Tag Archives: morts

Mali : depuis l’intervention française, « la situation sécuritaire ne s’est pas améliorée »

Cinq militaires français sont morts au combat au Mali en moins d’une semaine. La riposte ne s’est pas fait attendre : des frappes françaises ont tué le 3 janvier dans le centre du pays des dizaines de djihadistes, toutefois décrits comme des civils par des locaux.

L’Opération Barkhane, forte de 5.100 hommes présents dans le Sahel, fait actuellement les gros titres au Mali comme en France. Intervenue en 2013 pour sauver l’unité du pays, l’armée française est-elle devenue depuis une armée d’occupation ? Nicolas Normand, ambassadeur de France au Mali (2002-2006), auteur du Grand livre de l’Afrique (Éd. Eyrolles, 2019) a répondu aux questions de Sputnik.

agoravox.tv/


Go to Source
Author: bamada.net

Coronavirus en France: élargissement de la vaccination entre engouement et inquiétude

Publié le :

Alors que la France vient de passer le seuil des 70 000 morts du Covid-19, une nouvelle phase de la campagne de vaccination s’ouvre ce lundi 18 janvier 2021. Cette campagne va désormais concerner toutes les personnes de 75 ans et plus, ainsi que les personnes à risque : soit environ 6 millions de Français. Mais d’ores et déjà, l’inquiétude pointe, et le risque de faire de nombreux déçus apparaît.  

Publicité

Plannings déjà complets, site internet surchargé et donc bloqué. Pas de doute, l’élargissement de la campagne de vaccination en France suscite l’engouement.  Avant même qu’elle ne commence, au moins un million de rendez-vous avaient déjà été pris.

►À lire aussi: Coronavirus en France: mise en place d’une commission citoyenne sur la campagne de vaccination

Mais il sera compliqué de satisfaire tout le monde, tout de suite. Car, si la vaccination va s’ouvrir à un public plus large, les doses disponibles, elles, restent les mêmes, limitées, voire même, moins importantes que prévues avec l’annonce de Pfizer ce vendredi. Le laboratoire va en effet temporairement réduire les livraisons de son vaccin.

Des tensions à prévoir

Dans ce contexte, il faudra donc s’attendre à des tensions, des crispations, à des problèmes de répartition sur le territoire. L’exécutif en a conscience et commence déjà à déminer le terrain.

En admettant que la France ne disposerait pas du nombre suffisant de doses fin février pour vacciner toutes les personnes qui pourraient le revendiquer, le ministre de la Santé, Olivier Véran, assurait dans le même temps qu’au moment de faire les comptes, tous ceux souhaitant être vaccinés le seront à terme. Même si cela doit prendre plus longtemps que prévu.  

Notre sélection sur le coronavirus


Go to Source
Author: RFI

RDC-Ituri: au moins 647 morts, dont 115 enfants, entre mai et décembre 2020, les appels à plus d’engagement dans la lutte contre les assaillants se multiplient

 Au moins 647 morts, dont 120 femmes et 115 enfants, entre mai et décembre 2020 ont été recensés par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH). Ces violences sont attribuées aux combattants de divers groupes armés: Coopérative de développement économique du Congo (CODECO), Forces patriotiques intégrationnistes du Congo (FPIC) et Front populaire d’autodéfense en Ituri (FPAC)/Zaïre, etc. Ces attaques touchent maintenant les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu. 

Dans un communiqué conjoint, la MONUSCO et le BCNUDH ont appelé vendredi à renforcer les efforts pour faire cesser les violences dans ces territoires.

« En plus de la lutte contre l’impunité qui doit s’intensifier, la mise en place d’un programme crédible de démobilisation, désarmement, réintégration communautaire et stabilité, ainsi que l’adoption de politiques socio-économiques pour un développement durable, sont essentielles pour que la province de l’Ituri puisse sortir de ce cycle de violences », a pour sa part déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et Cheffe de la MONUSCO, madame Leila Zerrougui.

Lire aussi: 


Go to Source
Author: Patient

RDC-Ituri: au moins 647 morts, dont 15 enfants, entre mai et décembre 2020, les appels à plus d’engagement dans la lutte contre les assaillants se multiplient

 Au moins 647 morts, dont 120 femmes et 115 enfants, entre mai et décembre 2020 ont été recensés par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH). Ces violences sont attribuées aux combattants de divers groupes armés: Coopérative de développement économique du Congo (CODECO), Forces patriotiques intégrationnistes du Congo (FPIC) et Front populaire d’autodéfense en Ituri (FPAC)/Zaïre, etc. Ces attaques touchent maintenant les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu. 

Dans un communiqué conjoint, la MONUSCO et le BCNUDH ont appelé vendredi à renforcer les efforts pour faire cesser les violences dans ces territoires.

« En plus de la lutte contre l’impunité qui doit s’intensifier, la mise en place d’un programme crédible de démobilisation, désarmement, réintégration communautaire et stabilité, ainsi que l’adoption de politiques socio-économiques pour un développement durable, sont essentielles pour que la province de l’Ituri puisse sortir de ce cycle de violences », a pour sa part déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et Cheffe de la MONUSCO, madame Leila Zerrougui.

Lire aussi: 


Go to Source
Author: Patient

Une jeune mère retrouvée pendue, son enfant de quatre ans sans vie à côté d’elle

Une voiture de police (image d'illustration)


©
CC0 / Fleimax

Une jeune mère de famille et son enfant de quatre ans ont été découverts morts le 14 janvier dans les Yvelines. Le corps de la femme était pendu, celui du petit avait une plaie à la gorge. Une autopsie va être effectuée pour déterminer les circonstances du décès de ces personnes.

Un drame s’est produit dans l’après-midi du 14 janvier à Ponthévrard, dans les Yvelines. Le corps d’une femme de 28 ans a été découvert pendu et son fils de quatre ans a été retrouvé mort à ses côtés dans leur pavillon, rapporte le site 78actu.

Les pompiers ont été alertés. Selon le média, c’est la grand-mère de l’enfant qui les a découvert décédés.

Comme l’indique 78actu, les gendarmes de la brigade de recherches de Rambouillet et de la section de recherches de Versailles ont été saisis de l’affaire.

Un suicide probable

Une autopsie va être effectuée pour déterminer les circonstances du décès de ces personnes.

Le média précise que la piste du suicide est privilégiée. Une source, citée par 78actu, a souligné que la mère de famille souffrait, semble-t-il, de dépression.

Elle a également fait savoir qu’une plaie avait été remarquée sur la gorge du petit. Mais il n’est pas précisé si la mère a causé sa mort.

D’après certains éléments, les décès remonteraient à plusieurs jours.


Go to Source
Author:

Explosion d’une bombe artisanale en Algérie: au moins cinq civils tués

urgent


©
Sputnik

L’explosion d’une bombe artisanale a fait au moins cinq morts parmi les civils, a annoncé le ministère de la Défense du pays.

Au moins cinq civils ont été tués ce jeudi 14 janvier dans l’explosion d’un bombe artisanale en Algérie, a déclaré le ministère de la Défense du pays.

Détails à suivre


Go to Source
Author:

Pour les régionales, le Rassemblement national espère provoquer la « surprise »

Marine Le Pen, lors de sa visite au monument aux morts de la Grande Guerre, à Lisbonne, le 8 janvier.

Le Rassemblement national (RN) se reprend à espérer : après le scrutin décevant des municipales – réélection facile, au premier tour, dans la seule poignée de petites villes que tient le parti et, certes, une victoire à Perpignan, une ville de 100 000 habitants –, le RN souffre toujours d’un problème d’implantation et se prend à rêver d’emporter pour la première fois une région. C’est loin d’être acquis, même si la formation d’extrême droite conforte incontestablement ses positions et peut espérer faire de bons scores, notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Occitanie, en Bourgogne ou dans les Hauts-de-France. « On se dirige vers des triangulaires dans plusieurs régions, indique Jordan Bardella, le vice-président du RN. Et il peut arriver un certain nombre de surprises. »

Le RN ne rendra pas public ses têtes de liste avant le début du mois de février, si la situation sanitaire le permet, et prévoit d’organiser un grand meeting numérique de présentation, conclu par un discours de Marine Le Pen. Il reste encore au bureau exécutif à faire plusieurs arbitrages délicats sur les têtes de liste aux régionales – ce dernier assure avoir investi un quart des candidats aux départementales. « Nous sommes le parti qui sans conteste a déjà investi le plus de candidats, assure Jordan Bardella. Même si on paie comme tout le monde le contexte sanitaire qui interdit les tractages, les réunions, les rencontres avec les militants. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les élections régionales, un nouveau casse-tête pour La République en marche

Le numéro deux du RN devrait conduire la liste en Ile-de-France, faute d’un candidat sérieux – Wallerand de Saint Just n’avait obtenu au premier tour, en 2015, que 18,41 % des voix, et la région parisienne reste une terre de mission pour le RN. Les sondages le créditent pour le moment de 14 % des voix. Le député Sébastien Chenu, dans les Hauts-de-France, l’une des places fortes du parti, se trouvait lui en novembre à quelques points de Xavier Bertrand (29 % contre 33 %) mais Marine Le Pen, qui n’est pas candidate et se réserve pour la présidentielle, avait obtenu en 2015 au premier tour 40,64 % des voix. Le RN devrait prendre pour les départementales quelques transfuges de Debout la France, notamment dans l’Aisne et la Somme.

« On n’a pas d’alliances à faire »

Thierry Mariani, venu des Républicains (LR) et qui n’est pas membre du RN, devrait conduire la liste du parti en Provence-Alpes-Côte d’Azur, « une région où tout est possible », commente-t-il. « La gauche est condamnée à s’entendre, et cela promet d’être difficile, assure le député européen. Même chose à droite, Renaud Muselier [actuel président LR de la région] va devoir s’entendre avec La République en marche, mais sans trop le montrer, poussé par [le maire de Nice] Christian Estrosi qui veut devenir ministre. Nous, on n’a pas d’alliances à faire… » Sa liste arriverait en tête (30 %) devant celle de LR (26 %), selon un sondage IFOP pour La Tribune et Europe 1, publié le 11 janvier, mais serait défaite au second tour, par 37 % contre 40 % au président sortant.

Il vous reste 45.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Go to Source
Author:

Après une violente campagne électorale, les Ougandais élisent leur président

Publié le :

Après une campagne endeuillée par plusieurs dizaines de morts, les électeurs de l’Ouganda se rendent aux urnes jeudi pour l’élection présidentielle. Ils doivent départager le président sortant Yoweri Museveni et son principal opposant Bobi Wine.

Publicité

Les Ougandais se rendent aux urnes jeudi 14 janvier pour une élection tendue qui oppose le président sortant Yoweri Museveni, 76 ans, dont 35 au pouvoir, à Bobi Wine, 38 ans, un chanteur de ragga et député à l’ascension politique fulgurante.

La campagne électorale, particulièrement violente, émaillée d’arrestations et d’émeutes et endeuillée par plusieurs dizaines de morts, s’est achevée mardi par la suspension jusqu’à nouvel ordre des réseaux sociaux et des services de messageries dans ce pays enclavé d’Afrique de l’Est.

Les 18 millions d’électeurs ougandais sont attendus entre 7 h et 16 h (4 h GMT et 13 h GMT) dans quelque 34 600 bureaux de vote pour ce scrutin présidentiel et législatif. Ils devront départager Yoweri Museveni, un ancien guérillero mué en dirigeant autoritaire depuis son accession au pouvoir en 1986, et Bobi Wine, qui malgré son jeune âge s’est imposé au sein d’une opposition divisée comme le principal adversaire du président.

L’opposition, orpheline du vétéran Kizza Besigye, qui n’a pas souhaité concourir après quatre tentatives et autant de défaites face à Yoweri Museveni, présente 10 candidats contre le Mouvement de résistance nationale (NRM), l’hégémonique parti au pouvoir.

Villes contre campagne

Dans la dernière ligne droite de la campagne, le visage de Yoweri Museveni, paré de son emblématique chapeau à large bord et d’un tee-shirt jaune – couleur du NRM – a été abondamment placardé dans les rues, accompagné du nombre de jours le séparant de la “victoire”.

Sur le continent, seuls Teodoro Obiang Nguema en Guinée Equatoriale et Paul Biya au Cameroun ont passé plus de temps au pouvoir sans interruption que Yoweri Museveni.

Si Yoweri Museveni parle à un Ouganda rural et plus âgé, Bobi Wine est populaire au sein de la jeunesse, notamment urbaine, une population significative dans un pays où l’âge médian est inférieur à 16 ans.

Mission d’observation américaine annulée

Des craintes ont émergé quant à l’équité et à la transparence du scrutin au cours de cette campagne plus violente que les précédentes, où des journalistes, des critiques du régime et des observateurs ont été empêchés de travailler.

L’ambassadrice américaine en Ouganda, Natalie Brown, a annoncé mercredi que les États-Unis annulaient une mission d’observation prévue pour ce vote, la majorité de leurs observateurs s’étant vu refuser une accréditation par le gouvernement.

À Kampala, où la présence militaire était très forte mercredi dans les rues et dans les airs – parcourus par des hélicoptères et par des drones – de nombreux habitants se pressaient ces derniers jours dans les gares routières pour rejoindre leur bureau de vote ou pour quitter la ville par peur de violences.

Avec AFP


Go to Source
Author: FRANCE 24

Entre le Brexit et le Covid-19, les musiciens ont le blues au Royaume-Uni

Au festival de Glastonbury, en juin 2016, l’hommage rendu à Prince et David Bowie, morts plus tôt dans l’année.

Pour l’anniversaire de la mort de David Bowie (le 10 janvier 2016), nombre de Britanniques ont partagé avec nostalgie sur les réseaux sociaux un concert de l’artiste lors du Festival de Glastonbury, en juin 2000. Bowie y interprète Wild Is The Wind à la tombée de la nuit, face à des dizaines de milliers de spectateurs agglutinés dans ce coin de campagne du Somerset (sud-ouest de l’Angleterre). Un moment fort du premier festival de pop music du pays.

Y aura-t-il une édition 2021 de Glastonbury, cet été ? Rien n’est moins sûr, et les musiciens britanniques broient du noir. L’an 2020 a évidemment été catastrophique pour ce secteur, pourtant un des plus dynamiques au monde, et cette nouvelle année ne se présente pas non plus sous les meilleurs auspices, à cause du Brexit et de la résurgence de l’épidémie de Covid.

Ellie Giles est membre du conseil d’administration de Music Managers Forum, un des principaux syndicats de manageurs musicaux. Basée à Londres, la jeune femme s’est fait remarquer début janvier par une série de Tweet expliquant à quel point le Brexit allait compliquer les tournées européennes d’artistes britanniques. En l’absence d’accord spécifique conclu fin 2020 entre le gouvernement Johnson et Bruxelles pour permettre leur libre circulation dans l’Union européenne (UE), « ils vont avoir besoin de permis de travail pour chaque Etat membre. J’ai cru comprendre que ce ne sera pas nécessaire pour la France, mais nous n’avons aucune information concernant les autres pays », déplore la jeune manageuse, jointe au téléphone.

Ellie Giles, manageuse : « Nos camions de matériel n’auront pas droit à plus de trois arrêts dans l’Union européenne ! Dès lors, les tournées sont impossibles, à moins de passer par un transporteur européen »

Le problème peut paraître lointain, la pandémie empêchant pour l’heure les artistes de bouger, mais il ne l’est pas. Ellie Giles tente ainsi de reprogrammer une tournée du groupe londonien de musique électronique Warmduscher, initialement prévue en 2020, entre France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Autriche et République tchèque, mais elle est incapable d’en évaluer précisément les coûts.

« Il nous faudra peut-être un “carnet” [un passeport pour les marchandises, afin d’éviter de payer des taxes aux frontières], qui pourrait coûter jusqu’à 350 livres par an [393 euros]. Les règles du cabotage dans l’UE vont également s’appliquer : nos camions de matériel n’auront pas droit à plus de trois arrêts dans l’UE ! Dès lors, les tournées sont impossibles, à moins de passer par un transporteur européen. Et il y a le problème du merchandising : est-ce que les fans européens vont continuer à acheter des objets à 40 livres sterling ou 50 livres sterling à un groupe anglais s’il faut payer 5 livres à 10 livres de taxes à l’importation ? », liste la jeune femme, qui avoue avoir perdu 70 % de ses revenus en 2020.

Il vous reste 67.29% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Go to Source
Author: