”).innerHTML = “”
document.getElementById(“titredept”).innerHTML = dicoDept[dept].nom + ” (” + dept + “) au ” + dernierJour.getDate() + ((dernierJour.getDate() == 1) ? “er” : “”) + ” ” + dicoLongMois[dernierJour.getMonth()]
/* on boucle sur les données pour les formatter */
radprec = 0
dcprec = 0
dataTemp.forEach(function(d, i) {
if (d[2]) {
cumul = +(d[5] – dcprec)
parjour = +d[2] /* + d[3]*/
if ( /*cumul > maxParJour || */ parjour > maxParJour) {
maxParJour = Math.max(cumul, parjour)
}

if (cumul > maxMortsParJour) {
maxMortsParJour = cumul
}

dataJour.push({
“date”: parseTime(d[0]),
“dateold”: d[0],
“hosp”: +d[2],
“rea”: +d[3],
“rad”: +d[4] – radprec,
“dc”: +d[5] – dcprec
})
radprec = +d[4]
dcprec = +d[5]
}
})
document.getElementById(“totalmorts”).innerHTML = “(” + milliers(dcprec) + ” au total)”

/* les données moyennées */

casSemaine = 0;
iprec = (dataJour.length);
nbrjour = 0;

for (let i = (dataJour.length – 1); i >= 0; i–) {
e = dataJour[i]
nbrjour++
if (iprec – i == Math.floor(joursParSemaine / 2)) {
dateAffichage = e.dateold
}

if (iprec – i = 0; j–) {
e = dataJour[j]
nbrjourMorts++
if (iMortsprec – j == Math.floor(joursParSemaine / 2)) {
dateAffichage = e.dateold
}

if (iMortsprec – j Le territoire de Belfort accueille un grand nombre de patients des départements limitrophes”
} else {
document.getElementById(“grapheprec”).innerHTML = “, ” + dicoDept[deptPrec].article + dicoDept[deptPrec].nom
}
}

if (mobileDec == true) {
d3.select(“#disclaimercontenant”).style(“height”, null)
}

deptPrec = dept;
maxParJourArrondiPrec = maxParJourArrondi;
dejaCharge = true

if (!mobileDec) {
d3.selectAll(“.listedesdepartements”).style(“margin-left”, margin.left + “px”);
}

d3.selectAll(“#titredept, #disclaimer”).style(“margin-left”, margin.left + “px”)
d3.selectAll(“#graphiques .legende”).style(“margin-left”, margin.left + “px”).style(“margin-right”, margin.left + “px”)

var width = largeurcol – margin.left – margin.right;

var height = (largeurcol * ratio) – margin.top – margin.bottom,
heightMorts = height / 2;

if (maxMortsParJour >= 70) {
heightMorts = height / 1.5
}

var x = d3.scaleTime().range([0, width]).domain([d3.min(dataJour, d => d.date), d3.max(dataJour, d => d.date)]),
y = d3.scaleLinear().range([height, 0]).domain([0, maxParJourArrondi]),
yMorts = d3.scaleLinear().range([heightMorts, 0]).domain([0, maxMortsParJourArrondi]);

var ligneMoyMorts = d3.line()
.curve(extrapolation)
.x(d => x(parseTime(d.jourMoyenne)))
.y(d => yMorts(d.mortsmoy)),
aireMoyMorts = d3.area()
.curve(extrapolation)
.x(d => x(parseTime(d.jourMoyenne)))
.y0(heightMorts)
.y1(d => yMorts(d.mortsmoy));

/* définition de la ligne */

var ligneMoy = d3.line()
.curve(extrapolation)
.x(d => x(parseTime(d.jourMoyenne)))
.y(d => y(d.casmoy)),
aireMoy = d3.area()
.curve(extrapolation)
.x(d => x(parseTime(d.jourMoyenne)))
.y0(height)
.y1(d => y(d.casmoy));

function make_y_gridlines() {
return d3.axisLeft(y)
.ticks(5)
}

function make_yMorts_gridlines() {
return d3.axisLeft(yMorts).tickValues([0, 10, 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80, 90, 100])
.ticks(3)
}

/* on va mettre le direct dans le #graphe1 */
var svg1 = d3.select(“#graphe1”).append(“svg”)
.attr(“width”, “100%”)
.attr(“viewBox”, “0 0 ” + (width + margin.left + margin.right) + ” ” + (height + margin.top + margin.bottom))
.append(“g”)
.attr(“transform”, “translate(” + margin.left + “,” + margin.top + “)”),
axes1 = svg1.append(“g”),
ligne1 = svg1.append(“g”).attr(“class”, “lignemoyenne”),
barres1 = svg1.append(“g”),
texte1 = svg1.append(“g”);

/* la courbe de la moyenne */
ligne1.append(“path”)
.data([ligneData])
.attr(“class”, “ligne rose”)
.attr(“stroke-linecap”, “round”)
.attr(“d”, ligneMoy);

ligne1.append(“path”)
.data([ligneData])
.attr(“class”, “aire rose”)
.attr(“d”, aireMoy);

/* les bubulles */
texte1.selectAll(“.bubulle”)
.data(debutFin)
.enter()
.append(“circle”)
.attr(“class”, “bubulle rose”)
.attr(“cx”, d => x(parseTime(d.jourMoyenne)))
.attr(“cy”, d => y(d.casmoy))
.attr(“r”, radiusbub);

/* les barres quotidiennes */
barres1.selectAll(“.barre”)
.data(dataJour)
.enter().append(“rect”)
.attr(“class”, “barre rose”)
.attr(“x”, d => x(d.date))
.attr(“width”, d => x(d3.timeDay.offset(d.date, 1)) – x(d.date))
.attr(“y”, d => y(d.hosp))
.attr(“height”, d => height – y(d.hosp))
.attr(“data-date”, d => “hosp|” + d.dateold + “|” + d.hosp)
.style(“pointer-events”, “none”);

barres1.selectAll(“.barre.bis”)
.data(dataJour)
.enter().append(“rect”)
.attr(“class”, “barre bis rose”)
.style(“pointer-events”, “none”)
.attr(“x”, d => x(d.date))
.attr(“width”, function(d, i) {
if (i == 0) {
decalBarre = (x(d3.timeDay.offset(d.date, 1))) / 2
}
return x(d3.timeDay.offset(d.date, 1)) – x(d.date)
})
.attr(“y”, d => y(d.rea))
.attr(“height”, d => height – y(d.rea))
.attr(“data-date”, d => “réa|” + d.dateold + “|” + d.rea)

barres1.selectAll(“.barre.transparente”)
.data(dataJour)
.enter().append(“rect”)
.attr(“class”, “barre transparente”)
.attr(“x”, d => x(d.date))
.attr(“width”, d => x(d3.timeDay.offset(d.date, 1)) – x(d.date))
.attr(“y”, -margin.top)
.attr(“height”, d => height + margin.top + margin.bottom)
.on(“mouseover”, function(d) {
barres1.selectAll(“.barre”)
.filter(e => e.dateold == d.dateold)
.classed(“selectionne”, true);

barres2.selectAll(“.barre.bleu.bis”)
.filter(e => e.dateold == d.dateold)
.classed(“selectionne”, true);

texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover blanc dessus”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.hosp) – 5)
.text((d.hosp > 0) ? milliers(d.hosp) : “”)
texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus rose”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.hosp) – 5)
.text((d.hosp > 0) ? milliers(d.hosp) : “”)
texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover blanc dessus”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.rea) – 5)
.text((d.rea > 0) ? milliers(d.rea) : “”)
texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus rose”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.rea) – 5)
.text((d.rea > 0) ? milliers(d.rea) : “”)

if (d.dc > 0) {
texte2.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus blanc”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, yMorts(d.dc) – 5)
.text(milliers(d.dc))
texte2.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus bleu”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, yMorts(d.dc) – 5)
.text(milliers(d.dc))
}

})
.on(“mouseout”, function() {
texte1.selectAll(“.dessus”).remove()
texte2.selectAll(“.dessus”).remove()
barres1.selectAll(“.barre”).classed(“selectionne”, false);

barres2.selectAll(“.barre.bleu.bis”).classed(“selectionne”, false);
});

hospMax = 0
jourHospMax = “”
mortsMax = 0
jourMortsMax = “”

dataJour.forEach(function(d, i) {
if (d.hosp >= hospMax) {
hospMax = d.hosp
jourHospMax = d.dateold
}
if (d.dc >= mortsMax) {
mortsMax = d.dc
jourMortsMax = d.dateold
}
})

/* le texte */
texte1.selectAll(“.texte.blanc”)
.data(dataJour)
.enter()
.filter(d => d.dateold == jourHospMax)
.append(“text”)
.attr(“class”, “texte blanc”)
.attr(“x”, d => x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, d => y(d.hosp) – 5)
.text(d => milliers(d.hosp))

texte1.selectAll(“.texte.rose”)
.data(dataJour)
.enter()
.filter(d => d.dateold == jourHospMax)
.append(“text”)
.attr(“class”, “texte rose”)
.attr(“x”, d => x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, d => y(d.hosp) – 5)
.text(d => milliers(d.hosp))

axes1.append(“g”)
.attr(“transform”, “translate(” + decalBarre + “,” + height + “)”)
.attr(“class”, “axes x passelect”)
.call(d3.axisBottom(x) /*.ticks(10).tickSize(0).tickPadding(10)*/ .tickValues(valeursTicks).tickFormat(function(d) {
if (d.getDate() == 1) {
return dicoMois[d.getMonth()]
} else {
return d.getDate() + ” ” + dicoMois[d.getMonth()]
}
}));

/* l’axe des ordonnées */

axes1.append(“g”)
.attr(“class”, “axes y passelect”)
.attr(“transform”, “translate(10,-8)”)
.call(d3.axisLeft(y).ticks(5).tickSizeOuter(0)
.tickFormat(function(d, i) {
if (d > 0) {
if (d x(parseTime(d.jourMoyenne)))
.attr(“cy”, d => yMorts(d.mortsmoy))
.attr(“r”, radiusbub);

barres2.selectAll(“.barre.bis”)
.data(dataJour)
.enter().append(“rect”)
.style(“pointer-events”, “none”)
.attr(“class”, “barre bleu bis”)
.attr(“x”, d => x(d.date))
.attr(“width”, d => (x(d3.timeDay.offset(d.date, 1)) – x(d.date)) * 1.1)
.attr(“y”, d => yMorts(d.dc))
.attr(“height”, d => heightMorts – yMorts(d.dc))
.attr(“data-date”, d => “morts|” + d.dateold + “|” + d.dc);

barres2.selectAll(“.barre.bis.transparente”)
.data(dataJour)
.enter().append(“rect”)
.attr(“class”, “barre transparente bis”)
.attr(“x”, d => x(d.date))
.attr(“width”, d => x(d3.timeDay.offset(d.date, 1)) – x(d.date))
.attr(“y”, 0)
.attr(“height”, d => heightMorts)
.on(“mouseover”, function(d) {
barres1.selectAll(“.barre”).filter(e => e.dateold == d.dateold)
.classed(“selectionne”, true);
barres2.selectAll(“.barre.bleu.bis”)
.filter(e => e.dateold == d.dateold)
.classed(“selectionne”, true);

texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover blanc dessus”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.hosp) – 5)
.text((d.hosp > 0) ? milliers(d.hosp) : “”)
texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus rose”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.hosp) – 5)
.text((d.hosp > 0) ? milliers(d.hosp) : “”)
texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover blanc dessus”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.rea) – 5)
.text((d.rea > 0) ? milliers(d.rea) : “”)
texte1.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus rose”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, y(d.rea) – 5)
.text((d.rea > 0) ? milliers(d.rea) : “”)

if (d.dc > 0) {
texte2.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus blanc”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, yMorts(d.dc) – 5)
.text(milliers(d.dc))
texte2.append(“text”)
.attr(“class”, “textehover dessus bleu”)
.attr(“x”, x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, yMorts(d.dc) – 5)
.text(milliers(d.dc))
}
})
.on(“mouseout”, function() {
texte1.selectAll(“.dessus”).remove()
texte2.selectAll(“.dessus”).remove()
barres2.selectAll(“.barre.bleu.bis”).classed(“selectionne”, false);
barres1.selectAll(“.barre”).classed(“selectionne”, false);

})

axes2.append(“g”)
.attr(“transform”, “translate(” + decalBarre + “,” + (heightMorts + 1) + “)”)
.attr(“class”, “axes x passelect”)
.call(d3.axisBottom(x) /*.ticks(10).tickSize(0).tickPadding(10)*/ .tickValues(valeursTicks).tickFormat(function(d) {
if (d.getDate() == 1) {
return dicoMois[d.getMonth()]
} else {
return d.getDate() + ” ” + dicoMois[d.getMonth()]
}
}));

/* l’axe des ordonnées */
axes2.append(“g”)
.attr(“class”, “axes y passelect”)
.attr(“transform”, “translate(10,-8)”)
.call(d3.axisLeft(yMorts).tickValues([0, 10, 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80, 90, 100]).tickSizeOuter(0)
.tickFormat(function(d, i) {
if (d > 0 /*&& i d.dateold == jourMortsMax)
.append(“text”)
.attr(“class”, “texte blanc”)
.attr(“x”, d => x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, d => yMorts(d.dc) – 5)
.text(d => ((d.dc > 0) ? milliers(d.dc) : “”))

texte2.selectAll(“.texte.bleu”)
.data(dataJour)
.enter()
.filter(d => d.dateold == jourMortsMax)
.append(“text”)
.attr(“class”, “texte bleu”)
.attr(“x”, d => x(d.date) + decalBarre)
.attr(“y”, d => yMorts(d.dc) – 5)
.text(d => ((d.dc > 0) ? milliers(d.dc) : “”))

}

/* La gestion du tooltip, ici sur la classe “.cov” */
if (!mobileDec) {
$(“#deptco”).tooltip({
show: {
effect: “FadeIn”,
duration: 1000
},
hide: {
effect: “FadeOut”,
duration: 1000
},
items: “.cov”,
track: false,
tooltipClass: “multimedia-embed tooltipdecodeurs”,
position: {
my: ‘center bottom’,
at: ‘center+5 top-15’,
collision: ‘fit none’
},
content: function() {
depnum = $(this).data(“log”)
htmltt = “

” + dicoDept[depnum].nom + ” (” + depnum + “)


htmltt += “

” + $(this).data(“pourdixmille”) + ” personnes hospitalisées pour 10 000 hab. au ” + dernierJour.getDate() + ((dernierJour.getDate() == 1) ? “er” : “”) + ” ” + dicoLongMois[dernierJour.getMonth()] + “


htmltt += “

Cliquez pour afficher le détail


return htmltt
},
open: function(event, ui) {
/* permet de fermer le tooltip en tapant sur lui-même en mobile*/
var elem = $(event.target);
ui.tooltip.click(function() {
elem.tooltip(‘close’);
});
}
});
}

});

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : l’analyse des eaux usées annonce un rebond en Ile-de-France
  • Couvre-feu généralisé à 18 heures à partir de samedi

Dans l’immédiat, l’application du couvre-feu à 18 heures, déjà en vigueur dans 25 départements, va être étendue à l’ensemble du territoire métropolitain à « partir de ce samedi et pour au moins quinze jours » dans une « logique de freinage préventive ».

« Il apparaît selon les données disponibles à ce jour que cette mesure a une efficacité sanitaire : dans les quinze premiers départements où le couvre-feu a été mis en œuvre à 18 heures dès le 2 janvier dernier, la hausse du nombre de nouveaux cas est deux voire trois fois plus faible que dans les autres départements métropolitains », a fait valoir Jean Castex.

« Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés à 18 heures », a précisé Jean Castex. Cette mesure, qui était attendue, « vise à réduire encore davantage les contacts sociaux sur les heures de fin de journée, tout en permettant le maintien des activités économiques, éducatives et des déplacements pendant la journée ».

  • Conditions d’entrée en France « fortement durcies » dès lundi

La France va « durcir fortement » à partir de lundi les conditions d’entrée en France, notamment en exigeant un test négatif au Covid-19 pour tous les voyageurs en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne (UE), a annoncé Jean Castex, pour « éviter » que la souche variante du virus « ne progresse rapidement » sur le territoire.

A compter de lundi, tous les voyageurs souhaitant venir en France en provenance d’un pays hors-UE « devront présenter un test négatif pour embarquer dans un avion ou un bateau », a-t-il précisé. Les personnes concernées devront par ailleurs s’engager sur l’honneur à s’isoler pendant sept jours une fois arrivées en France, puis à refaire un second test PCR à l’issue de cet isolement.

Le test négatif est déjà réclamé pour les voyageurs venant du Royaume-Uni, où circule le variant britannique, particulièrement contagieux.

Les personnes ne pouvant réaliser un test dans leur pays de départ auront la possibilité de se faire tester à leur arrivée en France et seront contraintes « de s’isoler sept jours dans un hôtel désigné par l’Etat ».

Jean Castex a précisé que pour les déplacements depuis un pays de l’UE, « et notamment des pays comme l’Irlande ou le Danemark confrontés à une situation épidémique difficile (…), les ministres travailleront à l’élaboration d’un cadre de coordination en vue du prochain Conseil européen du 21 janvier ».

Des mesures de restrictions d’urgence vont être mises en place en Guyane ainsi qu’à Mayotte et à La Réunion, pour les protéger des variants à risque du Covid-19 qui y circulent, a stipulé, jeudi, Jean Castex. En Guyane, « le contrôle des frontières sera renforcé et des tests négatifs seront exigés » pour rejoindre les Antilles et la métropole.

  • Les écoles restent ouvertes, protocole sanitaire renforcé

« Nous souhaitons tout faire pour éviter » la fermeture des écoles, a dit le chef du gouvernement, qui a annoncé le renforcement du protocole sanitaire dans les cantines scolaires. Les activités physiques scolaires et extrascolaires en intérieur vont être suspendues « jusqu’à nouvel ordre » pour faire face à l’épidémie, a souligné Jean Castex.

Une vigilance accrue sera mise en place à la cantine, « maillon faible de l’organisation puisque c’est le moment où on enlève son masque », a repris le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Dans les écoles du primaire, « il n’y aura pas de brassage possible » : les élèves d’une même classe mangeront tous les jours ensemble. Si ce n’est pas possible, le temps de restauration sera « allongé » et « en dernier recours on pourra avoir des solutions de repas à emporter », a dit le ministre.

Dans les collèges, si la pression est trop forte, le temps de service pourra être allongé ou des repas à emporter proposés.

Au lycée, l’enseignement hybride mis en place en novembre, qui devait prendre fin le 20 janvier, sera prolongé. Mais M. Blanquer plaide pour une « vigilance accrue » pour les terminales qui passent le bac et doivent donc être privilégiées pour les cours en présentiel. Au collège, il a expliqué qu’à « titre exceptionnel », en cas de contraintes très fortes, le mode hybride pourrait être autorisé pour les élèves de 4e et 3e.

Les capacités de dépistage seront également fortement renforcées, avec l’objectif de 300 000 tests réalisés par semaine dans les écoles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : cantine, sport, récréation… L’école face à ses « failles »
  • Universités : reprise par demi-groupes des travaux dirigés en 1re année à partir du 25 janvier

Les étudiants de première année à l’université pourront reprendre par demi-groupes les travaux dirigés en présentiel à partir du 25 janvier. Cette mesure s’étendra ensuite, « si la situation sanitaire le permet, aux étudiants des autres niveaux », a ajouté le premier ministre, en exprimant la « préoccupation » du gouvernement face au « profond sentiment d’isolement, mais aussi [aux] vraies difficultés pédagogiques » rencontrées par les étudiants.

« Il est impératif que nous puissions progressivement tracer ensemble ce chemin qui nous permettra de passer d’une majorité d’enseignements en distanciel à une majorité d’enseignements en présentiel, conformément à ce que vient d’annoncer le premier ministre et dans le respect du calendrier universitaire », a poursuivi la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Jean Castex a déclaré qu’il recevrait dès vendredi matin la communauté universitaire et les organisations syndicales étudiantes au côté de Mme Vidal, « pour préciser les conditions et les modalités des évolutions d’un retour progressif en présentiel ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les étudiants, une population particulièrement fragile psychiquement
  • Ouverture lundi de la vaccination pour les personnes présentant des pathologies à haut risque

Les personnes présentant des pathologies à « haut risque » pourront se faire vacciner contre le Covid-19 à partir de lundi dans l’un des « 700 centres » de vaccination ouverts dès cette date sur le territoire, a indiqué jeudi Jean Castex.

Outre les plus de 75 ans, près de 800 000 personnes « atteintes de maladies particulièrement graves » pourront recevoir le vaccin, notamment les personnes souffrant d’insuffisance rénale sévère, celles ayant été transplantées d’un organe, les personnes sous traitement pour un cancer ou encore celles atteintes de trisomie 21, a détaillé le ministre de la santé, Olivier Véran, lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Est-il dangereux de se faire vacciner lorsqu’on a déjà eu le Covid-19 ou quand on est enceinte ? Nos réponses sur les contre-indications

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les étudiants, une population particulièrement fragile psychiquement

Le Monde avec AFP


Go to Source
Author: